Interview...

Robert Fontaine


Pas facile de réaliser soi-même sa propre interview !
Décor en place avec face à moi, un grand miroir et, dirigée vers mon visage, une puissante lampe halogène Non ? Pas nécessaire ? Ah bon,... ce n’est pas un interrogatoire ! On la fait simple alors ! D’accord,... bon, dans ce cas,... Allez, moteur, Robert Fontaine, première ! Attention aux doigts : ... CLAP !

QUI SUIS-JE ?
Robert FONTAINE, le nom de l’auteur de « La Chaumette », mon premier ouvrage, figure aussi sur ma carte d’identité belge. Donc,... mais je ne pense pas que Jean, avec ses particules et ses fables, fasse partie de ma branche généalogique.

OÙ SUIS-JE ? En Belgique ! Je vis à BESONRIEUX, village de l’entité de LA LOUVIERE, depuis une vingtaine d’années. Traditionnellement, chaque dernier dimanche de septembre, on y célèbre « La Ducasse à Moules », vieille coutume remontant à l’époque où la peste sévissait dans le village. Le châtelain du coin eut la bonne idée de distribuer des moules aux habitants du village et, miracle, nous sommes alors en 1579, l’épidémie disparut ! Les mollusques sont cuits au feu de bois dans un grand chaudron, suspendu à une chaîne tendue entre deux bouleaux coupés pour la circonstance. Les moules sont alors distribuées à la population présente mais la première ration est destinée au prêtre ! Belle fête mais qui ne semble plus intéresser les jeunes générations. Dommage ! Mais je suis né dans un village, pas loin de là, ECAUSSINNES. Là aussi une tradition chaque lundi de la Pentecôte : le goûter matrimonial. Hommes et femmes désireux de rencontrer le conjoint idéal s’inscrivent et le sort fait le reste ! On raconte que, depuis 1903, date du premier goûter, des couples se sont formés, mariés,... et certains eurent même beaucoup d’enfants. Mais ECAUSSINNES c’est aussi ses anciennes carrières de pierre, ses deux châteaux, ... et Julos Beaucarne que l’on ne présente plus !
Et tout cela se trouve dans la belle région baptisée « Parcs des Canaux et Châteaux de Wallonie »
PUB : venez donc y faire un tour, un jour !

LA FAMILLE.
Mon épouse et moi sommes à la tête d’une tribu de trois petits-enfants (deux filles et un garçon) et lorsque tout ce beau monde débarque avec les parents (trois filles et trois garçons),... Chéri, où sont les rallonges pour la table de la salle à manger ? Puisque nous passons à table, je préfère le sucré au salé, je suis plus pâtes que frites, et boire un petit coup m’est agréable, ...

QUE FAIS-JE ?
Côté boulot, j’ai eu la chance de travailler près de quarante ans dans la même société de fabrications métalliques ( matériel ferroviaire ) qui changea de nom à de nombreuses reprises. Et il y a quatre ans, lors d’une des multiples restructurations, ils on pensé à moi,... et j’en ai été ravi ! J’y ai pratiqué divers métiers allant de la comptabilité à la gestion des transports. Dans une autre vie je commencerai par cette dernière ! Maintenant avec le statut de « pré pensionné », je me consacre à l’écriture bien sûr, avec passion au jardinage (plus fleurs que légumes) et, avec des pieds (presque) de plomb, au bricolage !

MES PASSIONS ?
Peinture ? Cinéma ? Musique ? Sport ? Hobbys ... Dans le livre, je fais brièvement allusion à Paul Delvaux, c’est un peintre que j’apprécie. J’aime ce que je comprends : Picasso, Magritte, non, Folon, un peu. Les grands peintres flamands, ça va ! Pour le cinéma j’ai toujours eu et j’ai encore beaucoup d’admiration pour Lino Ventura. Il est décédé depuis plus de vingt ans mais j’ai toujours sur moi une photo qu’il m’a dédicacée. Coïncidence, il est décédé la même semaine que mon père. Je n’ai pas de genre ni de style de film bien défini, tout me convient, ou presque, du moment que ce ne soit pas trop fiction !
Côté musique, je suis ouvert à toutes les musiques sauf celles que j’appelle les « Aboum Aboum Aboum » qui masquent même le bruit du moteur de certaines voitures croisées dans la rue ! Donc c’est assez varié : alors,... en vrac, ... du classique avec Vivaldi, Verdi, Tchaïkovski, quelques grands opéras aussi, ... Aïda, Nabucco, comme ténor, Pavarotti évidemment, ... Puis la période faste en découvertes que furent les années soixante (J’étais en plein dedans !), les Beatles, Pink Floyd,... et en français, Hugues Aufray Johnny Hallyday, ... mais surtout les auteurs comme Adamo, Brassens, Ferrat,... le génie de Brel bien sûr ! Ne surtout pas oublier Gainsbourg ! Il y en a un tas d’autres encore,... Vangélis, Jean Michel Jarre, ... Cabrel, Bruel, ... et plein encore, actuels !
Enfin, côté sport, j’ai joué au foot comme tous les gamins. Je me passionne pour les sports moteurs et, il y a quelques années, j’ai pratiqué en faisant du rallye,... mais en tant que copilote. Belle expérience ! Avec Didier, le pilote, nous avons fait de grandes épreuves de Belgique : les Boucles de Spa, Le Condroz, et d’autres comme La Famenne, Braine-le-Comte, au Luxembourg aussi, tout cela nous valant un titre de champion de Belgique dans notre catégorie. Je rate rarement « Les 24h de Francorchamps », ... en spectateur bien sûr !
Je l’ai déjà signalé plus haut, mais j’adore jardiner, avec plus de ferveur pour les fleurs et arbustes que les légumes. Je rêve d’avoir un jardin toujours fleuris : des plantes en fleurs durant toute l’année, chacune à leur tour ! Contraste, non ?
Encore un hobby, celui que je pratique très régulièrement et sans doute le plus ancien : la photographie. Je devais avoir treize ans quand j’ai reçu mon premier appareil, un Ferrania qui faisait un bruit de réveil mécanique que l’on remonte quand je faisais avancer la bobine de pellicule ! Les appareils numériques et l’informatique me permettent désormais la réalisation de choses auxquelles l’argentique ne me donnait pas accès. Mes sujets sont très diversifiés, allant de l’araignée tissant sa toile à une Porsche 997 escaladant le Raidillon à Francorchamps ! J’ai des milliers de photos de tous genres en stock ! Le matériel que je me suis offert dès ma préretraite m’ouvre encore d’autres portes dans le domaine !

ECRIRE, COMMENT ET POURQUOI « CHLOÉ DES LYS » ?
L’idée d’écrire ? J’ai toujours aimé écrire, mes notes à l’école étaient très encourageantes en « rédaction », comme on disait à l’époque ! J’étais encore dans la vie active lorsque l’envie d’écrire un livre m’est venue ! Il y a donc plusieurs années que je stockais les grandes lignes du roman dans un coin de mon cerveau ! L’opportunité de ne plus travailler a fait que.... je m’y suis mis, mais sans trop y croire au début, ...et puis j’ai pris beaucoup de plaisir à l’écrire. Le PC est évidemment mon outil de travail mais j’admire celles et ceux qui remplissent encore des cahiers,... et je veux bien parier qu’il en existe beaucoup plus qu’on croit !
Le livre commencé, j’en ai parlé à un auteur de romans policiers de la région, et il a trouvé l’idée intéressante ! Et voilà ! C’est lui d’ailleurs qui m’a communiqué une liste d’éditeurs dans laquelle figurait « Chloé des Lys » J’ai vu le site sur Internet, je l’ai trouvé intéressant voire même sympa. J’ai rencontré le patron, sympa aussi ! Puis, après une année de patience, « Chloé des Lys » a accepté mon projet et c’est ainsi que prochainement « La Chaumette » sera éditée chez eux. En plus, n’étant pas du tout attiré par les villes, la circulation dense, les parkings toujours occupés, le bruit, ... le côté « pratique » du village de Barry ( pour ceux qui connaissent ) me convenait bien, même très bien !
PUB : visitez Barry, dans le Hainaut occidental, à deux pas de Tournai !

COMMENT EST-CE QUE J’ÉCRIS ?
Sur le PC ! ( Rires ! ).
Dans « La Chaumette », je savais toujours « où j’étais » et je savais aussi « où j’allais » ... et entre les deux je pouvais « broder » l’histoire. Ce que j’ai fait avec grand plaisir, je le répète. Je voulais aussi que tout se passe dans un laps de temps assez court, je ne voulais pas d’une histoire étalée sur plusieurs années, ... Je pense y être arrivé ! Le rythme aussi est varié : l’action se passe en dents de scie, il y a des passages lents, diront certains, et des moments forts.
PUB : chers lecteurs, n’abandonnez pas, restez accrochés, ( plus de 300 pages ! ) vous ne le regretterez pas !

LA PUBLICITÉ POUR MON LIVRE ?
La publicité de l’ouvrage ? Lorsqu’on écrit, on ne pense pas trop à l’aspect promotion du livre ! C’est vrai ! Là, je crois que « Chloé des Lys » sera d’une grande aide avec ce qu’elle propose et les conseils donnés. Mais je l’avoue, cela me fait un peu peur quand même. Mais comme je découvre, je ferai mon possible pour que l’on me découvre aussi !
PUB : je vous ferai signe lorsque ce sera le moment, mais attendez-vous à passer un bon moment lors de la lecture de « La Chaumette » ! Vous y trouverez de l’amitié, de l’amour, du suspens, ... Bon, d’accord, je vous en ferai un résumé, mais un petit hein, à la fin de l’interview !

PROJETS.
Il faut toujours avoir des projets, c’est ça la vie ! Pour ce qui est de l’écriture, « La Chaumette » se termine par des questions !... Le lecteur jugera lui-même ! Alors pourquoi pas une suite ? Oui, éventuellement !

SUIS-JE INFLUENCÉ ET PAR QUI ?
Mes influences dans l’écriture ? Je ne sais pas !

PARLER D’UN AMI OU D’UNE AMIE ?
Quand on a la chance d’avoir un ami (ou une amie), on se le garde jalousement et souvent il n’aime pas qu’on parle de lui

! PC, INTERNET, BLOG, SITE, ... ?
Je suis abonné à Internet, bien sûr, mais je ne suis pas un « maniaque » des jeux et sites divers que l’on y trouve. C’est plutôt pour moi un outil utile, des infos intéressantes. Mais ce que je demande à un PC, c’est qu’il réponde dès que je l’appelle ! Je décode : quand je pousse le bouton, j’aime que tout s’installe, tout seul, sans problème. Si ça commence à déconner, ça m’énerve !... Je ne suis pas du tout « Setup » ! Le fil rouge sur le bouton rouge, oui ! Si le bouton est bleu et le fil pas, Grrr ! Et tout ce qui est Blog, site, face book, très peu pour moi !

QU’EST-CE QUI ME MET EN ROGNE ?
Il suffit d’allumer la télévision et de regarder un journal télévisé ! La matière ne manque pas !

UN SOUHAIT ?
Que les journaux télévisés durent dix secondes, le temps de dire que tout va bien dans le monde !

QUESTION STUPIDE ?
Spielberg est désireux de faire un film de « La Chaumette ». Avez-vous son numéro de téléphone ? Mais bien sûr que je l’ai, ... pas vous ?

ET EN VITESSE, SI J’ÉTAIS,... UNE VILLE : Venise
UN LIVRE : le dernier
UN ANIMAL : le chat
UN BRUIT : la mer
UNE SAISON : le printemps
UN PLAT : les spaghettis
UN FILM : La vache et le prisonnier
UN SUPER HÉROS : Tintin
UNE SÉRIE TÉLÉ : Inspecteur Moulin
UNE CITATION : Hâtes-toi lentement !

ET VOICI ENFIN LE PETIT RÉSUMÉ TANT ATTENDU DE « LA CHAUMETTE » QUI FIGURE SUR LA COUVERTURE DU LIVRE

Depuis son enfance, Stéphane fréquente une station balnéaire et a toujours été attiré par une coquette villa magnifiquement située en bord de mer. Au terme de sa carrière professionnelle, il a enfin l’opportunité d’acquérir « La Chaumette » et de s’y établir. Il fait la connaissance de Claire et commence alors une belle histoire d’amour réciproque que rien ne semble pouvoir perturber. Pourtant, un jour, il découvre que la maison renferme un mystère. Avec la complicité de son ami Gaby, les deux hommes se rendent vite à l’évidence : ils ne pourront pas cacher longtemps leur trouvaille et risquent de se voir embarquer dans une salle affaire. Ils espèrent trouver de l’aide, mais...

RÉSUMÉ PLUS COMPLET DE L’HISTOIRE.

Depuis son enfance, Stéphane Wérimont, célibataire, est attiré par une jolie villa, « La Chaumette », seule au bord de la mer et isolée au sommet d’une dune. Bien plus tard, il en fera l’acquisition, comptant bien y passer une retraite agréable. Il s’y installe puis fait la connaissance de Claire, elle aussi décidée à couler des jours heureux au calme de la côte. Ensemble, ils vivront une véritable belle et tendre histoire d’amour.
Pourtant, un jour, tout bascule, suite à la visite de vandales qui saccagent le garage de la maison. Dans la fosse du garage, Stéphane découvre, bien camouflée, l’existence d’une porte donnant accès à des souterrains : la villa est en fait construite sur un ancien blockhaus qui donne accès à une multitude de tunnels, vestiges de la dernière guerre mondiale. Il décide d’explorer les galeries en compagnie de son ami Gaby, marin pêcheur.
Ils se rendent bien vite compte que le sous-sol est toujours utilisé, vraisemblablement pour des activités illégales. Ayant émis de sérieux doutes quant aux aptitudes peu convaincantes du commissaire en poste, ils ne mettront pas la police au courant de leur découverte. Ils préféreront faire confiance à l’intuition féminine de Claire et confieront leur secret à Alain Brihac, journaliste d’investigation dans un journal local et qui, au travers de ses articles, laisse transparaître une certaine animosité vis-à-vis du commissaire Pierre Chauvière de Mauvrecourt, responsable des forces de l’ordre, mais aussi à l’encontre de certains mandataires politiques.
S’en suivront des semaines d’inquiétude, des jours d’angoisse, des moments de peur, jusqu’au fameux matin où, dans le plus grand secret, commencera l’ « Opération Volcan », grande action menée par l’inspecteur Legrenzi, spécialiste dans le grand banditisme et ami de Brihac. Ils mettront à jour et démantèleront tout un réseau de trafiquants aux activités multiples et internationales, réseau bien connu mais couvert par le commissaire.
La Chaumette retrouvera un peu de son calme d’antan, mais ce coup de filet a-t-il réellement mis un point final à cette organisation ?