Interview...

Vicktoria Laurent Skrabalova




Pseudo ou nom réel ?
C'est mon nom réel. En fait, mon nom d'épouse et mon nom de jeune fille slovaque.

Où habites-tu ?
J'habite à Paris dans un arrondissement de type melting pot, le 20ème. Cela fait 13 ans que j'habite là et j'adore. La France est mon pays d'adoption. La Slovaquie est le pays où restent mes racines.

Sucré ou salé ?
Les deux. Je suis très gourmande.

Petite, que voulais-tu faire ?
Je voulais devenir journaliste ou écrire des livres. Plus jeune, j'étais pigiste pour un quotidien slovaque et plus tard, j'ai publié mon premier livre.

A quelle figure historique aimerais-tu ressembler ?
Je suis impressionnée par des personnes fortes, combattantes. Des personnes capables d'aller jusqu'au bout pour la justice et un monde meilleur. J'ai toujours admiré Che Guevara et Martin Luther King qui ont payé cher leur combat. J'aurais voulu naître plus tôt, à l'époque où il y avait plus d'espoir de changer la société. Même si cela pouvait paraître vain, au moins, les gens avaient encore cette énergie pour se battre.

Ton truc contre le stress ?
Me plonger dans un bon livre ou regarder un bon film entourée par mon mari et mon chat.

Que fais-tu dans la vie ?
Récemment, je me suis reconvertie professionnellement pour travailler dans un domaine proche de mon cœur, de mes valeurs. Je suis chef de projet dans une TPE ancrée dans l'économie sociale et solidaire. Nous sommes experts en gestion et valorisation des biodéchets par compostage en milieu urbain.

Quand as-tu commencé à écrire et pourquoi ?
J'ai commencé à l'école élémentaire. J'étais une grande lectrice, le nez tout le temps plongé dans les livres. Mon imagination et besoin de m'exprimer ont fait le reste.

As-tu déjà publié quelque part ?
J'ai publié trois livres en Slovaquie et un livre en France. En Slovaquie, j'ai publié un recueil de nouvelles fantastique et d'anticipation, un livre pour les enfants et un recueil de poésie.
Mon recueil de poésie bilingue, franco-slovaque, a été publié en France. C'était une expérience unique car j'ai traduit mes propres poèmes du français en slovaque.

As-tu déjà remporté des prix ou obtenu une reconnaissance quelconque ?
J'ai obtenu plusieurs prix en Slovaquie, parmi lesquels le Prix du Salon du livre à Bratislava, et mon livre pour les enfants fait partie des plus beaux livres slovaques en 2015. Mes poèmes étaient publiés dans diverses revues littéraires et recueils français.

Pourquoi Chloe des Lys ?
J'ai envoyé le manuscrit à plusieurs maisons d'édition en France et je me suis dit pourquoi pas la Belgique. J'ai eu l'occasion de présenter ma poésie au Centre Wallonie-Bruxelles à Paris. Quand j'ai lu la page web de Chloé des Lys, j'ai apprécié le principe et le fonctionnement de cette maison d'édition.

Quel ouvrage vas-tu publier ?
Je vais publier un recueil de poésie, Le Berceau Nommé Mélancolie. Il s'agit de poèmes imprégnés d'une certaine noirceur mais on y trouve aussi de l'énergie. Un peu comme une petite lumière d'espoir. La pensée conductrice est la mélancolie.

Comment fais-tu pour essayer de te faire connaître ?
J'envoie mes poèmes dans diverses revues et concours littéraires. Je participe à des événements littéraires. Je publie ma poésie sur mon profil facebook et je compte sur mon réseau.

Projets pour la suite ?
J'ai quelques projets slovaques:
- un très beau projet de livre avec un ami artiste/illustrateur/photographe slovaque
- un livre pour les enfants qui devrait paraître en Slovaquie fin 2018
- j'ai commencé l'écriture d'un roman dystopique
J'avance aussi sur quelques projets en français (des livres pour les enfants).

Pourquoi écris-tu et comment ?
J'écris par besoin d'exprimer, de partager ce qui s'accumule en mon intérieur. S'il n'y a qu'un mot, une phrase, retenus par mes lecteurs et qui les marquent, c'est un succès.

Tes influences, tes maîtres, tes coups de cœur en littérature, cinéma, peinture, musique…
En général, tout ce que je lis, je vois, j'entends, laisse une trace. Cependant, je peux affirmer que j'ai été très touchée par la poésie de Vladimir Maïakovski et Mahmoud Darwich ainsi que par les écrits de Svetlana Alexievitch.
J'aime beaucoup les livres de certains auteurs tchèques comme Bohumil Hrabal et Jaroslav Hasek.
Mes maîtres de science-fiction et d'anticipation sont Karel Capek et Michael Moorcock. Et j'adore l'humour d'Arto Paasilinna.

Tes hobbys ? Musique, dessin, peinture…
Promenades dans la forêt, jardinage, musique métal et rock, cinéma. Pendant un moment, je faisais pas mal de sculpture en pâte Fimo mais j'ai arrêté, manque de temps.

As-tu un blog ou un site ? Adresse… qu’y proposes-tu ?
J'ai un site d'auteur slovaque (www.viktoria-lask.net) et un profil facebook d'auteur franco-slovaque (www.facebook.com/viktoria.lask). J'y partage les informations sur mes écrits, mes publications, ma vie littéraire et aussi militante.

Qu’est-ce qui te fout en rogne ?
L'injustice et l'hypocrisie.

Ta citation favorite ?
Il y a beaucoup de citations qui peuvent me plaire mais j'en retiens rarement une.

Un souhait ?
Que tous les hommes soient réellement égaux et libres. Sans oublier que la liberté n'est pas faire ce qu'on veut mais de se respecter mutuellement.

Est-ce indiscret de te demander si tu crois en dieu ?
Je n'ai pas peur de répondre que je suis athée.

Quelle est la question la plus stupide qu’on pourrait te poser ?
Pourquoi tu ne veux pas d'enfants. C'est la question à laquelle je deviens allergique