"Chaos" de Bob Boutique

une lecture de Barbara Flamand




C H A O S

de Bob Boutique

Une affaire de clous, mais….quels clous !

Roman policier ? Oui ! Roman d’aventures ? Oui ! Roman populaire ? Oui ! Annoncé comme thriller. En français un suspense.

Les lecteurs qui ont lu 2401 (également un pavé de 500 pages) se souviennent sûrement des deux protagonistes Lieve, la Petite, et Johan Verdriet, le Bouldogue qui, dans ce nouveau suspense à l’intrigue foisonnante, pleine de péripéties, confirment brillamment leurs dons de fins limiers. Les deux appartiennent à la section anti-terroriste de la maréchaussée des Pays-Bas.

De quoi s’agit-il ? D’un vol. Le vol d’un tableau de Cranach d’une valeur très relative, commis dans le Rijksmuseum d’Amsterdam. Etrange. Le voleur aussi est étrange. Il a parlé au veilleur et le Bouldogue reconnait la voix. Il a connu ce personnage dans les bureaux de la Shell. C’est la voix de Yahia Al Shaif qui se trouve dans les bases de données de la police depuis quatre ans comme terroriste musulman, mais pas islamiste, un chiite originaire du Yémen qui veut créer un état houthis (chef : Mahommed Al-Houthi) . C’est un personnage dangereux qui fait assassiner tous ceux qui enquêtent sur ses activités. Sa méthode : faire parvenir à l’enquêteur un petit poignard signifiant qu’il va bientôt passer de vie à trépas.

La question qui se pose de bas en haut jusqu’ à la Ministre populiste de l’Intérieur, Madame Van Hemelrijk, est : Que fait Yahia à Amsterdam ? Et pourquoi voler un tableau sans grande valeur ?

Dans le cadre du tableau qui, jadis, avait été emmuré dans une abbaye en Allemagne se trouve une boîte contenant les clous de la croix du Christ. Lieve, s’occupera du Rijksmuseum et de la toile volée .

Pendant ce temps, Yahia entreprend sur un massif rocheux du Yémen la construction de son entreprise Solar Future dont le but – officiel - est l’exploitation du gaz et du pétrole. Entreprise qui demande des fonds d’une énorme importance. D’où vient l’argent ? Il a volé le tableau pour les clous que son homme d’affaire a vendus au Vatican. Que faire professionnellement ? Une seule voie : aller au Yémen, ce que fait le Bouldogue. Quant à Lieve, elle poursuit ses recherches. Mais …Yahia la tient à l’œil et la prévient selon sa méthode. Pas du tout impressionnée, elle va son bonhomme de chemin ce qui lui vaudra trois balles dans la poitrine. Officiellement quasiment morte.

Officieusement, elle sort du coma avec une nouvelle identité : Mia Vlerick , une brune (elle était blonde) maquillée, portant des lunettes foncées. Bouldogue est à Sanaa, une grande ville animée du Yémen. Sérieusement amoureuse de lui, Lieve ira le rejoindre. Elle pressent qu’il est en danger. Et c’est vrai C’est vrai , bien qu’il eût la bonne idée de laisser pousser une barbe, de porter un turban au-dessus de lunettes solaires, qu’il soit habillé comme un musulman s’appelant Mohammed et qui se plie aux rites. Mais…un djihadiste a percé son secret, et son compte est bon au Bouldogue. C’est justement à ce moment-là, à la seconde même où il va être abattu, qu’elle le trouve, dégaine et Pan ! C’est l’ennemi qui tombe.

Quel bonheur ! Et quel couple ! Lui en djellaba et elle en petite sœur dans une robe grise, couverte d’un tablier de servante de Dieu, avec au cou une petite croix d’argent. Ainsi était-elle habillée pour aller rechercher, théoriquement, une religieuse kidnappée.

Le but maintenant est d’arriver au terrain de Yahia creusé dans la montagne, à son hangar dans lequel se trouve l’Airbus qu’on avait cru disparu trois semaines plus tôt et que Yahia compte utiliser pour une mission…démente. Oui, démente. Ils y arriveront. Et ils vont se trouver …dans de sales draps ! C’est alors que commence l’aventure ou plutôt la mésaventure. Mais les héros s’en sortent toujours.

Tout en étant imaginatif sur le déroulement de l’intrigue, l’auteur reste attentif à une réalité historique, politique, géographique A croire qu’il a vécu dans ces lieux. Le style d’un roman d’aventures n’est pas, généralement, le premier souci de l’écrivain. Bob Boutique s’est affirmé, dès ses premiers livres, un écrivain de talent, associant son style au thème.

L’écriture est importante. Aussi, nous trouvons dans « Chaos » pas mal d’exemples dans lesquels elle l’emporte sur le sujet et cela, sur un mode poétique : « Le ciel d’août d’un azur délavé, est traversé par une armada de caravelles blanches » « ….les eaux grises et écumantes de la mer s’écrasent en bouillonnant contre les parois des écluses. » « Avec cette lune rousse plantée dans la nuit comme le globe d’une lampe de chevet, » « Le ciel au-dessus d’eux est immense et scintille de myriades d’étoiles avec la voie lactée comme un voile qui ondule devant la fenêtre de l’espace. »

Restons-en sur cette vision qui invite au rêve.

Barbara Y. Flamand