Alain Magerotte

J'ai lu.... "Eveil"
de Sulvana Minchella

par Alain Magerotte


Sur la couverture (recto/verso) de ce petit recueil de Nouvelles bien singulier, la reproduction d’un bronze de Jeanloup ‘T Kint que l’on peut apprécier sous des éclairages différents.

Le contenu : 13 Nouvelles qui s’étalent sur 67 pages. Des Nouvelles très courtes (une tendance ?) dont quelques-unes auraient pu bénéficier d’un développement plus important. La quantité n’excluant pas automatiquement la qualité.

Alors, ce titre «Eveil» ?… Eveil à la vie… mais surtout éveil de notre conscience face à un comportement que l’on pourrait relier à une époque révolue mais qui est, malheureusement, bien d’actualité. En effet, l’exploitation humaine a malheureusement encore de beaux jours devant elle. J’emploierais même un terme plus dur ou tout simplement plus adéquat : l’esclavagisme !

Exemples : dans la Nouvelle C’EST PAS CHER, une femme prend connaissance, par le biais de l’étiquette blanche d’un vêtement qu’elle essaye dans un grand magasin, des conditions pénibles endurées par celles qui ont confectionné ledit vêtement.

Dans CHAÎNE DE DISTRIBUTION, Louise feuillète une pub et elle est attirée par le mot «chaîne»… ici, l’auteure dénonce les conditions de travail imposées à des enfants pour que nos «chères têtes blondes» bénéficient de beaux jouets.

Dans le même ordre d’idée, une jeune fille écrit une lettre tout à fait inattendue au Père Noël dans LETTRE AU PÈRE NOËL.

Hé oui, c’est un fameux cas de conscience que celui consistant à cautionner (in)directement l’inadmissible. Mais comment agir autrement ? Car c’est le contexte économique (coût de la vie, précarité de l’emploi,…) qui pousse à acheter des produits fabriqués aux prix de cadences infernales, de journées de 14H… des produits fabriqués au mépris de toute considération humaine par des exploitants obsédés par le guide suprême appelé «profit»…

Terrible constatation teintée d’un cynisme écoeurant : notre société d’hyper consommation favorise ce genre de pratique ! Passons en revue, si vous le désirez, les autres Nouvelles.

COURRIER DES LECTEURS : Les produits light fustigés dans un courrier envoyé à la rédaction d’un magazine féminin, car l’auteur du courrier se demande alors que deviennent les matières grasses ôtées de notre alimentation…

JEAN DORMY : Jean Dormy est kiné. Il a passé une nuit agitée à cause d’un rêve dont il ne se souvient pas. Fidèle cliente, Madame Doucet vient pour sa séance…

LE CADEAU DE MARIAGE : Le lendemain de leur mariage, un jeune couple découvre, devant leur porte, un téléviseur flambant neuf…

LA TENDRESSE DU VEAU : De quoi devenir végétarien…

FAIRE LA MONNAIE : Charles-Edouard est un gosse de riche au grand cœur…

TOUCHÉ-COULÉ : Dans un vaisseau spatial, des enfants s’amusent à changer la donne sur la terre au moyen de la téléportation…

NUIT : Le soleil ne s’est pas levé… les hommes ont peur, ils prient…

L’ANGE DE L’OUBLI : Aube et l’ange de l’oubli dans un très court dialogue…

ICI LA TERRE : Un accouchement «anormal» et un journaliste en quête de sensations…

L’ARBRE ÉCOLE : Et si l’éducation des enfants se faisaient par le biais d’oiseaux-enseignants ?…

Une sensibilité à fleur de peau mise au profit de la défense de la dignité humaine fait de ce livre quelque chose d’un peu à part, quelque chose que je n’avais pas encore rencontré dans mes lectures cédéliennes.

Une présentation soignée confère à ce recueil un indéniable côté classieux.

Bref, vous l’aurez compris, tout «Eveil» respire la classe, tant dans la présentation que dans les sentiments. Un livre à déguster… forcément un livre à conseiller.