Interview...

Anne renault


Pseudo ou nom réel ?
Je m'appelle Anne Renault et je n'ai pas voulu prendre de pseudo. Moi c'est moi....

Où habites-tu ?
J'habite depuis longtemps Saint-Avertin, une banlieue sud de Tours. J'ai une maison avec un grand jardin sous des arbres, des oiseaux et des écureuils, quelquefois des hérissons. Cette situation au coeur de la région des Châteaux de la Loire, très touristique, me permet de faire depuis de nombreuses années des échanges de maison, en France et en Europe. Les Italiens surtout apprécient beaucoup la Touraine...
Mais mes vraies racines sont en Charente, dans la région d'Angoulême, Cognac, où j'ai passé mon enfance. Je retrouve quelquefois ces lieux, qui sont devenus mythiques pour moi, dans certaines de mes nouvelles. Et toujours j'en parle avec le coeur qui bat.

Une famille, des enfants ?
Je vis avec mon mari, Philippe, qui fait maintenant de la peinture, en s'inspirant souvent de photos que j'ai faites d'Ostende, ville magique dont je suis tout de suite tombée amoureuse et où j'ai besoin de retourner régulièrement. J'ai écrit un second recueil de nouvelles, en cours de correction, qui s'intitulera "La petite dame d'Ostende et autre rencontres". J'ai une fille de 33 ans, un gendre et un petit-fils de 5 mois, que je vois assez souvent, bien qu'ils habitent Valence, à 600 kms dans la vallée du Rhône. C'est une lectrice très critique, qui ne me passe rien mais je tiens compte de ses jugements sur mon travail.

Sucré ou salé ?
Difficile. les deux, mon capitaine. Pourquoi ne pas prendre TOUTES les bonnes choses qui s'offrent ? La vie n'est déjà pas si douce...

Que fais-tu dans la vie ?
Mon métier - je suis retraitée depuis 4 ans - était d'enseigner le français. Je l'ai pratiqué en continu, longtemps avec beaucoup d'enthousiasme, puis en y croyant de moins en moins, et pas seulement parce que je vieillissais. Mais j'ai travaillé avec conscience jusqu'au bout.

Depuis quand écris-tu ?
J'ai commencé à écrire il y a - environ - une vingtaine d'années, des nouvelles, toujours, et quelques petits poèmes. Mais je pense que je ne "travaille" vraiment que depuis ma retraite, où enfin j'ai du temps.

Pourquoi Chloe des Lys ?
Mon premier recueil a été accepté chez Chloé des Lys... et refusé par d'autres éditeurs. C'était mon premier envoi, aussi suis-je TRES heureuse qu'il ait trouvé un éditeur. Auparavant, j'avais participé sur les conseils d'une amie à quelques concours de nouvelles -j'attends d'ailleurs encore des réponses- et j'ai remporté l'an dernier le troisième prix du concours de la petite ville de Nouzilly, en Touraine, pour un de mes textes.
Pourquoi m'être adressée à Chloé des Lys ? Votre maison, je l'ai connue par un ami proche, qui écrit aussi des nouvelles, et a vu son premier recueil édité chez l'Harmattan. Il m'a conseillé CDL en me disant que c'était une maison d'édition très honorablement connue pour la qualité de ses auteurs. Le fait que CDL soit belge a aussi été important pour moi, car la Belgique est mon pays d'élection.

Quel ouvrage vas-tu publier ?
Je vais donc publier mon premier recueil de nouvelles, "Suicide dans l'après-midi", composé de sombres histoires, violentes et paroxystiques, qui aboutissent la plupart du temps à un "passage à l'acte" où bascule le destin du personnage. Récits de troubles extrêmes, issus de l'inconscient et dont le sens reste souvent inconnu du personnage lui-même. L'inpiration de "Suicide dans l'après-midi" est assez torturée, comme on peut en juger d'après le titre. Meurtre, suicide, mais aussi, intense amour du monde, de sa beauté, dans ses dimensions à la fois sensuelle et poétique.

Comment fais-tu pour essayer de te faire connaître ?
Me faire connaître n'est pas encore à l'ordre du jour, puisque mon livre n'est pas sorti, mais j'interviens par présentation et commentaires sur le blog Aloys. com et le blog de CDL. Je vais adhérer quand j'aurai mon livre à l'Association des Auteurs et Editeurs de Touraine, qui intervient dans différents lieux et des Salons du Livre, et j'espère que CDL m'informera d'autres Salons où elle apparaît. Les démarches auprès des libraires locaux sont aussi prévues.

D'autres projets pour la suite ?
Finir la correction de mon deuxième recueil et l'envoyer à des maisons d'édition. Et puis surtout, me remettre à l'ECRITURE. Je n'ai rien fait de nouveau depuis plusieurs moi et et cela me manque beaucoup.

Tes influences, tes maîtres, tes coups de cœur en littérature, cinéma, peinture, musique…
Mes maîtres: Kafka ( j'ai écrit un mémoire de maîtrise sur son oeuvre ), Camus, Philippe Roth, Joyce Carol Oates, pour ses romans et aussi, bien sûr ses nouvelles, Bukowski. Je relis régulèrement Zola, Flaubert et Maupassant.
J'aime le cinéma, les réalisateurs de ma jeunesse surtout: Bergman, Antonionni, Visconti, Pasolini, Fellini, Truffaut, Sautet. Parmi les cinéastes actuels, j'estime beaucoup Nicole Garcia.
En peinture, deux noms me viennent tout de suite à l'esprit: Bacon et Lucian Freud. En photographie, je suis fascinée par l'oeuvre de Diane Arbus.

Tes hobbies ? Musique, dessin, peinture…
L'écriture est pour moi une sorte de "défonce". Je n'écris ni dans le calme, ni dans la régularité. Les idées me viennent souvent la nuit, et j'écris un synopsis tout de suite. Après, le texte se déroule à son rythme, m'entraînant dans des péripéties ou des digressions que je n'avais pas prévues. Je deviens la servante des mots.
Je suis passionnée de yoga, qui est pour moi beaucoup plus qu'un hobby. Je lis -et relis- aussi beaucoup, bien sûr, des romans et des nouvelles. J'aime la photographie, mais n'y suis pas experte. J'aimerais apprendre. Photographier les lieux vides, et la nuit... J'adore voyager, surtout en Asie.

Un ami ou une amie dont tu aimerais qu’on parle ?
J'aimerais rendre hommage à mon ami Michel Diaz, qui a publié son recueil de nouvelles, "Séparations", l'an dernier chez l'Harmattan, et a un second recueil en voie de publication chez un autre éditeur.
Il est également un homme de théâtre et un merveilleux poète. Je pense que sans ses conseils et son aide, je ne serais peut-être pas arrivée à finaliser mon travail. Nous nous lisons et nous commentons régulièrement, ce qui est passionant et, je crois, productif.

As-tu un blog ou un site ?
Je n'ai pas de blog perso. J'interviens déjà parfois sur celui d'Aloys et, de plus en plus, j'espère, sur celui de CDL. Mais pour moi, le temps passé en chat ou en messages est autant de temps volé à l'écriture...

Qu’est-ce qui te fout en rogne ?
Ah... Quand quelqu'un me dit: "Mais ton personnage, là, pourquoi a-t-il fait ça, et pas plutôt autre chose... ? "

Ta citation favorite ?
"Il n'y a pas d'amour de vivre sans désespoir de vivre", Camus "L'étranger".

Un souhait ?
Que les mots ne me fuient jamais.

Quelle est la question la plus stupide qu’on pourrait te poser ?
"Quand vas-tu accepter de vieillir ?"