Interview...

Fargier Marie-Noëlle


Pseudo ou nom réel ?
Mon nom réel : Marie-Noëlle Fargier

Où habites-tu ?
J'habite à Vals près le Puy, petit bourg près du Puy en Velay dans les vieilles montagnes d'Auvergne en France

Une famille, des enfants ?
J'ai un fils de 30 ans, Pierre-Hugo, son amie Lucie et une adorable petite fille, Ambre, de 3 ans et demi (à cet âge ça compte les "demi")

Sucré ou salé ?
Ca dépend les moments mais j'aime aussi les deux mélangés

Petite, que voulais-tu faire ?
Quand j'étais petite (il y a quelques mois...), je ne me souviens pas avoir eu envie de faire un métier particulier par contre je me souviens que j'étais toujours "dans la lune" au détriment de mes instits.

A quelle figure historique aimerais-tu ressembler ?
figure historique, je ne vois pas. Par contre une "figure" mythologique me plaît mieux, je choisis Ariane, héroïne moitié humaine, moitié déesse. Ca doit être trop ennuyeux d'être complètement une déesse et c'est pas facile de n'être qu'humain. J'aime bien les deux mélangés comme le sucré-salé et Ariane sûrement car je n'ai aucun sens de l'orientation.

Ton truc contre le stress ?
C'est simple : je jardine

Que fais-tu dans la vie ?
Actuellement je suis secrétaire médicale dans un hôpital psychiatrique.
Antérieurement, j'ai travaillé dans le commerce, j'ai été agent de service hospitalier, aide-soignante. En fait j'aime être en contact avec les gens quels qu'ils soient avec une petite préférence pour ceux qu'on dit "différents"

Quand as-tu commencé à écrire et pourquoi ?
J'ai commencé à écrire à 11 ans, j'étais dans un collège particulier, situé en pleine campagne à 1100 m d'altitude, interne, loin de ma famille mais déjà si proche de la nature et c'est elle qui a inspiré mes premiers poèmes.

As-tu déjà publié quelque part ?
J'ai écrit dans un journal de lycée, crée un journal pour une association qui relatait en autre l'histoire de ma région

As-tu déjà remporté des prix ou obtenu une reconnaissance quelconque ?
Pas de prix mais des compliments (c'est déjà bien...

Pourquoi Chloe des Lys ?
Déjà car c'est une maison d'édition à compte d'éditeur et puis j'ai trouvé ce nom magnifique en lien avec mon manuscrit

Quel ouvrage vas-tu publier ?
"La Bukinê d'Anna", Choé des Lys dans sa critique a dit "un livre qui sort de l'ordinaire, on dirait un griot africain" (j'aime),
Le résumé : C'est d'abord un site qui existe aujourd'hui et qui revit grâce à la Municipalité de Vals qui a crée un parcours pour le découvrir. On appelle ce site le Crouzas qui veut dire "le grand tombeau", cette traduction a été faite par Mr Albert BOUDON LASHERMES, érudit de la région, qui attribue à cette terre une origine ligure, vieille de plus de mille ans avant Jésus Christ.
Le Crouzas s'encastre dans un vallon dominé par les grottes de la Roche. De drôles de logis qu'on appelle "chibottes" jalonnent ce parcours, elles sont en pierre sèche, de forme ogivale. Cet endroit sauvage, mystérieux a fait naître mes personnages. Un peuple que je nomme la tribu d'Hélios vit dans cette cité, il a un savoir extraordinaire, croit en plusieurs dieux mais ce peuple est régi par une loi meurtrière : le sacrifice humain.
Le premier de mes personnages est un nouveau-né, Matobe, l'enfant est aveugle et le peuple de la Cité d'hélios tue les enfants malformés, différents...Les sœurs de Matobe : Varna et Inanna, filles de l'ancien chef de cette tribu et de la guérisseuse, décident d'enfreindre cette règle au prix de leur séparation et peut-être de leur vie.
La sœur aînée, Varna, elle aussi dotée de pouvoirs, quitte la Cité d'Hélios pour cacher sa sœur, Matobe, à la Forêt de l'Ombre, lieu maléfique et redouté par les gens de la tribu. Inanna reste parmi son peuple. Les Dieux, la passion des hommes, se mêlent à cette famille, cette tribu divisée. Un seul lien résiste, le chant de la Bukinê...

Mon manuscrit est un récit sur les êtres dans tous les sens du terme : humain, animal, végétal, "extraordinaire" ou imaginaire. Il confond le ou les dieux de plusieurs mythologies. Il est, je l'espère, un message, que l'être quel qu'il soit évolue vers le bien mais il est surtout un hommage à Monsieur Albert BOUDON LASHERMES et ce avec ma plus sincère modestie.

Comment fais-tu pour essayer de te faire connaître ?
J'ai contacté la mairie de Vals près le Puy pour lui parler de mon manuscrit. La mairie collabore à cette édition et m'apporte son soutien en me proposant une journée dédicaces à la bibliothèque de Vals près le Puy.
Je pense contacter les différents commerces (grandes surfaces et petits commerces sur Vals, librairies sur le Puy en Velay et les différents intervenants en lien avec le "chemin de St Jacques de Compostelle" puisque les deux chemins (celui du St Jacques et du parcours des Chibottes) se croisent.

Des projets pour la suite ?
Je pense écrire une suite à la Bukinê puisque j'ai en quelque sorte ouvert une porte intemporelle (mais je n'en dirai pas plus, il faut lire le livre.

Pourquoi écris-tu et comment ?
Ecrire a toujours été un besoin, une évidence. Comme je travaille en psychiatrie, certains diraient que c'est une thérapie, peut être mais qu'importe ! Quand j'écris, j'écris vite de peur que mes idées s'enfuient, puis je reviens posément sur mon écriture, d'une certaine façon je la rationnalise si je puis dire.

Tes influences, tes maîtres, tes coups de coeur en littérature, cinéma, peinture, musique...
Je dirai que ma première influence est la nature. J'ai bien sûr lu Zola, Troyat... et d'autres plus ou moins connus. En même temps je ne suis pas une personne cultivée, je n'ai pas usé les bancs de l'école, et puis je crois que lorsque j'arrive en fin de lecture, je retiens une histoire, je garde des sensations, une impression mais j'oublie très souvent le nom des auteurs (c'est peut être lié à mon jeune âge.
Grâce à mon fils j'ai appris à connaître et aimer le théâtre mais en même temps je n'ai pas beaucoup de mérite : il est comédien !

Un ami ou une amie dont tu aimerais qu' on parle ?
J'aimerais parler de mon fils. On dit souvent que les parents éduquent leurs enfants ce qui est vrai bien sûr mais je crois qu'au fil du temps, les enfants éduquent aussi leurs parents en leur faisant découvrir ce qu'ils sont vraiment. Mon fils m'a appris à connaître ce qu'il est en tant que père, il m'a fait découvrir son univers artistique et je crois que sans lui, je n'aurai jamais osé envoyer mes quelques pages à une maison d'édition.

Tes hobbys ?
Musique, dessin, peinture ! Mon activité préférée est de partager des moments avec ma petite fille. Sinon j'aime jardiner, prendre soin de mes fleurs, mon potager, toucher la terre tout en écoutant de la musique tantôt classique, tantôt actuelle (j'aime bien les jeunes chanteurs) selon mon état d'âme.

As-tu un blog ou un site ?
Je n'ai qu'une adresse mail, je préfère communiquer en vrai.

Qu'est-ce qui te fout en rogne ?
Ce qui me fout en rogne c'est la paresse. J'ai vraiment du mal quand je me trouve face à elle, je trouve qu'elle a un visage très égoïste, qu'elle n'aime personne, pas même elle-même, et il y a tant de choses à faire, à connaître dans la vie !

Ta citation favorite ?
Ce n'est pas une citation, c'est un titre de chanson de Jean Ferrat "Aimer à perdre la raison"

Une qualité et un défaut ?
Une qualité : un peu bateau comme réponse mais j'ai la chance d'aimer la vie, un défaut : je manque de confiance en moi

Un souhait ?
Avoir encore d'autres petits enfants (plein)

Quelle est la question la plus stupide qu' on pourrait te poser ?
"T'as combien sur ton compte bancaire" (les auvergnats ont la réputation d'être radins