Extrait de « Nos lettres » N° 23 du 1° octobre 2017, la revue de l’Association des Ecrivains Belges de Langue Française

Tiré du compte-rendu signé Marcel Detiège de la soirée des lettres du 19 avril 2017, au cours de laquelle Alain Magerotte a présenté Bob Boutique à l'assemblée


Un texte amusant et bien tourné qui me laisse pantois. Ainsi, c’est comme ça qu’on me voit ? Peu importe me direz-vous, on est comme on est, du moment que vous vous sentez bien dans votre peau. Oui, la vie est un roman et nous sommes tous des héros de papier.

Bob



Bob Boutique fait songer au cher et menu Marcel Thiry. Petit, mais bien proportionné, le haut du crâne dégarni, il offre à la vue le visage d’un ancien beau jeune homme. Il connait son monde... Bob Boutique est adorable (sic) : il n’en revient pas de se trouver à la table de conférencier, lui qui, il ya sept ans encore, était dans le public.

C’est un homme heureux. Tout lui a réussi (sic) : libraire jusqu’il y a peu, il a fermé boutique… allons-nous dire, pris sa retraite (si peu), fortune faite. Il ne l’a pas exprimé en ces termes, afin de ne pas exciter la concupiscence publique, mais c’est tout un.

Entiché d’informatique, il a fondé « ACTU-tv » dont il est directeur : « une heure et demie consacrée à la littérature et aux arts associés »…

Commerçant heureux, homme de média comblé, auteur-compositeur de chansons, chanteur lui-même (aïe), tout lui est zéphyr.

Un jour, il décide de se faire écrivain, et c’est avec le même succès (re sic). Il commence par écrire des contes bizarres frottés de fantastique – une marque de fabrique de la littérature française de Belgique – et il soulève le même enthousiasme. Il passe au roman, écrit « Les dix petites négresses » par analogie avec « Les dix petits nègres » d’Agatha Christie.Il met en scène dix femmes ressemblant étrangement à Barbara Flamand, Silvana Minchella, Carine-Laure Desguin, Edmée De Xhavé, notamment, auteur(e)s et membres de l’ AEB.

En 2015, il publie un roman fleuve : « 2401 ». A présent, voici « Chaos »(éd.Chloe des Lys), un roman de 500 pages. Quelle horreur, pour nous qui ne dépassons guère les quatre-vingt pages et trouvons cela déjà « hénaurme »… Nous ne saurons pas grand- chose de ce dernier roman, si ce n’est qu’il se passe au Yemen et que le thème en est le religions chrétienne et musulmane. On y retrouve les deux héros de 2401, Johan Verdriet, dit le Bouledogue et Lieve Moed… On aurait aimé entendre lire quelques extraits de ce roman, mais l’auteur n’a même pas apporté un seul exemplaire de son livre (couillon !). Les honneurs lui suffisent…

Bob Boutique est plus heureux encore que nous ne l’avons dit : il a épousé une jeune femme, et ne cache pas son bonheur. Il s’en coiffe comme un conquérant ferait une couronne de laurier. C’est beau un homme heureux. Cependant il n’est pas indemne d’angoisse : comme les héros de son roman, il ne voudrait point finir sur une chaise roulante que pousserait sa jeune épouse (bien vu). Ce serait pourtant bien saisissant pour un auteur comme lui de thrillers. Au reste ce serait très littéraire…

La vie est un roman… il n’y a plus qu’à l’ écrire.