Bob Boutique

J'ai lu.... "Vaut méié in rir, alors rions"
de Josette Lambreth

par Bob Boutique



J’aurai décidément tout lu chez Chloe des Lys ! Des romans et nouvelles, ça tombe sous le sens. Des poèmes, là c’est déjà plus duraille… et maintenant du dialectal !

En fait, j’avais remarqué sur ce forum un papier dithyrambique de Christian sur le livre de Josette Lambrechts, par ailleurs méda ille d’or 2006 de l’Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Arras. En général, je n’attache pas beaucoup d’importance à ces prix, mais comme notre vénérable ami disait beaucoup de bien de ce bouquin, je l’ai commandé et reçu quelques jours plus tard, en très bon état. Preuve que le service expédition fonctionne mieux qu’on ne le dit parfois.

Oh c’est plus un opuscule qu’un livre. Une centaine de pages imprimées correctement avec en couverture le dessin d’un homme qui rit et au verso deux textes clairs et concis, expliquant qui est l’auteur et ce que contient l’ouvrage. Rien à redire. Mais ce que je retiens plus particulièrement, c’est l’introduction simple et efficace, nécessaire aussi, à laquelle je n’enlèverais pas une virgule tant elle me paraît bien rédigée.
Josette lambrechts nous propose 13 fables qui parfois sont carrément des blagues, le tout en alexandrins et en picard Hérinois. Et comme ce patois n’est pas toujours facile à déchiffrer, elle a joint une traduction, elle-même versifiée ! En clair, vous ouvrez le livre : à gauche vous avez le Ch’ti comme si vous étiez dans le film de Dany Boon et à droite le français.

Lisons.

Baptiste n’arrive plus à dormir car le chat du voisin chante toutes les nuits la Traviata sous sa fenêtre. A bout de nerfs, il se rend chez le médecin ( personnage central dans les villages ) qui finit par lui donner des somnifères… pour l’animal.

Ninette dépense beaucoup d’argent pour s’habiller, se maquiller et tout le Saint Tralala. Pourtant elle est célibataire et ne gagne des cent et des mille. Peut-être qu’elle a des amants ? La question turlupine sa voisine qui la voyant un jour revenir de chez le commissaire avec le manteau de fourrure que portait sa défunte femme, ose lui demander ce qu’elle a fait( ???) pour recevoir un habit qui la mette si bien en valeur ? Et l’autre de répondre qu’en, bonne couturière, il lui a suffit de raccourcir un peu les manches.

Germaine a 70 ans et se rend pour la première fois à Bruxelles afin d’y visiter ses petits enfants. Elle remarque horrifiée que ceux-ci dorment tout nus ! C’est la nouvelle mode lui expliquent-ils, une chemise de nuit transparente… rentrée au village elle se dépêche de faire de même pour épater son vieux Théo qui lui fait remarquer que sa nouvelle chemise de nuit est peut-être à la mode mais qu’elle ferait peut-être bien d’en repasser les plis !

Raconté comme ça, çe ne justifie qu’un léger sourire. Mais en picard, tiré en longueur, avec des dialogues savoureux et quelques expressions comiques, c’est aussi rigolo qu’un Fernandel des années 30.

Tout est à l’encan, au premier degré, avec un humour fait de malice et de cancans. On gravite dans un univers paysan ou les femmes sont acariâtres et avares, les maris portés sur la bouteille et les docteurs des charlatans. Sans oublier de mentionner ça et là des expressions oubliées mais piquantes comme « retourner sa brouette » pour mourir ou « buquer à l’port » pour frapper à la porte.

Je suis persuadé que bien raconté, sur la scène d’un théâtre dialectal, ce genre d’histoires fait rire aux éclats. C’est dépassé ? Tout à fait. Troisième âge ? Probablement. Pointu ? Sans doute. Mais très franchement, j’ai aimé, lu de bout en bout et apprécié.

Que demander de plus ?

Ceci dit, Je suis très conscient, avec ce commentaire, de ne pas trop intéresser nos amis français de Grenoble, Paris et autres lieux de Navarre. Encore qu’ils aient eux aussi leur patois. Un livre comme celui-ci ne s’adresse forcément qu’à une région. En l’occurrence : le Nord et le Tournaisis. Mais je serais prêt à parier qu’il se vendra beaucoup mieux que la plupart de nos créations, car il est unique en son genre et fort bien fait.