Martine Dillies-Snaet

J'ai lu.... "Double-face"
de Laurent Dumortier

par Martine Dillies-Snaet


Toujours en format A6, cet opuscule d’une soixantaine de pages est le deuxième d’une série de trois ? Quatre ? Cinq ? Ainsi glisse la vie de LAURENT DU MORTIER : pas à pas et marche après marche.

Cette fois, le monde de l’adolescence est derrière lui. Même si ce clair-obscur refuse de l’en libérer totalement. Comme si l’on pouvait un jour s’en détacher ! Mais ça l’auteur le comprendra bien plus tard, quand ses enfants seront grands, quand lui-même pourra affirmer sans regret que « maintenant, il est adulte ! ».

Mais laissons-lui le plaisir de son âge.

Jolie porte fermée en première de couverture et fermée en quatrième de couverture. Alors que la logique aurait voulu que ce fût l’inverse, non ? Maisssss la logique des poètes !!!!!!!

Dans tous les objets qu’il approche, LAURENT DUMORTIER en touche les deux faces : le clair et l’obscur, l’amusant et le triste, l’enfance et sa disparition. Et il joue de la même manière avec ses sentiments.
Mais est-ce un jeu ? Même si l’auteur seul peut y répondre, je ne le crois pas ; il y a trop de souffrance à détruire une vieille image pour en créer une nouvelle ou à effacer un mot, des maux pour, en contrepartie découvrir l’aura de l’amitié. Ainsi va la vie. Finir pour commencer.

L’auteur n’est pas le phénix renaissant à chaque fois de ses cendres, il essaie simplement d’ « être ». Le plus simplement et le plus honnêtement du monde.

Et qu’il le veuille ou non, LAURENT DUMORTIER est rentré dans l’âge adulte.