"2401" de Bob Boutique

une lecture de Cathy Bonte


Coucou !

Je viens à l'instant de terminer ton roman et je réagis à chaud, bouillant même !

Tout d'abord, merci de m'avoir fait voyager, surtout en Suisse ! Sion, Dixence, Hemerance... je connais et j'ai adoré y retourner en ta compagnie. Merci !

Avant d'écrire quoi que ce soit, sache que je n'ai lu absolument aucun commentaire d'autres personnes, je ne sais donc pas du tout ce que les autres ont dit sur ton bouquin.

Tu sais que j'aime ton style, Bob, je te l'ai assez répété lors de la sortie de tes autres livres. Tu m'as dit vouloir mon avis, le voici.

Au début, j'ai tout à fait retrouvé ce style bien à toi, super proche des lecteurs, apartés, humour, belgicismes,... que j'ai adoré dans tes nouvelles. Mais j'avoue que cette fois-ci, ça m'a un tout petit peu ennuyé car j'attendais un roman plus "sérieux", vu l'appellation "policier/thriller".

Et puis ces aspects se sont estompés petit à petit au fur et à mesure de l'histoire. Les belgicismes ont disparus dès la Suisse, les apartés se sont espacées et sont devenues, dès lors, plus appréciables, comme une petite pause humoristique de temps en temps. Très très vite, j'ai été happée par le récit. Vraiment bien imaginé, avec beaucoup de recherches je suppose, car en plus tu nous apprends des trucs intéressants ! Le suspense est intact, on ne devine vraiment pas où ça va mener. L'écriture est nerveuse, comme le récit, et l'action à la mitraillette puisque ça n'arrête jamais ! Pas le temps de reprendre notre respiration, pas envie de déposer le bouquin, frustration intense quand il est temps d'éteindre et de dormir (ou repasser, ou cuire les spaghettis, ou laver les vitres, etc...). Ton livre pourrait sans problème être tourné en film.

Bon, j'avoue, dès la description du chewingum à roulettes (Fritz) je me suis doutée qu'il était le Corbeau, tout en me disant que c'était peut-être une fausse piste.

J'ai reconnu également en Johan, un ex-para au coeur de midinette (il paraît qu'il aurait versé une larmichette en lisant mes bouquins). Tu vois de qui je parle ? Emoi

Quant à la fin... elle nous laisse un peu quand même sur notre faim. D'abord, elle apparaît trop vite (encore un petit peu, M'sieur, juste un petit peu... bouhouhou c'est finiii), ensuite y'a pas la scène de cul finale, déception... Emoi

Alors... euuuuh... est-ce moi qui ai loupé un truc ? Mais j'ai pas compris pourquoi le détonateur s'est arrêté tout seul... ?

Trève de plaisanterie, après les fleurs, voici les pots Emoji

Tant qu'on est dans le sujet ... Première page du récit (page 9, hé oui, déjà), les roses trémières au mois de mai, tellement fleuries qu'il faut mettre des tuteurs pour les tenir... non non non ! Ca fleurit de juillet à septembre, nananère !

Alors question âges, il semblerait que tu te sois emmêlé les pinceaux. Lorsque Lise et Lieve se rencontrent, tu dis qu'elles s'entendent tout de suite bien vu qu'elles ont pratiquement le même âge. Ben non, quand tu les décris quelques pages plus tôt, Lieve à 22 ans et Lise 38 ! Idem quand on compare Lieve à la junkie. La junkie a une trentaine d'année et tu écris à nouveau qu'elles ont le même âge. Ensuite, quand Lise se réfugie dans le sud, tu l'appelles "la gamine"... à 38 ans, je doute que ça fasse plaisir

Dernier petit "reproche" (tu vois, il n'y en presque pas au final), je n'aime pas les parenthèses dans les dialogues, surtout pour dire qui est en train de parler. Je trouve que ça ne se fait pas, tout simplement. Perso, ça me fait penser à un livre qui n'est pas terminé, comme si l'auteur avait mis les noms entre parenthèse pour y revenir après afin de finaliser les dialogues.

Enfin bon, c'est un détail, parce que ça n'a pas gâché ma lecture. Et ce, parce que ton roman est vraiment prenant.