Edmée De Xhavée

J'ai lu.... "La face cachée de la lune"
de Anne Ledru

par Edmée De Xhavée



Ma curiosité piquée par l’avis de Claude Colson qui l’avait apprécié, j’ai lu, moi aussi, ce premier livre d’Anne Ledru, publié chez Chloé des lys.

Sa couverture, élégante et paisible, lève le rideau sans tarder vers une saga que l’on voudrait tant, une fois sa lecture terminée, voir revivre dans un film, ou un de ces beaux feuilletons (Les dames de la côte, Les gens de Mogador… vous vous souvenez, ceux qui sont de la même cuvée que moi ?)

Château de Montroeuil-au-Bois, en Belgique :

"À une centaine de mètres devant nous se trouve l’entrée du château: une large percée dans un haut mur de briques d’habitude fermée par de lourdes grilles (…). J’ai toujours apprécié ses grandes fenêtres à croisillons qui laissaient entrer la lumière en abondance. (…) Je regarde les bâtiments à gauche et à droite de l’allée : la conciergerie, les écuries, une ancienne ferme, tout se dégrade, tout semble à l’abandon. (…) Nous voici devant la porte à double battant, surmontée d’un fronton de pierre où sont taillées les armoiries familiales : un phoenix avec une lune et un soleil, les symboles de l’immortalité et du renouveau perpétuel".

Château de Siriac, France :

"… J’arrête la voiture sur la petite place circulaire qui se trouve juste devant l’allée qui mène au château. (…) Deux chênes centenaires font office de sentinelles de chaque côté. Le château se trouve à une cinquantaine de mètres de moi. Taillé dans une roche claire, il est magnifique bien que différent du château de ma famille…

Ah la belle fresque que voilà, avec de l’amour et des amours qui surgissent des cœurs où on ne les attend pas toujours.

D’un château à l’autre, de la Belgique à la France, des nobles aux paysans, jour après jour et puis année après année, ce sont des trahisons, secrets, vérités qui explosent tout au long du récit, récit à voix multiples révélant doutes, espoirs, décisions graves, fautes anciennes, rencontres importantes. Solitudes et joyeuses bousculades familiales. Et puis, le carcan de l’étiquette, la froide exigence d’une certaine société et son prix, et heureusement aussi, la simplicité lumineuse des sentiments sincères.

Anne a minutieusement dessiné chaque pièce du puzzle et petit à petit les emboîte, mettant tout en place avec une tendresse évidente pour ses personnages – qui la méritent bien ! Sans le glaçage à l’eau de rose, car nul n’y est à l’abri de son faux-pas, de son acte inattendu. Comme dans la vie.

*****

ps: si vous désirez lire les deux premiers chapitres de ce livre, cliquez: ICI