Edmée De Xhavée

J'ai lu.... "Grand-père va mourir"
de Didier Fond

par Edmée de Xhavée



Un roman bien construit, escarpé comme le lieu où il se déroule. Un cast de personnages comme Agatha Christie les adorait, avec passé et les secrets entrelacés dans le temps, pulsant en silence sous une apparence de bonnes manières sereines.

Où se trouve la frontière épineuse entre loyauté et hypocrisie ? Tradition et emprisonnement ? Quel visage a l’amour, quel est le rictus de la haine ? Et quelle est donc cette rouge lueur d’espoir voletant dans la noirceur du passé ? Quelles sont les victimes, qui sont les tyrans ? L’amour peut-il fleurir là où ne l’avait pas semé ?

Les personnages sont plus complexes qu’ils ne le semblent de prime abord. J’ai par exemple apprécié le fait qu’Alex, le personnage central, ne soit pas sans défaut. Il a ses zones obscures, et l’auteur ne l’en excuse pas. Cet homme dont le présent et ses repères sont en suspens se voit soudain forcé de faire face à ses actions, son passé, le pouvoir de sa famille et son rang alors que son frère lui apprend que leur père se meurt là, dans cette noble forteresse sicilienne dominant la mer, le village et les vies alentour.

Les manières posées des habitants de la forteresse dissimulent des émotions qui vont peu à peu apparaître, se définir et épaissir le mystère de ces relations familiales implacables.

Le secret est perceptible dès le début du livre, une sourde horreur qui a bouleversé la vie d’Alex, l’a durci, taillé dans la froideur d’un beau marbre sans veines. En pénétrant plus avant dans l’histoire cependant, on entrevoit un secret dans le secret, et puis d’autres encore, jaillis eux aussi du respect de la tradition. Que ce soit pour s’y conformer ou pour la contourner, voire la fuir. Mais s’il y a des rejets implacables et solennels, il y a aussi les grands pardons chauds comme une houle de larmes ayant mijoté trop longtemps, qui lavent tout et parlent d’amour, de famille, de clan.

J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre qui sonne juste, et vous aveugle de contrastes de lumière et ombre, amour et haine, bannissement et absolution.

Au passage : j’ai souvent regardé, pendant mes pauses, la très belle couverture, en parfaite harmonie avec le récit, fruit du travail des talentueuses illustratrices de Chloé des Lys…