Interview...

Virginie Vignolo


Pseudo ou nom réel ?
C’est mon vrai nom et je l’aime beaucoup !

Où habites-tu ?
Après un long détour de 6 ans à Paris, je suis retournée vivre à Nice, ma ville natale. Je me suis rendue compte que je ne pouvais pas vivre loin de la mer, et de mon ciel azuréen...

Petite, que voulais-tu faire ?
Un milliard de choses (rires) ! D’abord j’ai voulu être danseuse étoile (mon plus grand rêve inachevée), après institutrice, secrétaire médicale, psychologue pour enfants, avocate…mais pas du tout écrivain !

A quelle figure historique aimerais-tu ressembler ?
Il y a énormément de gens qui m’inspirent, mais s’il fallait en retenir trois, je dirai : Martin Luther King, Louise Michel et Simone Veil. Chacune de ces personnes, à leur époque et à leur façon, se sont battues pour des causes qui me tiennent à coeur et dont le combat n’est malheureusement pas près d’être fini...

Ton truc contre le stress ?
Ah ça si je le savais !

Que fais-tu dans la vie ?
Depuis plusieurs années je suis comédienne. En 2012, j’ai crée ma compagnie de théâtre « Compagnie la Folie de nos Envies », essentiellement pour monter mes projets. Je suis aussi metteur en scène pour moi et d’autres, et je donne des cours de théâtre au sein de la compagnie et ailleurs. J’ai la chance depuis 4 ans de vivre de mes passions, ce qui est inouï de nos jours !

Quand as-tu commencé à écrire et pourquoi ?
C’est drôle mais j’ai retrouvé il n’y a pas si longtemps, une histoire de princesses que j’avais écrite enfant…mais je crois qu’après ça ma carrière d’écrivain précoce s’est arrêtée ! J’ai longtemps eu peur d’écrire, en fait, je ne sais pas vraiment pourquoi d’ailleurs. Je pensais que je n’en étais pas capable.
J’ai du écrire pour la première fois lors de ma formation au cours Florent : on avait un exercice de style imposé en fin d’année qui consistait à écrire nos propres scènes. Je me rappelle encore de mon angoisse face à la feuille blanche ! Puis finalement, mon texte a plu, et mon professeur a voulu que je le joue au spectacle de fin d’année. J’étais à la fois très fière mais aussi terrorisée de jouer mes propres mots…je me sentais doublement nue !

Pourquoi Chloe des Lys ?
J’avais déjà essuyé quelques refus (beaucoup en vrai…) de maison d’éditions quand je me suis rappelée qu’une amie avait été publié chez Chloé des Lys. Du coup je me suis dit : pourquoi pas moi ? et c’est comme ça que tout a commencé ...

Quel ouvrage vas-tu publier ? Quel genre ? Résumé ?
Il s’agit d’une pièce de théâtre, un monologue pour être plus précise, qui s’intitule « Enfermée(s) ». C’est l’histoire de 4 femmes, 4 destins, qui se retrouvent enfermées dans des situations différentes : la première est en prison, la seconde est enfermée dans un quotidien violent, la troisième est assignée à résidence, la dernière est enfermée par la "société" en tant qu’individu.

Comment fais-tu pour essayer de te faire connaître ?
Je vais missionner ma super Chargée de com pour ça ! (rires) Avec mon métier de comédienne, j’ai déjà un peu de réseau, que je compte bien mettre à profit. Et puis le fait que je joue cette pièce au théâtre le rend plus vivant, et me permets aussi de faire découvrir le texte de façon direct à un public. Ce qui est une énorme publicité en soi ! Ensuite les réseaux sociaux, la presse, le bouche à oreille...

Projets pour la suite ?
J’espère pouvoir faire Avignon en 2017 avec ma pièce, ce qui serait un super coup de pouce pour l’avenir ! Et j’ai un autre projet d’écriture d’une pièce, mais je ne préfère pas encore en parler pour le moment...

Pourquoi écris-tu et comment ?
Après les cours Florent, et mon premier essaie d’écriture réussi, j’ai arrêté pendant des années le théâtre. Ce n’est que tardivement, il y a 5 ou 6 ans que j’ai recommencé à écrire. Une nuit j’ai rêvé que j’écrivais une pièce, c’était tellement réel, que je me suis levée le matin en me disant il faut que tu l’écrives ! C’est comme ça que j’ai écrite ma première pièce, ensuite une deuxième en co-écriture a suivie, puis « Enfermée(s) »…
Depuis l’écriture ne me quitte plus et je dirai même que c’est devenu un besoin comme manger ou respirer ! J’ai découvert le plaisir des mots, je peux bloquer une heure sur un mot ou une phrase, juste pour trouver la bonne formulation ! J’écris souvent de façon compulsive, j’ai du mal à me « mettre à l’écriture » , je laisse venir l’inspiration. Généralement, elle vient quand un sujet, une histoire, ou une anecdote me touche et que j’ai envie d’en parler.

Tes influences, tes maîtres, tes coups de cœur en littérature, cinéma, peinture, musique…
La question qui ne fallait pas me poser ! Je peux vous faire une thèse la-dessus ! (rires) Je vais essayer d’aller à l’essentiel :
- Le premier livre qui m’a vraiment bouleversée c’était « La promesse de l’aube » de Romain Gary et il y a eu aussi « Le Saule » d’Hubert Selby Jr. Je suis aussi très fan d’écrivains très divers comme Amin Maalouf , Olivier Adam, Bernard Giraudeau…En théâtre Molière et Racine restent pour moi des génies absolues, mais j’aime aussi l’écriture de Lagarde, Koltes, Yasmina Reza…
- Le premier électrochoc cinématographique que j’ai ressenti, c’était à l’âge de 8 ou 9 ans devant « Le dernier Empereur » de Bertolucci, un film pas du tout de mon âge d'ailleurs, que mon père m’avait amené voir... Et à peu près à la même période il y a eu « Cinéma Paradisio » de Tornatore. Ces deux films ont définitivement marqué mon amour pour le cinéma.
- Niveau musique mes deux idoles sont Michael Jackson et Tracy Chapman, que j’ai découvert vers l’âge de 7 ou 8 ans. Ensuite j’ai eu la chance de grandir sur la côte d’azur, où il existe 2 grands festivals de jazz qui ont bercé mon enfance et sensibilisé mon oreille à la musique. Depuis je peux passer de Michael Jackson, à Chet Baker, en passant par IAM, faire un tour du côté de la traviata de Verdi pour finir avec les Beatles ou Led Zeppelin. Voilà à peu près mon univers musical : extrêmement éclectique !
- Quand à la peinture je suis une inconditionnelle du génie de Picasso, ainsi que des impressionnistes. Un de mes peintres préférés est Chaim Soutine, pour la violence de ces tableaux. Quand aux sculptures de Camille Claudel, elles me transportent littéralement. Je dirai que tout ça m’a pas mal influencé, dans ma vie d’artiste et dans ma vie tout court…et continue encore de m’influencer.

Un ami ou une amie dont tu aimerais qu’on parle ?
Lévy Blancard, qui est aussi publié chez Chloé des Lys, avec son roman « Le petit tombeur ». Voilà c’est dit !

Tes hobbys ?
Malgré mon rêve avortée de danseuse étoile, j’ai toujours pratiqué la danse : classique, jazz, moderne jazz…je fais de la danse orientale depuis presque 10 ans et cette année j’ai décidé de me mettre à la danse contemporaine. J’aime le côté physique, terrien et viscéral qui se dégage de cette danse.

As-tu un blog ou un site ? Adresse… qu’y proposes-tu ?
Le site internet de la compagnie : www.lafoliedenosenvies.fr Et bientôt en ligne, ma page pro sur Facebook : Virginie Vignolo Pro, sur lequel je ferai suivre toute la promo et d’autres infos.

Qu’est-ce qui te fout en rogne ?
Vous avez 3, 4 h devant vous ???? A peu près tous les sujets ces derniers temps : le non respect de la planète par la plupart des pays mais aussi des citoyens, l’inégalité des droits hommes/femmes, et des droits humains tout court entre les différents peuples, le racisme, la pauvreté, le manque d’éducation, le harcèlement de rue, la plupart des discours de nos hommes politiques, la bêtise humaine, l’administration française avec une spéciale dédicace pour les ASSEDIC, l’intolérance, le sexisme…bref j’ai tous les jours une bonne raison de m’énerver au moins une fois dans la journée !

Ta citation favorite ?
« On fait du théâtre parce qu’on a l’impression de n’avoir jamais été soi-même, de ne pas être soi-même et qu’enfin on va pouvoir l’être » Louis Jouvet

Une qualité et un défaut ?
Un défaut : être à la recherche de la perfection absolue.
Une qualité : l’empathie je pense.

Un souhait ?
Faire une tournée mondiale avec « Enfermée(s) » et notamment en Afrique de l’Ouest, un de mes plus grands rêves !

As-tu peur de vieillir ?
Terriblement ! Pas pour le fait de voir ma peau se friper, mais par peur de me dire que j’ai encore tellement de choses à réaliser et qu’il me reste de moins en moins de temps pour y arriver ! Mais comme j’ai l’intention de battre le record de Jeanne Calment, tout va bien...

Quelle est la question la plus stupide qu’on pourrait te poser ?
Qu’on me pose régulièrement en fait… :
- Tu fais quoi dans la vie ?
- Je suis comédienne
- Non, mais sinon, à côté tu fais quoi ?