Alain Magerotte

J'ai lu.... "Ruines"
de Laurent Dumortier

par Alain Magerotte



Les plus anciens se souviennent certainement des belles histoires de l’oncle Paul, courts récits en bande dessinée, des histoires le plus souvent historiques, publiées dans le journal Spirou.

Et bien, j’imagine volontiers l’oncle Lolo (je me permets de l’appeler comme ça quand je parle de l’auteur… dans ce cas, uniquement dans ce cas, on est à la même… auteur ! Sinon, quand il s’agit de l’éditeur, du boss de CDL, je l’appelle Laurent, ou Monsieur Laurent) entouré d’une ribambelle d’enfants, près de l’âtre au coin du feu, racontant ses histoires.

STOP ! Pas ça, malheureux ! Les pauvres chérubins vont être morts de trouille. RUINES n’est pas un livre à mettre entre toutes les mains et encore moins à raconter aux nains (c’est juste pour la rime !)

Il se passe dans ces histoires, souvent très courtes, des choses terribles ! Imaginez un peu

****

Ca commence par une histoire d’explorateurs à la recherche d’un trésor. Bon, je ne vais rien dévoiler, mais il y a un arc-en-ciel et des bijoux colorés. On y va mollo pour la première, c’est du Walt Disney à côté de ce qui va suivre…

Original ce Making off, présenté comme un scénario. Moteur ! On tourne et pan ! Y a l’gore qui s’amène, pas le candidat démocrate malchanceux recyclé dans le sauvetage de la planète, mais le gore est un genre dans l’horreur où le sang gicle à qui mieux mieux.

Dans Code Simenon, on fait la connaissance de l’inspecteur Carsena que l’on retrouvera dans La Panne et Au grand Saint-Nicolas…

Constantin Dansart ou la pause «émotion». Pauvre petiot qui ne peut pas voir le jour au risque de… chuuuuut ! Pas question de dévoiler la chute, au sens figuré, même si…

L’ennemi dans la glace est l’une de mes préférées. Là, on est dans le fantastique pur et dur. Bravo.

Avec L’inondation et Le jardin d’Eden, on aborde la Science-fiction. Ces nouvelles auraient pu trouver leur place dans La Quatrième dimension (série mythique s’il en est). Chutes surprenantes mais petit goût de trop peu. Lolo, t’aurais pu les faire un peu plus longues sans que ces deux bonnes idées eussent à en souffrir dans leur développement...

Dans Le dessin, l’ombre du King plane… pas Elvis mais Stephen…

Le kaléidoscope… je dis bien LE… heureusement, il n’y en a qu’un… lisez, vous comprendrez pourquoi. Cette nouvelle, je la connaissais pour l’avoir entendue lors d’une lecture publique. Brrrr !

Retour à la Science-fiction avec La forteresse et Le naufrage. Ce qui est bien chez Lolo, c’est que ce n’est pas un coupeur de cheveux en quatre. C’est direct !... Comme mon coiffeur, un spécialiste de la raie au milieu… là, je vous sens venir… je n’ai pas dit un amateur de la raie au milieu, mais un spécialiste ! Toute la différence entre un pro et un amateur… pour le reste, mort aux préjugés, ce n’est pas parce qu’il est coiffeur… j’ai eu un grand oncle qui était coiffeur, je ne l’ai jamais considéré comme une grande tante. Tenez-le vous pour dit. Je disais «tonton», voilà tout ! Non, mais…

La panne… coucou, revoici Carsena. Deviendra-t-il un jour aussi célèbre qu’Hercule Poirot ?... A ne pas confondre avec Hercule Poivrot, célèbre Ministre bien de chez nous soumis récemment à une douzaine de travaux sur la RTBF.

La surprise… pour une surprise, c’en est une ! Dis, Lolo, la photo où tu dégustes ce qui me semble être un délicieux breuvage, c’est aussi Charlotte qui te l’a concocté ?

Très interpellant Le tunnel… oui, vraiment très interpellant…

Quant à la nouvelle Les souterrains, elle me conforte dans l’idée que mes enfants n’ont pas eu tort de quitter les scouts…

Le puzzle, j’avais déjà eu l’occasion de le lire sur le blog de Lolo. Bonne idée. Du fantastique pur jus.

Les vecteurs restent dans la lignée d’un certain classicisme, par contre l’un des principaux protagonistes de Légitime défense a un don que bon nombre d’entre nous aimerait posséder. Quoique, dans certains cas, mieux vaut ne pas savoir. A propos, cette enquête aurait aussi pu être menée par Carsena… à moins que l’auteur préfère garder son héros libéré de toutes entraves…

J’imagine que certains se demandent : Mais que veut-il dire par là ?... Vous le saurez quand vous l’aurez lu ! Na !

Au grand Saint-Nicolas… des enfants qui tuent Saint-Nicolas… et tu voudrais lire ça aux enfants, toi ? Tu vois que j’avais raison…

Bon, ben, assurez-vous que vos petiots sont bien au lit, glissez-vous sous la couette et commencez à lire en silence. Ah, oui, j’allais presque oublier… le prix de ce recueil : 19,30 €, ce n’est pas la ruine…