"

Interview...

Patty Siyha


Comment est venue l'idée de ce premier roman ?
D'un article que j'ai lu dans la presse où il était fait référence à un criminel de guerre dont le cerveau avait été conservé dans un bocal.

L'univers de tes personnages est plutôt sombre voire sordide. Quelles sont tes sources d'inspiration ?
Comme je viens de le dire, des articles de presse, mais aussi la radio, les gens. Quand on écoute bien il arrive toujours des trucs bizarres dans le monde à la limite parfois du grand guignol.

Un exemple ?
J'ai lu dernièrement que dans un Etat on décapitait puis crucifiait les condamnés à mort. C'est ubuesque ! Il me suffit d'un exemple comme celui-ci pour me laisser embarquer dans une histoire.

Tu ne manques pas d'imagination. D'où cela te vient-il ?
L'imagination est quelque chose que tout le monde possède au départ. Regarde les enfants. Ils s'inventent des histoires tout le temps. Et puis un jour tout s'arrête.La source s'est tarie avec l'âge de raison.

Tu trouves que le monde en général manque d'imagination ?
Il n'est que de regarder autour de nous.

Pessimiste ?
Non au contraire, j'ai une confiance totale en la jeunesse !

Quel est ton rapport à l'écriture et quel changement implique, par rapport à cela, cette publication 
Je suis une grande nerveuse physique et mentale. Tout comme j'ai un besoin vital de faire du sport, j'ai un besoin vital d'écrire. Mon cerveau aussi a besoin de se défouler.

Comment écris-tu ?
J'essaie de me tenir au minimum deux heures par jour devant mon ordinateur.Mais ça peut être plus. L'écriture est quelque chose qui peut me dévorer alors j'essaie d'équilibrer avec ma vie de famille.

Quels sont tes auteurs préférés ?
Je suis fan bien sûr de Stephen King, mais j'aime aussi Steinbeck, Proust, Cormac McCarthy, Vladimir Sorokine , William Styron … En fait plein d'auteurs qui traitent de la folie du monde.

Un autre livre en projet ?
En fait je viens de finir des nouvelles.J'écris en ce moment un roman de fiction et je donnerai une suite à « L'évadé du bocal » ,