"2401" de Bob Boutique

une lecture de Barbara Flamand


Un roman policier, bien sûr, mais aussi un roman d’aventures et d’aventures étranges. Cela n’étonnera pas le lecteur qui connaît les œuvres précédentes de Bob Boutique : « Contes bizarres » volumes I et II et « Les dix petites négresses »

« Ce bouquin est un mystère » écrit l’auteur dans son prologue et « …en le commençant je n’avais aucune idée de la façon dont il finirait. » C’est bon signe. Une fois les personnages campés, c’est eux qui, à travers les événements, vont mener l’auteur sur le chemin final.

Où cette histoire se passe-t-elle ? D’abord à Chamy et puis ailleurs. Chamy ?! Ce petit village de quelques centaines d’habitants dont le passé est clair. Mais pour sept d’entre eux, le passé n’est pas si limpide, il cache un secret qui rendra leur avenir très hypothétique. C’est pourquoi B.B. ajoute en sous-titre : policier/thriller.

Il n’y a pas une petite histoire d’amour dans les 448 pages ? Si. Elle se glisse discrètement parmi toutes les tribulations.

Roman policier, roman d’aventures… J’ajoute roman populaire : des héros, des héroïnes ; des bons, des mauvais ; les forces du bien s’opposant aux forces du mal. .. Bob Boutique garde ses cartes dans la manche jusqu’à la fin de cette histoire rocambolesque. Mais l’énigme sera révélée in extremis.

Le style ? Dans un récit d’aventure, le style ne prime pas. Toutefois, B.B. a sa façon d’écrire. Humour, gouaille sont connus. Il interrompt le récit pour s’adresser au lecteur. Ainsi, lors d’une scène, il lui dit : » Voyez le jardin des délices de Jérôme Bosch », en précisant l’endroit du tableau, ce qui ne l’empêche pas au chapitre suivant de décrire lui-même de façon saisissante une autre scène du même genre.

Autre caractéristique : sa familiarité avec le lecteur : « je vous raconte une histoire, entendu que c’est une histoire. » C’est pourquoi le lecteur va accepter de bonne grâce quelques longueurs, la répétition de portraits et attitudes des héros, d’autant plus que la foule d’événements et de personnages peuplant le chemin sur lequel il est conduit par l’auteur jusqu’à l’issue, exige une solide structure et…du souffle.

Barbara Y. Flamand.