Interview...

Christophe Van Staen


Pseudo ou nom réel ?
Je tiens à publier sous mon nom ce que je suis prêt à assumer: en l'occurrence donc, pas de pseudonyme.

Où habites-tu ?
Bruxelles, Woluwe Saint-Lambert. Une commune très verte. Et dotée de bonnes librairies.

Une famille, des enfants…
Une famille incroyable, ma femme, ma fille… Sur ce plan-là, je suis comblé. La solitude, c'est beau sur papier, très beau même parfois. Mais dans la pratique, elle ne m'a jamais réussi.

Sucré ou salé ?
Salé, bien sûr. Et sucré, quand il n'y a plus de salé.

Petit, que voulais-tu faire ?
A quatre ans, je voulais être berger. J'ai changé d'avis ensuite. Ce que j'aime, c'est la déambulation.

A quelle figure historique aimerais-tu ressembler ?
Je préfère ne ressembler à personne, ou à rien ; ce qui bien sûr est encore plus prétentieux.

Ton truc contre le stress ?
Eviter de croiser les gens stressés, qui aiment le stress soi-disant positif, et qui s'en plaignent ensuite.

Que fais-tu dans la vie ?
J'enseigne, je lis, j'écris. Rien de bien original.

Quand as-tu commencé à écrire et pourquoi ?
J'ai toujours écrit. Pourquoi? Parce que les mots forment une grille de lecture intéressante de ce qui se passe autour de nous. Ils sont toujours avec nous.

As-tu déjà publié quelque part ? Et quoi ? Quel genre ?
J'ai publié une tonne de textes scientifiques, à propos du XVIIIe siècle français, et de Rousseau. C'est une part importante de mon expérience.

As-tu déjà remporté des prix ou obtenu une reconnaissance quelconque ?
A part une quatrième place avec une mention spéciale du jury au concours "Révolutionnez-vous" de la Maison du Livre de Bruxelles (2017), non. Mais ce fut une belle expérience, là aussi.

Pourquoi Chloe des Lys ?
Comme je l'ai expliqué à Laurent Dumortier, CDL est à mes yeux la maison idéale pour la publication d'un premier recueil. Et des suivants, s'il y en a!

Quel ouvrage vas-tu publier ? Quel genre ? Résumé ?
Je vais publier un recueil poétique intitulé "Lieux d'oubli". Il s'agit de textes relatifs à des lieux qui ont formé le décor de mon propre passé, et de celui de ma famille, dont la mémoire collective est soit inexistante, soit mise en danger.

Comment fais-tu pour essayer de te faire connaître ?
Je ne veux pas me faire connaître, mais faire connaître les choses dont je parle dans mes textes. Je suis au service des choses et des gens qui me traversent l'esprit, et non l'inverse.

Projets pour la suite ?
Oui: je travaille sur un autre recueil poétique.

Pourquoi écris-tu et comment ?
Naïvement, j'écris pour tenter d'élucider la nature de ce que je perçois. Comment, ma foi, c'est la question la plus difficile qu'on m'ait posée!

Qu’est-ce qui te fout en rogne ?
>Tout ce qui provoque ou illustre l'asservissement des êtres humains par les êtres humains. Oui, il y a de la matière.

As-tu peur de vieillir ?
Non: j'ai toujours été vieux. Tous mes amis ont toujours été bien plus âgés que moi. L'ennui, c'est que, du coup, beaucoup d'entre eux m'ont faussé compagnie, en route.