Interview...

Jamotte Dany


Pseudo ou nom réel ?
Je suis inscrit sur le site cdl sous le pseudo « tchitchou » ; ça a l’air barbare mais c’est simplement lié à la tradition : les tchitches, à Redu et dans les alentours, étaient des tranches de poires(parfois de pommes) vidées et coupées dans la largeur, avant d’être enfilées et mises à sécher au-dessus du poêle à bois…c’est aussi le sobriquet des Redusiens mangeurs de tchitches, que j’ai adopté.

Tu habites où ?
J’habite actuellement à Neuvillers (6800 Libramont - Belgique) mais cherche activement un terrain à Redu, mon village natal qui est surtout celui du livre et de l’espace , afin d’y construire (plus les années passent, plus j’ai mal à mes racines !)

Sucré ou salé ?
J’aime travailler et déguster les deux, séparément ou en aigre-doux (diplômé, pour le plaisir uniquement, de l’école d’hôtellerie de Libramont). Quant à l’humour, je préfère le ton acerbe et satirique au ton sucré et doucereux…

Ton job ?
vraiment et uniquement si tu insistes : fonctionnaire dans un cadre austère et monolithique…

Un souhait ?
un souffle vraiment nouveau sur notre putain de vieille terre (tant pis pour le grandiloquent !), aux senteurs de spiritualité et solidarité, et pas seulement des mots creux dans la bouche des politichinelles pourris !

Pourquoi t’es chez Chloé des Lys ?
le langage direct de Laurent m’a plu, lors de notre entretien initial, et puis, « Chloé des Lys », c’est déjà, en soi, délicieusement poétique !

Quand as-tu commencé à écrire et pourquoi ?
Mon 1er écrit était un mot d'amour à une fille de ma classe de 4e primaire...depuis, je n'ai pas cessé de composer, oralement surtout, quelquefois sur papier...

T’écris quoi ?
Des poèmes, des chansons, je vais maintenant m’essayer aux sketches et, in fine, une pièce de théâtre (quand j’aurai davantage de temps…)

As-tu déjà publié quelque part ?
Je ne me suis décidé que très tard à sortir du tiroir, et sur l'insistance de quelques amis...

As-tu déjà remporté des prix ou obtenu une reconnaissance quelconque ?
Un prix d'honneur au Service Public... à oublier au plus vite !

Qu’est-ce qui te fout en rogne ?
Dutroux, les curés pédophiles, la télé-réalité, les politiciens wallons (liégeois en particulier), le vin trop cher dans les restos, les tueurs sur 4 roues, les féministes, les machos, l’ère du paraître et des paillettes…(liste non exhaustive !)

Tes livres cultes, tes films cultes, tes personnages cultes ?
les œuvres de Henri Miller, Didier Van Cauwelaert, Marie N’Diaye…, les films scandinaves (lecture des mœurs et sentiments) et belges (originalité, atmosphères…), l’abbé Pierre, Léo Ferrer, Gandhi, Luther King, Coluche, Verlaine, Maeterlinck, Vian, Bocuse, Marc Veyrat, Magritte, Amélie Nothomb, Fanny Ardant…

Quelle est la question la plus stupide qu’on pourrait te poser ?
« Pourquoi les éléphants roses ne sont-ils pas domestiqués » ?
Ou... en Belgique : « Je n’ai pas voté : crois-tu que c’est le bon choix ? »

Portrait chinois

Si vous étiez…

1. Une ville :
…La Rochelle (l’océan, la pinède, la tradition, le futurisme, le regard vers l’au-delà)

2. Un livre :
…La Maison des Lumières (une histoire, une once de fantastique, du mystère, une écriture léchée)

3. Un animal :
…une abeille (voler, se gaver de délices, piquer de temps à autre)

4. Une arme :
…une sarbacane à crachats (souiller les vaniteux, les cupides, les démesurément cons)

5. Une drogue :
…l’alcool à dose contrôlée : ça stimule les neurones)

6. Un mot :
…générosité (le bonheur est dans ce qu’on donne, du cœur et de l’esprit)

7. Un bruit :
…les glouglous de la Lesse (rivière qui baigne Redu) battant les berges désertes

8. Une saison :
…l’automne (la nature dans ses flamboyances, dans ses remerciements)

9. Un plat :
…le perdreau rôti (du gibier sauvage dans ses chairs nobles et fortes)

10. Un film :
…Tous les films d’Almodovar (la puissance et la beauté de ses dramaturgies)

11. Un super héros :
…Ulysse (une épopée grecque et dense qui se termine par le triomphe de l’amour…c’est rare !)

12. Une série télé :
…Je cherche, je cherche, je cherche…

13. Une citation :
… »Les chiens aboient, la caravane passe… » (mais où sont les caravanes ?)
Ou
»Quand son s’endort avec le cul qui gratte, on se réveille avec les doigts qui puent » (de Coluche, mais ne l’a-t-il pas piquée à un chef africain !?)