Interview...

Alain Monderer


Pseudo ou nom réel ?
j'utilise mon nom réel , c'est plus simple pour le public et pour ma facilité. Je suis un grand distrait et ne répondrais peut-être pas à une interpellation sur un pseudonyme

Où habites-tu ?
La chouette maison qui abrite ma famille se trouve à Corroy le Grand en Brabant Wallon. Le Val Villers est un site vert entouré du bois de Villers et quelquefois les biches sortent du bois et viennent en famille dans le fonds de mon jardin? j'ai pu les prendre en photos.Mes deux garçons viennent encore à la maison mais cela devient plus rare. Reste Elise, ma fille, qui à quinze ans se sent pousser des ailes.

Sucré ou salé ?
Plutôt sucré, j'aime la tarte de Chaumont Gistoux, au sucre, la brésilienne, le flan, les fruits de mon village d'adoption. Mais bon, tout le monde en raffole, alors j'en profite aux bonnes occasions.

Que fais-tu dans la vie ?
J'exerce une profession à caractère social. Je conseille les gens en matière d'emploi. Cela me convient très bien car j'adore les rencontres humaines, l'aide que je peux donner aux gens me permet de grandir même si à mon âge , il s'agit d'une toute autre croissance. Je dispose de tant d'énergie que de la donner en partage me convient fort bien.

Quand as-tu commencé à écrire et pourquoi ?
J'ai eu l'occasion de tenter un premier poème à 12 ans. Pour l'anecdote je dirais que c'est mon prof de français à l'époque qui m'a encouragé indirectement. Il avait demandé d'apprendre par coeur une poésie d'auteur et comme j'avais été paresseux et distrait, je n'ai rien préparé mais j'avai en tête un texte que j'avais écris: la nuit, inspiré de mon vécu d'alors.
Je sortais d'une nuit comateuse. J'ai dit mon texte et en fin de récitation, j'ai été applaudis et j'ai été prié de donner le nom de l'auteur. J'ai alors inventé qu'il s'agissait d'un texte de Victor Hugo. Peut être pour m'encourager le prof n'a pas démenti. Ce mensonge m'aura permis de persévérer.

As-tu déjà publié quelque part ?
Mon recueil de poésie "ailleurs n'est jamais loin" est sorti en 2008 aux éditions Patch à Rixensart. Ces textes parlent de tous les ailleurs que j'apprécie: les lieux géographiques mais aussi les individus rencontrés et enfin l'ailleur qui est en soi, le voyage intérieur.

As-tu déjà remporté des prix ou obtenu une reconnaissance quelconque ?
Je ne me suis pas lancé dans ce genre là, pas encore , mais qui sait?

Pourquoi Chloe des Lys ?
Car l'alliance de l'artisanal et du professionnel me séduit.

Quel ouvrage vas-tu publier ?
un recueil de nouvelles: la couleur fauve. Il s'agit de mon observation du quotidien des individus, du mien, de la vie et de ses alléas. La cruauté, l'indifférence, la solitude, le besoin de rencontres, d'amitié, d'amour. Les petits bonheurs, la vie tout simplement.

Ma quête d’amitié pourrait se comparer à celle d’un Don Quichotte, héros de Cervantès, dans une époque, le 21e siècle, où ce mot a une résonnance très différente de celle de l’auteur ibérique.
Observateur du quotidien, j’aime faire émerger l’hypothèse selon laquelle nos existences présentent de grandes similitudes, malgré les choix de vie de chacun. Observations au travers du vécu habituel des gens rencontrés : les courses, le bistrot, le transport public, la rue.

Certains laissent apparaître plus de profondeur d’âme : entrelacs de sentiments évoqués en amour, en amitié. Ils ôtent leur carapace, se mettent à nu. J’apprécie et veut faire partager l’idée que tout est encore possible même si l’on croit que toutes les pistes ont été vérifiées.
Miroir du temps : les humains pensent qu’ils sont les premiers à vivre les évènements, les générations se renouvellent, les actions se répètent. L’amour, les désillusions, la douleur infligée, la douleur subie, les relations humaines, la cruauté, l’indifférence, la compassion, la recherche du bien être, le passé, l’enfance. Et la solitude, présente et destructrice. Elle inflige les pires sévices.
Tout cela témoigne d’un éternel recommencement. Le regard que je porte entre les miroirs se reflète à l’infini. Il inspire mon voyage intérieur.

Comment fais-tu pour essayer de te faire connaître ?
Je confie mes textes aux professionnels en imaginant qu'ils ont de bons canaux de diffusion. Je parle de ce que je fais autour de moi. Le bouche à oreille est un moyen à petite échelle mais indispensable.

Des projets pour la suite ?
Un recueil de poésie, peut être, j'en ai encore dans mes tiroirs ceux ci décrivent mes nombreux voyages.

Pourquoi écris-tu et comment ?
C'est ma passion , mon meilleur moyen de communiquer. Quelle question surprenante, comment écrit on? couché? à l'ordi? à la main? devant une feuille blanche? non, rien de tout cela. J'écris quand mon sens de l'observation est aiguisé par des lieux ,d'une part et aussi quand je renconte quelqu'un qui me fait vibrer, qui m'inspire, qui me fait vivre des émotions particulières. Celà c'est vraiment géant.

As-tu un blog ou un site ?
Mon blog: 13-Emotionnel.skyrock.com , on peut y voir des photos de mes ailleurs choisis et rêvés.

Qu’est-ce qui te fout en rogne ?
la mauvaise foi , principalement dans l'amitié

Un souhait ?
Demeurer en constant éveil , ne pas cesser de découvrir

Quelle est la question la plus stupide qu’on pourrait te poser ?
Souhaites tu te ranger, poser tes valises ?