Carine-Laure Desguin

J'ai lu.... "Sauvetages"
de Nadine Groenecke

par Carine-Laure Desguin



P49 : ….Et dire que six jours plus tôt, il annonçait ma mort ! Hier débordant de vitalité et, aujourd’hui, rien qu’un cadavre allongé dans un tiroir de la morgue !

Pour être dans la mouise, lui, il est dans la mouise. Lui, c’est Jacques Mervan, écrivain à succès et critique littéraire. Le chroniqueur bien connu de l’émission « on aura tout vu tout entendu », Roland Putier vient d’annoncer, par erreur, la mort de l’écrivain. Par erreur ? Hum, hum…

A l’annonce de sa mort, Jacques Mervan, depuis quelques mois englouti dans une profonde dépression rebondit et décide, de connivence avec sa maman, de s’isoler dans une demeure familiale sur l’île d’Oléron, pour écrire un roman et laisser croire à une pseudo disparition.

Ah, ce Jacques Mervan, pour s’engouffrer dans des situations rocambolesques, il est le plus fort. Direction l’île d’Oléron, boum, une beauté stoppe sa voiture. Une jeune femme muette, pourchassée par son ex croit-il comprendre, hop, jacques Mervan l’embarque avec lui. Arrivés à destination, la télé annonce que Roland Putier vient d’être assassiné et que les soupçons se portent sur devinez qui ? Sur lui, le désormais introuvable !

P61 : …Que devais-je faire ? Me rendre à la gendarmerie pour me livrer et expliquer le scénario….Mais tiendrait-on compte des dires d’une étrangère muette ?

Là, il patauge le Jacques Mervan, il patauge. Par chance, Espéranza l’emmène à quelques kilomètres de là, chez une amie. Cependant, sa vie reste semée d’embûches et de contradictions !

P70 : Mais qu’elle était donc la personne qu’elle tenait à joindre et pourquoi ?

P106 : Les mots entendus s’entrechoquent dans ma tête.

Et c’est qu’il n’est pas au bout de ses peines, ce Jacques Mervan ! Est-ce un hasard, cette rencontre avec la belle Espéranza ? Et sa mère, avec qui il entretient une relation quasi-fusionnelle, quel rôle joue-t-elle dans tous ces quiproquos ?

Sauvetages, c’est 164 pages à lire sous le soleil estival, les orteils en éventail, le chapeau de paille bien entassé jusqu’aux sourcils. Un livre bien écrit et très divertissant. Et de temps en temps, ça fait du bien, ça évacue la morosité ambiante.

Après la parution en 2009 de « Trop plein », un recueil de nouvelles qui remporta un beau succès, Nadine Groenecke, signe ici un roman mêlant intrigues et humour, tout cela rédigé dans un style impeccable. Souhaitons à cette lauréate du prix Odette Masfellder 2011 un succès bien mérité.

A l’instant, ma maman m’écrit par sms : André Dussolier est DCD. Je zieute sur google et je lis : le comédien Michel Duchaussoy vient de nous quitter.

J’attrape « Sauvetages » et je veux que maman le lise, ce roman-là. Pour lui signifier que c’est vraiment pas la peine d’élaborer des stratagèmes ….