Interview...

Alain Diagre


Pseudo ou nom réel ?
Alain Diagre est mon nom réel.

Où habites-tu ?
J’habite le Brabant wallon depuis dix ans, ayant pris ma retraite en 2002.

Une famille, des enfants…
J’ai une épouse et trois enfants.

Sucré ou salé ?
S’il faut choisir, je préférerais les aliments salés.

Que fais-tu dans la vie ?
Bien peu de chose : faire les courses, la cuisine, m’occuper du jardin, un peu lire et soigner encore quelques patients. Je fréquente de nombreux amis, heureusement.

Quand as-tu commencé à écrire et pourquoi ?
J’ai commencé à écrire, il y a environ vingt-cinq ans. Cela m’est venu suite à des épisodes d’insomnie pendant lesquels j’imaginais des aventures, des événements fictifs, des fantasmes variés. Le lendemain, j’essayais de leur donner forme sous l’aspect de textes brefs. Cela me plaisait assez et m’imposait une salubre discipline linguistique (Le Bon Usage, le Littré…). Je les soumettais ensuite à des amis plus ou moins connaisseurs. Plusieurs d’entre eux m’ont encouragé à les publier. Cela m’a un peu surpris au début, mais j’ai fini par rechercher un éditeur. A l’heure actuelle, j’ai écrit vingt-huit contes, que j’ai appelés Contes insolites.

As-tu déjà publié quelque part ?
Je n’ai jamais rien publié d’autre.

As-tu déjà obtenu un prix ou une reconnaissacne quelconque ?
Je n’ai donc jamais obtenu de prix ni une quelconque reconnaissance.

Pourquoi Chloe des Lys ?
Chloé des Lys ? Parce que j’ai lu la description du genre de fonctionnement de ses éditeurs (ASBL), sur une page d’un livre édité par eux.

Que vas-tu publier ?
Onze de mes contes que CDL a eu la charité d' accepter. Ce sont des historiettes très variées, en tout genre, un peu lestes parfois (mais pas indécentes !). Je les ai illustrées moi-même, ce qui pour moi est d’un grand agrément. Je ne pourrais résumer ces textes : ils sont trop différents les uns des autres. Tout de même ils ont en commun d’être assez marrants, je l’espère.

Comment comptes-tu procéder pour te faire connaître ?br> Je suis bien embarrassé sur les moyens de me faire connaître. Je suis peu ambitieux et gêné de devoir faire ma propre réclame. Mais je vais être conseillé en cela par CDL.

Des projets pour la suite ?
Aucun projet sérieux. Je ne suis pas jeune et ma verve s’amenuise chaque jour !

Comment écris-tu ?
J’écris avec beaucoup de soin, en évitant les répétitions et les longueurs. J’applique la concordance des temps. Je fais deux brouillons avant de mettre au net. Pourquoi écris-je ? En réalité, cela m’a toujours distrait des vicissitudes de mon métier (la médecine générale).

Tes influences, tes maîtres, tes coups de cœur en littérature, cinéma, peinture, musique…
Mes influences ? Nombreuses, bien entendu. Rabelais, Tallemant des Réaux, Cervantès, Rousseau, Voltaire, Chateaubriand, Hugo, Paul Léautaud, Marcel Aymé, Raymond Queneau et… CELINE.
En anglais, Swift, Kipling, Edgar Poe, James Joyce l’incroyable. Aussi Nietzsche. Et les Russes !
Pour ce qui est du cinéma, j’ai admiré High Noon, Gone with de wind, Barry Lyndon, Don Giovanni… sans oublier l’immense Walt Disney, l’artiste le plus important de son siècle.
En peinture, il y a beaucoup à citer, à commencer par le plus grand peut-être : Jean Van Eyck. Pour les autres : le puissant Rubens, le troublant Rembrandt, Georges de la Tour l’intimiste, Vermeer le silencieux, Turner le dramatique (et grand précurseur de l’impressionnisme) dominé sans conteste par le merveilleux Monet.
Au XXème siècle, je ne vois rien.
En musique, je m’incline devant Bach et je m’exalte avec Mozart. Dvorak me plaît énormément. Je tourne un peu autour de Beethoven qui parfois m’interloque, parfois m’agace et souvent m’enthousiasme. J’allais oublier Schubert, l’enchanteur amical.

Un ami ou une amie dont tu aimerais parler ?
Mon grand ami Michel Rosten est celui dont je voudrais qu’on parle et en grand bien (journaliste, écrivain, tennisman).

As-tu un blog ou un site ?
Je n’ai ni blog ni site. Je ne connais rien en informatique.

Qu’est-ce qui te fout en rogne?
La popularité du football me porte sur les nerfs. L’imbécile acceptation ignorante d’un certain public, des formes d’art actuelles. Absolument consternante.

Une citation ?
« Les miroirs feraient bien de réfléchir un peu avant de nous renvoyer notre image. » (Cocteau).

Une qualité, un défaut ?
Une qualité ? La naïveté. Un défaut ? La crédulité.

Un souhait ?
Mon principal souhait est qu’il n’y ait plus de guerre (en Europe). Aussi de mourir sans souffrir.

Une question idiote pour terminer ?
Si vous deviez recommencer votre vie, que feriez-vous ? Voilà une question débile. Du reste, je recommencerais tout à fait la même chose.