Martine Dillies-Snaet

J'ai lu.... "Ephebiades"
de Bertrand Van Autryve

par Martine Dillies-Snaet



Mon dieu ! mais que ce diable d’homme écrit bien ! Et que le diable me pardonne, mais quel talent divin! Du haut de son Olympe, Zeus doit se retourner d’aise. Ca faisait longtemps qu’une muse ne lui avait joué de telles notes !

BERTRAND VAN AUTRYVE nous gâte par ses textes : poèmes d’amour, d’amitiés ambigües, de filialité, de religions, …Et comme si cela ne suffisait pas, la préface signée Paul Van Melle (*) nous gâte encore davantage en jetant « une lumière » sur les écrits déjà si beaux.

Pourtant je ne me leurre pas : tout le monde n’accrochera probablement pas autant que moi. Il faut adorer les beaux mots, les beaux textes, la musique des mots que l’on nomme poésie pour aimer le livre de VAN AUTRYVE. Le lecteur qui ne jure que par l’un ou l’autre des autres types de littérature aura probablement plus de difficulté à apprécier les vers que l’auteur nous offre.

Mais quiconque aime la poésie trouvera dans chaque texte des vers qui l’agripperont. Quant aux classiques, ils seront ravis !

J’ai dévoré « Les éphébiades » de la première à la dernière page avant de vouloir rattraper de ci de là l’une ou l’autre expression, avant de m’en retourner le feuilleter dans le but de retrouver le vers qui me murmurait encore à l’oreille et que je n’avais pas retenu. Que de moments agréables j’ai passés !

Un sacré beau livre de poésie pour un diable d’homme qui écrit sacrément bien !