Bob Boutique

J'ai lu.... "Pensées Noires" de Jean Vigne

par Bob Boutique

Petite question : aimez-vous les films de James Bond ou de Tom Cruise, avec le monde en péril, des savants fous et des tas de méchants qu’on n’arrive pas à vraiment détester ?

Si oui, vous allez adorer ce thriller qui tranche avec tout ce que j’ai lu à ce jour chez Chloe des Lys. Quelque chose entre S.A.S, Maigret et Coban !

Bon… dans ‘Pensées noires‘ ce n’est pas le monde qui est menacé, mais la ville de Grenoble. Ce qui représente quand même quelques dizaine de milliers de personnes.

Le héros commissaire qui traverse le bouquin tambour battant, ne porte pas un costume en laine peignée, n’a pas une gueule d’ange et a tout du looser… mais ne vous y trompez pas ! Il tire juste, s’obstine comme un mulet et finit toujours par atteindre son but. Même s’il est devenu alcoolo et négligé comme c’est pas permis, depuis le départ de sa femme et de sa fille ainsi qu’un certain ‘accident’ qu’il n’a jamais pu digérer.
Ca démarre à du cent à l’heure, avec un crime horrible et incompréhensible ( ne comptez pas sur moi pour vous en dire plus ) que la police attribue d’abord à un psychopathe, puis à la maffia polonaise, puis… à des alien’s.

En vérité, notre brave flic, à qui on affecte constamment de jeunes inspectrices qu’il est bien incapables de draguer, ne comprend rien à rien jusqu’au jour où en battant un briquet pour allumer sa cinquantième cigarette de la journée, il s’aperçoit avec effroi… que les gens autour de lui, ont des visages de zombies, avec des chairs qui pendent, des yeux injectés de sang, des machoires en décomposition…dès que la flamme s’éteint tout rentre dans l’ordre. Comme si tout le monde était normal et lui complètement fou.

Je vous avais prévenu… ça nous change des petits contes bourgeois, à la belge.

On tourne les pages et on se dépêche de lire pour essayer de comprendre. Mais plus l’histoire avance, plus ça se complique. Car à Grenoble, il y a aussi un cyclotron, un grand machin nucléaire qui n’a rien d’une bombe, mais allez savoir… d’autant plus que des écolos fanatiques entrent en piste…

C’est décousu ? Pas du tout. C’est un puzzle, dont vous ne découvrirez le motif qu’avec la pose de la dernière pièce et une course contre le temps, que notre anti-héros va mener tête baissée, contre l’avis de tous ses supérieurs hiérarchiques, convaincus qu’il a peté un câble !

Er puis, au moment du feu d’artifice final ( c’est comme ça que ça se termine en général dans ce genre de film ), voila que ça rebondit !

On passe soudain dans un autre genre, tout en émotion. Notre looser, mal rasé, mal fringué, mal lavé et qui en définitive touche le fond… remonte à la surface et renaît à la vie… A moins que ?

Car il y a encore un troisième rebondissement, au dernier paragraphe de la dernière page. Et ne comptez pas sur moi etc… etc…

Voila. Moi, j’aime bien, car j’adore les histoires où il se passe des choses !

En plus, ce livre est un bel objet ! peut-être la couverture la plus réussie de celles que j’ai pu voir à ce jour chez CDL. Avec une mise en page agréable ( une pagination curieuse mais originale ) et des chapitres en forme de date : 7 mai 1999, 8 mai 1999 et ainsi de suite, au fur et à mesure de l’évolution de l’action.

Une remarque quand même !

Je vous conseille vivement , dès l’entame de l’ouvrage, de noter sur votre marque page, les noms et prénoms des différents protagonistes avec leurs fonctions ou caractéristiques. Car ils sont si nombreux ( surtout au début de l’histoire ) qu’on finit par ne plus bien s’y retrouver.

Bonne lecture et bon film.