Saisons d'une passion de Claude Colson

Ce livre est la réédition d’un ouvrage autoédité fin 2002. C’est le premier que j’aie écrit. Il représente mon entrée en écriture, par l’autofiction, comme c'est le cas pour beaucoup d’autres.

Il a aussi inauguré la constitution d’un style propre dont j’ai joué de variations dans trois livres au total, avant d’oser la fiction.

En 1995, suites aux tumultes d’une histoire d’amour, j’ai en besoin de dire ces émotions – alors « interdites » - en les confiant à la page, afin de décrire ce bouleversement dans ma vie à l’heure du démon de midi.

La première partie, globalement sombre, est un récit qui, la liaison achevée, revient sur ses temps forts – la joie comme la peine - dans une tentative autant d’exorcisation que de résurrection inavouée. C’est un constat aussi objectif que possible dont la force réside dans l’écriture blanche, distanciée, marquée au sceau de la douleur.

Puis, la liaison ayant repris, la passion revenue chante sa beauté en une succession de poèmes en vers libres qui disent la fulgurance de l’amour, l’amour fou, l’amour de la nature aussi qui bat à l’unisson. L’auteur, exalté, mêle les plans temporels du présent retrouvé et du passé des débuts, encore proche. Mais les obstacles s’accumulent et les derniers poèmes laissent présager l’issue fatale, traduisant puissamment les hauts et les bas de l’aventure.

La dernière partie est un journal intime qui dit la déréliction de l’après, la désespérance des pensées qui tournent en boucle dans l’incompréhension de l’Autre.

Trois écritures pour une histoire peu banale (qui a connu cinq ruptures) tout autant qu'universelle.

Un texte sincère et fort