Interview...

Paul Maakad


Pseudo ou nom réel ?
Nom réel, Paul Maakad. Je suis fier de qui je suis, pas besoin de se cacher derrière un nom d'emprunt.

Où habites-tu ?
J'habite en banlieue parisienne, à Puteaux plus exactement. Mes parents ont fui la guerre civile libanaise et sont venus s'installer dans cette petite commune des Hauts-de-Seine en 1990 afin de nous assurer un avenir plus stable.

Une famille, des enfants…
Aventureux dans l'âme, je voyage beaucoup afin de sentir l'énergie du monde dans toutes ses expressions. L'on fait tous partie de la même famille et nous sommes tous les enfants de la même Terre.

Sucré ou salé ?
Aigre doux, ça donne plus de piquant.

Petit, que voulais-tu faire ?
Petit, je voulais atteindre une compréhension des choses de la vie; je suis encore petit...

A quelle figure historique aimerais-tu ressembler ?
Chacun de nous appartient à l'Histoire du Monde; j'aimerais ressembler à... moi.

Ton truc contre le stress ?
Le stress vient de la peur; avoir foi en la Vie et en le fait que tout va bien aller évacue la peur.

Que fais-tu dans la vie ? Explique…
Je suis un baroudeur-né, ça vient sans doute de mon enfance qui m'a vu changer de lieu de vie à maintes reprises. J'ai exercé le métier de journaliste-reporter pendant 6 ans en freelance; j'ai participé également à des missions humanitaires au Moyen-Orient. Voyons ce que la Vie me réserve pour la suite...

Quand as-tu commencé à écrire et pourquoi ?
J'ai commencé à écrire lorsque j'étais étudiant en sciences politiques à Beyrouth il y a sept ans. Le Liban m'a toujours inspiré et il m'est naturellement venu l'envie et le besoin de consigner par écrit toutes les sensations que la Vie me donnait la chance de ressentir.

As-tu déjà publié quelque part ?
C'est la première fois que je vais avoir le bonheur de publier un de mes manuscrits. Merci du fond du cœur Chloé des Lys, de me donner la chance de vivre cette incroyable aventure

As-tu déjà remporté des prix ou obtenu une reconnaissance quelconque ?
Non, mais je n'en cherche pas. Je n'aime pas le concept de concurrence, alors le simple fait de partager ce que chacun de nous est une reconnaissance qui me sied amplement.

Pourquoi Chloe des Lys ?
Chloé des Lys donne la chance à des auteurs nouveaux de publier. C'est un projet extraordinaire car l'on sent l'amour de ses bénévoles pour les mots et leur pouvoir. C'est une énergie que je n'ai pas souvent trouvé dans le monde de l'édition.

Quel ouvrage vas-tu publier ?
Il s'agit d'un recueil de poésie appelé "Bouillonnement". C'est un mélange de sensations diverses, à mesure que les différentes situations de la Vie se présentaient à moi. Le point commun à toutes ces situations est qu'elles engendraient en moi une réflexion métaphysique bien plus large que la situation en elle-même.

Comment fais-tu pour essayer de te faire connaître ?
J'ai la chance de m'être constitué un carnet d'adresse assez étoffé dans le monde du journalisme et de la culture de par les différents métiers que j'ai exercés; aussi, je vais faire en sorte d'activer les bons réseaux pour engager des projets d'exposition conjointe, de récitation, de mise en musique, de dédicace etc...

Projets pour la suite ?
Profiter de la Vie, toujours.

Pourquoi écris-tu et comment ?
J'ai toujours écrit quand ça n'allait pas très bien, afin d'exorciser un mal-être et de l'extérioriser pour lui donner corps. L'écriture m'est une sorte d'exutoire. Quand me vient le besoin d'écrire, c'est d'une traite que je couche sur papier ce qui sera. J'en découvre le fruit en même temps que je l'écris.

Tes influences, tes maîtres, tes coups de cœur en littérature, cinéma, peinture, musique…
J'aime beaucoup Stephan Zweig car toute son œuvre s'est apparentée à un cheminement vers une compréhension globale de la psyché humaine et de la Vie dans son ensemble.

Un ami ou une amie dont tu aimerais qu’on parle ?
J'aimerais que l'on parle d'un ami-artiste qui s'appelle Sepand Danesh: iranien d'origine, il s'est battu toute sa vie pour développer son art et son besoin d'exprimer son talent. Il m'aidera à façonner la couverture de mon recueil de poésie et je voudrais l'en remercier.

Tes hobbys ? Musique, dessin, peinture…
J'aime la course à pied, les balades, les réunions familiales, les bonnes soirées entre amis. Je suis un bon vivant. Il m'arrive parfois de vouloir me reclure et me recentrer sur moi-même par des lectures et des moments intimes de contemplation.

As-tu un blog ou un site ?
Non, outre ma page facebook - Paul Maakad -, je n'ai pas de tels outils; je vais y remédier incessamment...

Qu’est-ce qui te fout en rogne ?
QPlus grand chose; rien, je crois.

Ta citation favorite ?
'We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars.' - Oscar Wilde

Une qualité et un défaut ?
Une qualité: Le dynamisme, l'éternelle envie de découvrir et d'aller de l'avant. Un défaut: l'éparpillement.

Un souhait ?
Pouvoir continuer de vivre de nouvelles expériences afin de progresser dans la voie de la sagesse et de la compréhension de la Vie.

Est-ce indiscret de te demander si tu crois en dieu ?
Non, ce n'est pas indiscret du tout. Je ne crois pas en Dieu mais en une énergie vitale, universelle et omnisciente qui maintient un équilibre et une harmonie globale.

As-tu peur de vieillir ?
Je n'ai pas peur de vieillir parce que je ne crois pas en la notion linéaire du temps. Le temps n'est qu'une invention humaine pour pouvoir organiser la vie en société. Je crois plutôt à des moments de Vie, à des instants. Ainsi, la "vieillesse" n'est pas une période de la vie plus ingrate qu'une autre, elle est un moment de la Vie, de laquelle chacun pourra tirer de la joie et de la sagesse, comme tout autre.

Quelle est la question la plus stupide qu’on pourrait te poser ?
Il n'y en a pas.