Interview...

Anne Sophie Malice


Pseudo ou nom réel ?
J'ai hésité entre Juliette Mosin-Nagant ou Anne-Sophie Malice... je n'ai pas fait compliqué, au final.C'est le vrai de vrai.

Où habites-tu ?
Pas loin de la frontière française, ce qui m'arrange, je me sens mieux par là qu'en Belgitude. L'eau est moins chère aussi. Je ne bois pas d'eau, note.

Une famille, des enfants…
Mon père, mon pilier. Mais les amis sont la famille qu'on choisit. Pas d'enfant. Tu peux me reposer la question une troisième fois si tu veux, ça n'aura pas changé. La vie sait ce qu'elle fait.

Sucré ou salé ?
Poivré.

Petite, que voulais-tu faire ?
A part grandir tu veux dire ? Fleuriste. J'aimais faire le jardin avec mon paternel. Le gypsophile était ma fleur préférée. J'étais naïve comme la neige.

A quelle figure historique aimerais-tu ressembler ?
Un homme, obligatoirement. Etre une femme ne m'a jamais fait rire, au contraire.
Les membres du groupe Rammstein étant toujours bien vivants, pour mon plus grand bonheur auditif...Un Allemand, de toute façon. Alors ce serait Bach. J'aime la profondeur de sa musique. Je le trouve « grave » aussi, profond.
En magasin j'ai aussi Oscar Schindler, pour avoir sauvé des vies.
Arthur Schopenhauer, Stefan Zweig... pour leur plume. Et pour avoir écrit en allemand !
En fait, des hommes allemands que j'apprécie, y'en a un paquet.

Ton truc contre le stress ?
Le masochisme.

Que fais-tu dans la vie ?
Je crois que j'avais dit que je rêvais, la première fois. Je suis bien ancrée dans le réel depuis. A vrai dire, je crois que tout ce que je souhaite est inaccessible : être une personne que j'aime, avoir une moto sportive, un Uzi,... pour moult raisons. Je m'accroche, je continue, tu remarqueras.

Quand as-tu commencé à écrire et pourquoi ?
Vers 13 ans, des poèmes lugubres. J'aurais pu revisiter le « J'aime la vie » de Sandra Kim par « J'aime la pluie ».C'était aussi sombre que mon état d'esprit de l'époque. Les choses ont bien changé : j'aime l'humour, les sarcasmes, l'autodérision. Les jolis mots, même si je les oublie aussi vite que je les découvre.

As-tu déjà publié quelque part ?
Ah ah... chez Chloé. Mais je suis toujours incapable de définir mes gribouillis. Disons que les deux premiers sont des « textes poétiques », comme me l'a dit Laurent [Dumortier, le Boss] et le troisième est composé de citations et de dialogues.

As-tu déjà remporté des prix ou obtenu une reconnaissance quelconque ?
Un prix, pour des dessins réalisés aux écolines [des encres de couleurs]. A l'époque j'ai osé participer, comme ça, pour voir. J'allais partir lors de l'annonce des prix, n'imaginant pas une seconde que je puisse être la première. Mais si.

Pourquoi Chloe des Lys ?
J'ai frappé à leur porte il y a un peu moins de 10 ans et ils m'ont fait confiance.La confiance que je ne m'accorde pas moi-même alors tu penses bien que j'y suis, j'y reste. Je suis touchée d'avoir leur soutien, c'est important pour moi.

Quel ouvrage vas-tu publier ?
Il y en aura deux. Les événements ont fait que j'ai écrit d'autres choses en plus de ce que j'avais prévu initialement.
Le 4 ème sera dans la lignée des deux premiers, des textes poétiques donc.
Le 5 ème est le plus personnel jusqu'ici puisqu'il parle du vécu pur et dur. Mon ami, compagnon sans vivre ensemble,... [...je ne sais comment le nommer mais « la dernière personne pour laquelle j'ai voulu sauver l'existence » serait plus exact.] s'est suicidé en avril 2015, j'ai fait une thrombose cérébrale deux jours après.
Quand on s'en tire avec des séquelles qui permettent tout de même de pouvoir écrire, on écrit.

Comment fais-tu pour essayer de te faire connaître ?
Pertinente question. J'en parlerai autour de moi.
J'ai même réactivé mon compte facebook en prévision. Mais, entre nous, les réseaux sociaux, je ne les trouve pas sociaux du tout.

Projets pour la suite ?
Point de vue gribouillis, j'ai une idée en tête depuis un moment, des années. Mais c'est très personnel. Ce serait me livrer en pâture à toute personne susceptible de me lire. Je ne sais pas si je serai prête un jour pour ça.

Pourquoi écris-tu et comment ?
J'en ai besoin. C'est très périodique ceci dit. Je peux faire des mois sans écrire un mot. J'écris sur papier, sur le pc et parfois sur le téléphone. Je suis passée au smartphone en retard, il y a un moment où ça peut être amusant le tactile.
Toujours sur fond de télé. Elle est allumée dès mon réveil jusqu'à ce que j'aille me coucher. Sans la regarder pour autant.

Tes influences, tes maîtres, tes coups de coeur en littérature, cinéma, peinture, musique…
Tu sais que c'est très vaste comme question ça, hein ?
Les premiers écrivains qui ont chamboulé mon coeur sont Shakespeare et Maupassant. Par la suite, Huysmans,Garcia Marquez, Bobin [pour qui j'ai créé une page sur facebook, avec 11.000 personnes, si si, c'est incroyable...], Oscar Wilde, Thoreau,... j'en oublie.
Je n'ai pas lu le dixième de ce qui m'intéresse. J'en fais mon deuil chaque jour.
Côté cinéma, « Le cercle des poètes disparus » a bouleversé mon adolescence et « Into the wild » mon « âge mature ».
Le film « Womb » m'a interpellée tiens, maintenant que j'y pense. Il est dérangeant.
J'ai un intérêt tout particulier pour Clint Eastwood. L'acteur est épatant et le réalisateur est formidable, à mon sens. Quand je pense qu'il a eu l'âge de ma grand-mère... Lynch, Kubrick,... A part la science fiction à laquelle je n'accroche que peu, c'est éclectique. Les « trucs où il y a des crimes» me passionnent, lorsqu'il y a un côté psychologique.
Luke Perry n'est pas un acteur selon les gens mais c'est mon amoureux depuis plus de 20 ans. Dommage qu'il n'en sache rien.
La peinture... j'ai eu la chance de faire les Beaux-Arts et je dois bien avouer que j'ai trouvé quelque chose d'intéressant en chacun des artistes de chaque mouvement. Schiele m'a marquée. Son côté torturé. Moins connu mais tout aussi expressif, Charles Malinsky. Il a peint le Cirque noir. C'est grandiose sur toile, en les touchant des yeux.
La musique fait partie de mon quotidien. J'ai chanté dans un groupe de metal pendant 7 ans. Une des plus belles expériences de ma vie. J'ai découvert le metal et ces groupes qui me boostent, automatiquement. Iron Maiden, System of a down,...et bien évidemment Rammstein. Le metal a des pouvoirs magiques sur moi.
Par ailleurs, j'ai découvert Olafur Arnalds il y a deux ans, il s'infiltre dans l'esprit et fait oublier le monde.
Mais, chaque année, la première chanson que j'écoute le jour de mon anniversaire c'est « Mmmbop » d'Hanson. J'assume.
J'ai fait dans les grandes lignes, tu vois.

Un ami ou une amie dont tu aimerais qu’on parle ?
Puisque j'ai parlé de mon meilleur ami la première fois, là ce sera ma meilleure amie, Alix. Ma Loupiote. On était dans le même établissement scolaire en secondaire mais pas dans la même année, perdues de vue puis retrouvées. Elle pétille. Elle ose, elle fait, elle bouge, elle vit. Tout mon contraire.Elle m'a apporté des t-shirts en clinique quand je me complaisais dans la camisole imposée. Puis, elle m'a fait découvrir l'opéra contemporain. Quelle claque ! J'ai adoré.
Alix est une artiste, une vraie. Elle donne des cours de diction, entre autres. Je voudrais être une petite souris pour voir ses élèves se marrer, avec rigueur, attention. Elle est en train de mettre en place son premier one woman show et j'ai hâte de la voir finaliser son projet. Pour l'avoir déjà vue sur scène, je suis certaine que ce sera peaufiné. Si tu veux, on en reparle, je suis certaine que tu l'apprécierais.

Tes hobbys ? Musique, dessin, peinture…
Je me suis mise au bricolage et au jardinage... passionnant. Je viens de déménager et ça occupe ma caboche. Je n'ai plus touché un crayon depuis des années. La peur de rater m'empêche de faire un tas de choses. Si toutefois j'ose, je fais des photos, de détails, de mon chat, de la vie qui grouille autour de moi.
J'aime le tir, quand j'ose et fais le pas d'y aller. On y revient. C'est un moment de tranquillité et une forme étrange de contrôle de soi. C'est tellement rare ce calme et ce sentiment de maîtriser le monde que je savoure quand ça se produit.

As-tu un blog ou un site ? Adresse… qu’y proposes-tu ?
J'ai supprimé le blog que j'avais depuis des années. L'envie de disparaître virtuellement a été plus forte. Il ne reste que mon adresse mail.

Qu’est-ce qui te fout en rogne ?
La vulgarité, la bêtise humaine, l'impolitesse, la cruauté envers les animaux, la méchanceté, l'injustice, l'intolérance [c'est si facile de juger sans essayer de comprendre,...un simple déchet balancé en rase campagne me fout en rogne, un conducteur qui ne met pas son clignotant,... Le monde à lui seul me fout en rogne. Ou alors c'est le fait de ne pas m'adapter à tout ça et d'en souffrir chaque jour... ? Non, c'est bien la société.

Ta citation favorite ?
La seule qui me vienne à l'esprit là tout de suite et elle est d'un grand penseur, le rédacteur des répliques du Docteur House, tu apprécieras... « Rien n'a d'importance, nous sommes tous des cloportes. »

Une qualité et un défaut ?
Une qualité... je reviens dans une heure, le temps d'y réfléchir. *une heure plus tard...* Je ne fais jamais la tronche, quoi qu'il arrive. Contrariée, énervée, triste mais pas la gueule !
Un défaut, je peux dresser la liste mais en choisissant celui qui me coûte au quotidien : pas une once de confiance en moi.


Un souhait ? Restons terre-à-terre, avec les plaisirs simples de l'existence : à l'heure qu'il est, puisque Djokovic a gagné son premier Roland Garros, je vais dire que l'Allemagne remporte l'Euro 2016.

Est-ce indiscret de te demander si tu crois en dieu ?
Où est l'indiscrétion ? Non, je suis agnostique. J'ai d'ailleurs eu recours à l'apostasie il y a quelques mois. Ça me travaillait depuis des années d'être baptisée, d'avoir dû subir toutes les étapes de la foi chrétienne, sans qu'on me demande une seule fois mon avis. Etre la fille d'un dieu dont je n'ai croisé ni l'ombre ni les signes. Parce que je n'ai pas la capacité de croire ni d'invoquer quelqu'un que je ne verrai jamais, qui a marché sur l'eau [le magicien Dynamo l'a fait aussi... mais il s'est fait réprimander par la police, lui.], fait marcher un handicapé, multiplié les pains, transformé l'eau en vin [les alcooliques seraient ravis]. Je suis touchée, et à la fois je ne comprends pas, quand ma grand-mère me dit qu'elle va dire ses prières pour qu'on m'aide.
En bref, je suis en accord avec moi, au moins à ce niveau, depuis que mon nom a été rayé de la liste des baptêmes.

As-tu peur de vieillir ?
Peur de vivre vieille sans les personnes que j'aime, oui.
La mort sera une délivrance pour moi. Un salut dont je ne pourrai même pas profiter puisque, jusqu'à preuve du contraire, on n'en a pas conscience. C'est fou.

Quelle est la question la plus stupide qu’on pourrait te poser ?
Dis-moi, je te dirai si je la trouve stupide ta question !