Interview...

Katty Henderson


Pseudo ou nom réel ?
J'ai choisi d'utiliser mon nom réel. Je trouve qu'il sonne bien, et puis surtout, j'en suis fière. J'ai des origines Ecossaises. Je me suis amusée, un jour, à rechercher la couleur du tartan du Clan Henderson, c'est vert et bleu ! Après, sur Internet, j'utilise plutôt le pseudo de Katty Hend, c'est un peu moins long à écrire !

Où habites-tu ?
J'habite à Gouy-Lez-Piéton entre Nivelles et Charleroi. Le nom du village fait rire tout le monde, surtout mes collègues. De la cuisine, j'ai vue sur un grand jardin puis sur une prairie avec des chevaux. J'ai aussi un petit studio à Han-Sur-Lesse où j'aime me détendre, seule ou en famille. J'y vais aussi parfois pour m'isoler. C'est un peu ma source.

Une famille des enfants…
Une famille recomposée mais depuis longtemps. Mes deux filles sont grandes,Laetitia termine des études d'instit, Elodie finit ses secondaires. Et puis il y a Samuel, le fils de mon compagnon. Et mon chien ! C'est un peu mon dernier enfant !

Sucré ou salé ?
Salé sans hésiter ! Un peu comme dans la vie ! J'aime tout ce qui est épicé !

Petite que voulais-tu faire ?
Je voulais faire du théâtre, être institutrice, écrire des romans et les publier. J'ai tout réalisé ! Heureusement, il me reste plein de rêves...

Ton truc contre le stress ?
La méditation, le bol chantant, la solitude et les voyages. J'ai découvert la méditation un peu par hasard. J'ai fait un peu de yoga. De là, j'ai bifurqué vers la méditation de pleine conscience. Puis, je me suis acheté un bol chantant en Thaïlande. Et dès que j'arrive à Han-Sur-Lesse, c'est direct : je m'apaise...

Que fais-tu dans la vie ?
Ouf... Je suis passée par tous les jobs dans l'école où je travaille. J'y suis entrée pour un court intérim et ça fait près de 20 ans que j'y suis ! J'ai travaillé comme rédactrice, bibliothécaire, économe, éducatrice pour enfin me tourner vers ma vocation première : professeur de français en 1e et 2e années. Je crois que si j'ai eu besoin de faire tout ce parcours, c'est par manque de confiance en moi. J'ai besoin aussi de me lancer régulièrement des défis. Il n'y a qu 4 ans que j'enseigne le français dans mes classes.

Quand as-tu commencé à écrire et pourquoi ?
Depuis toujours. D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours écrit. Je crois que tout a commencé car j'aimais manier le stylo. J'écrivais mes journaux intimes. J'échangeais des correspondances avec mon amie Laurence. En vacances, on écrivait des pièces de théâtre qu'on jouait ensuite à la famille. Par après, je me suis lancée dans le roman. J'ai réalisé mon travail de fin d'études sur la réalisation d'un livre en classe de français. A cette époque, j'ai lâché le stylo pour une superbe machine à écrire ! J'avais fait croire à mes parent que c'était indispensable pour mes études. Régulièrement, je rangeais mes écrits dans une malle en cuir, puis je les ressortais et je modifiais tout.

As-tu déjà publié quelque part ?
Publié, non. Par contre, après 10 ans en manque de temps et d'inspiration, j'ai écrit une pièce de théâtre en une semaine. Avec des amis, on a créé une troupe, j'ai joué mon one woman show. Nous sommes partis en résidence d'artistes à Flobecq, ça a été un succès. J'ai encore écrit par la suite deux autres spectacles.

As-tu déjà remporté des prix ou obtenu une reconnaissance quelconque ?
Ne riez pas : le premier concours gagné, c'était avec Femmes d'Aujourd'hui ! Pour la Saint Valentin, il fallait raconter la rencontre avec son conjoint. Comme notre histoire n'était pas très originale, j'ai tout inventé. Et j'ai gagné !
J'ai reçu des avis positifs de critiques présents lors de la première représentation d' « Ils se sont tous tirés ! » à Flobecq et j'ai été soutenue également par ma commune. Pour ce qui est des concours de littérature, j'ai reçu de belles lettres avec des compliments, mais jamais de prix.

Pourquoi Chloe des Lys ?
Je n'y croyais pas, je n'ai pas confiance en moi. C'est parce que mes proches ont insisté pour que j'envoie mon texte que je me suis décidée. Je n'ai pas voulu prendre trop de risques, j'ai visé trois maisons d'édition belges. Je ne risquais que trois « non ». J'ai lu la ligne éditoriale de Chloe des Lys, ça semblait me correspondre... La preuve !

Quel ouvrage vas-tu publier ?
Mon roman s'intitule « La vallée de Viroinval ». J'ai énormément de mal à résumer mon livre sans dévoiler l'intrigue. Je crois que je suis trop dedans !
En gros, il s'agit d'une femme qui vit isolée du monde, dans une situation un peu insolite. Dans le village de Saint Valéry en Caux, les gens s'interrogent. Certains vont même jusqu'à penser qu'elle aurait des pouvoirs maléfiques. Mais alors, quels liens a-t-elle avec la Vallée de Viroinval ? Et quels sont les autres personnages qui gravitent autour ? Cela, évidemment, je ne peux pas vous le dévoiler !
Selon les avis reçus, d'abord des quelques amis qui ont lu le manuscrit, puis du comité de lecture, il y a des passages très poignants. C'est ce qu'on a dit de mon écriture dans mes spectacles aussi.

Comment fais-tu pour essayer de te faire connaître ?
J'ai déjà développé quelques contacts avec mes spectacles : journalistes, responsables de maisons de jeunes et de résidence d'artistes, élus politiques,... Pour le reste, j'essaie de développer un maximum sur les réseaux sociaux et par le bouche à oreilles. Mais je ne suis qu'au début de mon parcours...

Projets pour la suite ?
Un nouveau roman ! J'ai déjà un personnage. Un décor. Il me manque juste le temps pour écrire ! Mais je vais le trouver ! Et j'aimerais bien que ça ne prenne plus 10 ans !

Tes influences, tes maîtres, tes coups de cœur en littérature, cinéma, peinture, musique…
Sans hésiter, mon coup de coeur au cinéma, c'est « Into the Wild ». J'adore ce thème qui marie le voyage avec des décors de nature hostile. La bande musicale ajoute de la profondeur aux images et puis, le style du bus dans lequel le personnage s'installe me plaît vraiment bien !
Mon coup de coeur en musique, c'est William Sheller. Son univers est rempli d'images. Je vois ses chansons prendre vie et s'animer. J'adore.
Et cela m'amène à mon coup de coeur littéraire, celui qui m'a marquée étant jeune et qui a fortement influencé mon envie d'écrire : Joseph Joffo avec Tendre été. Maintenant, si je devais le faire lire à mes élèves, ils trouveraient ça nul probablement. Je devrais le relire d'ailleurs pour voir ce que j'en pense 30 ans plus tard !

Un ami ou une amie dont tu aimerais qu’ on parle ?
Sans hésiter : Aurélie, mon amie artiste aussi sensible que moi. Elle a toujours participé à mes délires !
On dit que les amis se comptent sur les doigts d'une main. Je peux citer les autres doigts ? Laurence, mon amie d'enfance parce que même après 10 ans sans se voir, rien n'a changé. Olivier, mon compagnon dans ma deuxième vie. Et tout récemment Rosaria, je ne sais pas pourquoi. Nos âmes se ressemblent.

As-tu un blog ou un site ?
Pour le moment,j'ai créé une page « la vallée de Viroinval » sur facebook : https://www.facebook.com/ henderson.katty/ J'y raconte le parcours du livre depuis l'acceptation par le comité de lecture.

Qu’ est-ce qui te fout en rogne ?
Les embouteillages, sans hésiter ! Mais je lutte pour rester zen !

Ta citation favorite ?
C'est pas une citation, mais plutôt une devise : « un jour à la fois »... Allez, on va dire « Carpe Diem », Le cercle des poètes disparus.

Une qualité et un défaut ?
Ouille ! Je suis une grande stressée. C'est mon principal défaut car du coup, mon compagnon et mes filles en bavent... ! Ma principale qualité : ma sensibilité... Je peux ressentir ce que mes proches ressentent et les comprendre. Mais bon, l'un comme l'autre peuvent se transformer en défaut ou qualité ! Le stress peut être positif comme la sensibilité peut devenir un point faible...

Est-ce indiscret de te demander si tu crois en dieu ?
Non. Mais je crois en mon Papa qui veille sur moi de là-haut. Et depuis que nous voyageons en Thaïlande mon compagnon et moi, je me rapproche de la philosophie bouddhiste car elle me fait du bien... Les bouddhistes tentent à se détacher des choses et à vivre dans l'instant présent la bienveillance et la compassion...

As-tu peur de vieillir ?
Pas vraiment non. Je n'ai pas peur de la solitude. Un peu plus de la maladie par contre. Tant que je peux voyager et avoir du temps pour moi... et des rêves !