"

Interview...

Damien Huart


Pseudo ou nom réel ?
Nom réel. J'ai toujours été très mauvais pour me trouver des pseudos.

Où habites-tu ?
A Lustin, un village dans la périphérie de Namur. Mais j'ai mon kot à Liège où j'ai entamé ma dernière année d'études.

Une famille, des enfants…
Un frère, une sœur, une mère et un père.

Sucré ou salé ?
Plutôt salé mais ça dépend des jours.

Que fais-tu dans la vie ?
J'ai entamé ma troisième et dernière année d'études en publicité à Liège.

Quand as-tu commencé à écrire et pourquoi ?
Je ne sais plus exactement quand j'ai commencé. Je sais que j'ai toujours aimé raconter des histoires et parfois les mettre en images, à travers des vidéos, des dessins-animés, des films ou des sketchs. Je me rappelle que déjà petit, j'organisais des mises en scène avec ma sœur puis j'invitais mes cousines à y assister.

As-tu déjà publié quelque part ?
Non. C'est la première fois.

As-tu déjà remporté des prix ou obtenu une reconnaissance quelconque ?
Non. J'ai participé à quelques concours dans d'autres domaines mais sans plus.

Pourquoi Chloe des Lys ?
Ma grand-mère est tombée sur un article qui parlait de cette maison d'édition. Elle savait que j'avais écris un roman et me l'a montré. C'était la seule dont j'avais vraiment entendu parler et m'y intéressant, j'ai beaucoup aimé son fonctionnement alors je l'ai envoyé en me disant « pourquoi pas ? ».

Quel ouvrage vas-tu publier ?
C'est un drame intitulé « Sarah », comme le nom du personnage principal. Il raconte les derniers mois d'une adolescente de 16 ans atteinte d'une tumeur cérébrale inopérable.

Comment fais-tu pour essayer de te faire connaître ?
Je n'y ai pas encore vraiment pensé. Quand je réalise une vidéo par exemple, c'est le bouche-à-oreille qui la fait tourner. Je ne suis pas très doué pour me vendre.

Des projets pour la suite ?
J'ai tout un tas de projets sur le feu. Le problème, c'est de trouver le temps de tous les réaliser. J'ai le canevas d'un deuxième roman que je tarde à commencer. Je travaille également sur une série de dessins-animés que j'espère arriver à faire connaître. Et j'ai les études sur le côté qui me prennent une bonne partie de mon temps.

Pourquoi écris-tu et comment ?
J'écris avant tout pour moi-même. C'est une manière de me libérer, d'exprimer ce que je ressens. J'écris parce que ça me soulage. Je ne pars pas du tout avec l'intention de plaire ou de me faire connaître. J'ai d'ailleurs écrit ce roman « Sarah » il y a 3 ans sans jamais imaginer qu'il puisse un jour être publié. Il est resté dans un tiroir jusqu'à ce qu'une amie me demande de le lire. J'essaye avant tout d'être bien dans ma peau et j'écris quand j'en éprouve le besoin.

Tes influences, tes maîtres, tes coups de cœur en littérature, cinéma, peinture, musique…
C'est difficile à résumer car j'aime beaucoup d'artistes et je suis généralement assez ouvert... Pour ne citer que quelques noms: Eric-Emmanuel Schmitt, Carl Aderhold, Quentin Tarantino, Goya... Ce sont les premiers qui me viennent à l'esprit mais je ne suis réticent à rien, il faut juste que ça me parle. Du coup, je lis de tout, j'écoute de tout et je regarde des tas de films (je suis un grand fan de cinéma).

Un ami ou une amie dont tu aimerais qu’on parle ?
Un ami et une amie, les deux personnes qui ont inspiré ce premier roman. Tout d'abord Maxime, puisque ce livre était avant tout une manière de me soulager du poids de sa disparition. Il a su garder sa joie de vivre jusqu'à la fin et je garderai toujours de lui cette image de type souriant que je lui ai connu. Et Sarah bien sûr, puisque son caractère et sa personnalité m'ont donné l'inspiration dont j'avais besoin.

Tes hobbys ? Musique, dessin, peinture…

Mes dessins-animés, sur lesquels je passe une bonne partie de mon temps libre.

As-tu un blog ou un site ?
www.damienhuart.com, qui est actuellement surtout consacré à ces dessins-animés.

Qu’est-ce qui te fout en rogne ?
Les faux-cul, les ragots, les gens qui ne savent parler que d'eux et qui veulent qu'on les plaigne.

Ta citation favorite ?
Bonne question... pourquoi pas « A cinquante ans, on commence à se lasser du monde... et à soixante, le monde se lasse de vous. »?

Une qualité et un défaut ?
Attentif aux autres mais pas attentif à moi.

Un souhait ?
Trouver un boulot qui me plaise, me marier, avoir des enfants... ce n'est pas très original mais je ne demande pas plus.

Quelle est la question la plus stupide qu’on pourrait te poser ?
Là comme ça, pas d'idée.