Alain Magerotte

J'ai lu.... "Un, deux, trois, SOLEIL !"
de Josy Malet-Praud

par Alain Magerotte

Un recueil de 22 nouvelles palpitantes où l’humain est au centre des préoccupations de l’auteure. Normal pour une ex Directrice d’hôpital ? Probablement… et alors, quelle écriture mes aïeux ! Riche, précise, nette, impeccable. Un style plein d’élégance pour cette reine de la métaphore.

UN, DEUX, TROIS, SOLEIL ! : Sur les conseils du père Gautier, une jeune prostituée «retrouve» une identité et accède à la liberté en s’éloignant du trottoir…
«Un silence de tombeau s’écrasa sur le pub où chacun se figea dans une posture de Pompéi…»

DOLORÈS ET LE RENDEZ-VOUS DE SAMARKAND : Une épouse... une maîtresse... une phrase inscrite en-dessous d’une fresque… et Daniel Rosso ne sera plus jamais comme avant...

ANAÏS : Pour s’en sortir un jour, Anaïs s’ouvre les portes d’un monde de rêves et se fie à la sagesse prodiguée par Bisnono, son arrière grand-père…
«Il n’y aura pas toujours une seule fenêtre à la vitre cassée dans sa maison, un coin de cour lépreux où trois brins d’herbe jaunis suffoquent sous l’étreinte des pavés…»

ESCALE À MONTMARTRE : Un sans abri se souvient de l’homme qu’il était jadis… il le revoit, cet homme dont la vie a basculé après un drame effroyable…

LA MESSAGÈRE : L’UNESCO a désigné sept sages pour «décider» au sujet de la vulgarisation d’une technologie innovante appliquée à la médecine. Gabrielle Oliveira, représentante de l’Europe, débarque à Pise où se tient la conférence… «La cinquantaine préservée de ses désagréments, une élégance indifférente à la vague caniculaire, la voyageuse était pressée…»

D’OMBRES ET DE LUMIÈRE : Accablée par la canicule, Sofia, étendue sur un canapé, contemple le désordre qui règne dans son salon. Parmi le courrier en retard de lecture, une enveloppe attire son regard… prenant connaissance de son contenu, sa vie bascule…

ELLE, LA CARABOSSE ET L’AMAZONE : Sont-elles toutes comme elle ?
«Une sorcière Carabosse sommeille, planquée sous l’amour de la femme comme un paquet de poussières noires caché sous un tapis…»

JOSEPH ET SA MOUETTE : Une explication divinement céleste (ou divine… ou céleste…) pour expliquer les zones de turbulences que connaissent parfois les avions…

LA LOUVE ET LES POMMES : Description pointilleuse de Lysiane, une croqueuse d’hommes…
«… Elle portait toujours des lunettes de soleil aux verres très noirs derrière lesquels se cachaient des prunelles d’eau gelée observant les passants pour se saisir de leurs regards…» L’ANGE DÉCHU : L’annonce poignante du décès d’un enfant… «Marie Rosa n’était encore, à quelques mètres de là, qu’une petite silhouette sans regard, une ombre sans identité réfugiée dans le cocon de ses vêtements usés…»

(LETTRE À) MA DOUCE : Cynisme déplacé ? Non, ironie jubilatoire…

POUR VOTRE BIEN : Description d’une «véritable» sorcière.

SI J’ÉCRIVAIS SUR UN MUR : Pamphlétaire à souhait et à savourer.

SISYPHE : «Protégée, à l’abri des remparts d’une solitude recherchée, souriante, je poursuivrai longtemps ma ronde sur l’étroite margelle circulaire du puits lumineux de cette existence…»

LE VOYAGE DE MOHA : ou… «Voyage au Centre de ma mère» (traumatisme de l’accouchement et éclosion de Moha). Fantastique à tout point de vue !

C’ÉTAIT : Belle et émouvante ode à sa ville...

ARPÈGES : L’amour que porte une apprentie musicienne pour son instrument…

DE L’INFLUENCE DES PLANÈTES : Les courreries matinales au rythme de l’influence imprévisible des planètes ?...
«La porte claqua enfin, marquant la fin des combats d’un début de journée où l’agitation et les contrariétés avaient été majorées par l’influence pernicieuse de la lune…»

AU CLAIR DE LA LUNE (épitaphe à mon ami Pierrot) :
«Au clair de la lune, mon ami Pierrot ouvre ta fenêtre, fais jaillir la lumière. Avant que ne brûlent, assassines, les coulées acides des jugements précoces, comme un papillon sur la planche des âmes vénéneuses…»

DERRIÈRE LA PORTE : Amour passé… amour déçu… difficile à oublier… amour ancien, amour défait qui revient la nuit pour tourmenter et qu’on envoie dévaler dans «l’escalier de l’oubli»…

NOËL. ET APRÈS ? : La magie de Noël peut-elle faire oublier, pour beaucoup, l’après ? Et si l’important, c’était de profiter pleinement de cet instant magique, de cet état de grâce qui nous habite… «Qu’importe, c’est toujours ce que le cœur pourra donner et recevoir… ce que le cœur retient.»

LETTRE À GABRIEL GARCIA MÁRQUEZ : Une lettre touchante, pleine de souvenirs… la fête… la maladie… le retour et une lettre qui ne part pas.
«Un soir, la magie de votre verbe baroque et le souffle de vos inspirations sont même parvenus à convoquer dans les mêmes lieux «Erendira» et sa redoutable grand-mère maudite…»

Encore une petite pour la route ?
«Alors, comme aux temps incertains de l’enfance, je convoque la lumière des jours heureux, l’antidote au poison lancinant des blessures tragiques…»