Martine Dillies Snaet

J'ai lu.... "Les Oiseaux Bleus" de Christian Van Moer

par Martine Dillies Snaet




Barde ou berger de la troupe ? Christian Van Moer est notre maître incontesté. Quand je referme le livre, je ne puis que souffler un « Diantre ! Quel diable de bonhomme ! »

Qui peut encore, aujourd’hui, se permettre le luxe de raconter une histoire en vers ?! Et une histoire d’aujourd’hui s’il vous plaît ! Quelle autre ponctuation que le point d’exclamation pourrais-je donc employer dans ce commentaire ? Vous êtes un diable, Monsieur Van Moer. Devant un tel écrit, je retire mon chapeau. Arras, en vous octroyant la Médaille d’Or, a reconnu en vous un maître de la poésie.

L’auteur nous raconte une histoire d’amour au moment le plus fort de la guerre de Bosnie. Il raconte, il murmure, il chante, loue, enrage, damne, hurle, pleure et avale la douleur. Il ne transcende rien, il offre, il offre tout : ses émotions et ses émois enrobés de musique rythmée par la magie des vers.

La richesse de la diversité des récits dans le rythme époustoufle. A la manière des anciens, il chante la mer, Eros puis, tel un magicien, il y mêle soudain les peaux dorées d’huile solaire et des mots tels que « sexy » et, enfin, tout en douceur et en délicatesse, y glisse furtivement la mélodie de la flûte… du dieu Pan !

Et je me surprends à lever les yeux et à chercher à le voir apparaître, le sourire doux au coin des lèvres. J’aime cet humour distillé qui rappelle que les récits latins et grecs n’étaient ni vierges ni insipides.

Je pense très sincèrement que, outre toutes les personnes aimant les lettres, ce livre devrait être lu et étudié par les sections littéraires.

Il est rare d’avoir des récits d’une telle qualité.

Christian Van Moer signe, avec « Les oiseaux bleus », un réel chef d’œuvre.