Interview...

Pascal Kwiat


Pseudo ou nom réel ?
Nom réel et… réellement compliqué. Je ne manque pas de lettres…! Mais la traduction de mon nom d’origine polonaise a une petite touche, disons… poétique ! « Petit fleuriste »

Où habites-tu ?
En Lorraine. Frontières meurtries par tant de conflits. Terres d’immigrations… de feu, de fer et d’illusions.

Une famille, des enfants…
Une femme que j’aime. Pas d’enfants (La vie en a décidé ainsi…)

Sucré ou salé ?
Une question qui ne manque pas de sel mais… suis plutôt sucré (chocolat en particulier.)

Que fais-tu dans la vie ?
Je vis !
Je suis instituteur. J’écris un peu… beaucoup pour mes élèves.
Je vis aussi grâce à la poésie, la photographie, les amis, le bon vin, les randonnées en montagne, les papillons, la musique, les voyages, la sieste, les chats… Je vis et me dis que le temps passe vite. Et qu’il me faudra bien six autres vies pour aller au bout de mes passions ! En fait, l’idéal serait de vivre plusieurs vies en parallèle et de pouvoir zapper à tout moment selon les circonstances…

Quand as-tu commencé à écrire et pourquoi ?
Depuis quand ?
En entrant au cours préparatoire ! Sans doute par obligation… Gaucher contrarié à l’écriture illisible, j’ai pourtant aimé depuis mon plus jeune âge la poésie en jonglant avec les mots, les images.
Pourquoi ? Je donne ma langue au chat…

As-tu déjà publié quelque part ?
Une dizaine de livres photographiques à caractère régional (Mais j’aimerais aussi faire un livre photographique sue les Alpes. J’ai matière !)
En autoédition, trois recueils de poésie !

As-tu déjà remporté des prix ou obtenu une reconnaissance quelconque ?
Membre de la Société des Poètes et Artistes de France, j’ai écrit et publié des poèmes dans différentes revues (Art et Poésie, Flammes Vives, Lieux d’Etre, Portique...). En 1997, j’ai obtenu le 1er Prix du Concours International de Poésie ART&POESIE pour son ensemble un voilier blanc.
En octobre 2004, J’ai publié mon premier recueil de poésies Entre Mer et Montagne aux Presses Littéraires (Grand Prix des Muses du Centre Européen pour la Promotion des Arts et des Lettres).
Avec mon deuxième recueil de poésies Mémoire de Fer publié en 2006, j’ai obtenu le Grand Prix Wilfrid Lucas de la Société des Poètes et Artistes de France).
J’ai été aussi primé à de nombreux concours en photographie .Avec mon premier livre photographique MOSELLE, Paysages et lumières de Lorraine aux Editions PIERRON, j’ai obtenu le Prix des Conseils Régionaux de la Région Lorraine, Mention spéciale photographie.

Pourquoi Chloe des Lys ?
J’ai découvert en allant sur un site de poésie « Nouvelle poésie ». Je me suis informé… J’ai pris contact… J’ai été retenu !

Quel ouvrage vas-tu publier ?
Je vais publier un recueil de poésie « Le jongleur de mots » pour enfants petits et grands. (à partir de 7 ans…). J’aborde des thèmes qui passionnent les enfants : animaux, volcans, nature, amitié… L’écriture est simple, sensible, humoristique.
Le recueil a été préfacé par Yves Duteil.
Extrait :
«Entrez dans le monde poétique de Pascal… A demi-maux, il dissipe les douleurs. A mots couverts, il nous fait découvrir la subtilité de notre langue, qu’il plie, déplie pour la mettre en boîte, en pièces, en scène… et nous offre ses images jaillies d’un cœur lumineux dont les couleurs se mélangent… »

Comment fais-tu pour essayer de te faire connaître ?
En fait, je fais connaître mes poèmes, mes photos en les partageant à travers des expositions , en publiant dans des revues, en participant à des concours de poésie, en réalisant des diaporamas, des livres …

Des projets pour la suite ?
Les projets sont nombreux… Je voudrais réaliser des diaporamas pour mettre en valeur mes photographies et y joindre mes poésies. Je prévois une nouvelle exposition sur le thème de l’hiver. J’aimerais surtout réaliser un livre photo-poésie sur les Alpes ! Pourquoi pas aussi un autre livre de poésie pour enfants ?

Pourquoi écris-tu et comment ?
J’écris par période (En général quand je suis disponible et serein). J’écris sans doute pour exister et répondre à un besoin intérieur, celui de créer.

Tes influences, tes maîtres, tes coups de cœur en littérature, cinéma, peinture, musique…
Ni maître, ni Dieu… Je suis attiré par la chanson française. Malgré une certaine ouverture d’esprit… j’ai du mal avec l’art contemporain. Ce qui prime pour moi dans une œuvre (peinture, musique, cinéma, photographie) c’est l’émotion, le message. Je serais plutôt à la recherche de ce qui est beau.

As-tu un blog ou un site ?
Pas de blog ou de site. J’en aurais bien l’envie mais je fais le choix de ne pas passer trop de temps sur l’ordinateur (enfin… je limite).

Qu’est-ce qui te fout en rogne ?
Le racisme.

Un souhait ?
Aimer et faire ce qui me plaît…

Quelle est la question la plus stupide qu’on pourrait te poser ?
Autant ne pas se poser de questions et vivre !