Interview...

Louis delville


Pseudo ou nom réel ?
Nom réel, bien sûr ! J'en suis fier !

Où habites-tu ?
J'habite à Mont-sur-Marchienne, commune du grand Charleroi, où se trouve le plus beau musée de la photographie d'Europe. Liégeois d'origine, je suis arrivé à Charleroi en 1969. J'y ai rencontré Micheline et depuis nous vivons au "Pays pas si Noir".
Nous essayons de faire apprécier notre région qui en vaut bien d'autres.

Une famille, des enfants…
Depuis 1974, une épouse charmante, Micheline Boland (ndlr: églament écrivaine chez Chloe des Lys), mais pas d'enfants. Une grande famille du côté de mes deux frères, six neveux et nièces, douze petits-neveux et petites-nièces.

Sucré ou salé ?
Salé à 100 %.

Que fais-tu dans la vie ?
J'ai fait des études d'ingénieur technicien en électronique et toute ma carrière s'est déroulée dans la même usine. En 1969, j'ai commencé à travailler aux ACEC (Ateliers de Constructions Électriques de Charleroi) et j'ai terminé chez Alcatel. Depuis 2000, je suis prépensionné.

Quand as-tu commencé à écrire et pourquoi ?
J'ai commencé à écrire après avoir suivi l'une ou l'autre formation aux contes. J'ai voulu écrire mes propres contes. Puis début 2008, un ami m'a lancé un défi, écrire une pièce de théâtre pour sa troupe. En moins d'un mois, j'avais écrit quelque chose qui tenait la route. Micheline m'a donné un coup de main pour la finition. Quelques mois plus tard, j'étais assis dans une salle, le rideau s'ouvrait sur mon décor et je regardais "99 ans et 364 jours" ! Une histoire de fou, tellement cela a été rapide !

As-tu déjà publié quelque part ?
Un de mes contes "Les mouches de Noé" a été publié au Canada après avoir emporté le premier prix du concours des Éditions Z'ailées.

As-tu déjà remporté des prix ou obtenu une reconnaissance quelconque ?
Ce même conte a été retenu à "Fais-moi un conte" à Surice où il a reçu le prix tendresse du jury présidé par Joël Smets.

Pourquoi Chloé des Lys ?
Micheline m'a montré la voie et je maîtrise assez bien la mise en œuvre des maquettes demandées par cet éditeur. En plus, je m'y suis fait des tas d'ami(e)s. L'ambiance entre les auteurs est tout bonnement exceptionnelle.

Quel ouvrage vas-tu publier ?
Comme je l'ai écrit quelque part, ce livre, imprudemment intitulé* de "Noé à Louis Léopold Victor", est un ramassis de textes écrits au cours des années et qui ont un seul point commun, je les aime…
La plupart des contes qui s'y trouvent sont à mon répertoire ou le seront un jour. Le reste, ce sont des nouvelles écrites pour un concours ou lors d'ateliers d'écriture. J'ai le plaisir d'avoir deux amis français qui ont bien voulu illustrer chacun des textes. Ils ont eu carte blanche et je suis très heureux du résultat. J'espère que mes futurs lecteurs apprécieront.
Pourquoi ce titre ? Noé est le héros du premier conte et mon ancêtre Louis Léopold Victor qui porte les trois mêmes prénoms que moi me fait bien craindre le pire dans les dernières pages…

Comment fais-tu pour essayer de te faire connaître ?
Jusqu'à présent, j'ai essayé de faire connaître Micheline et ses livres et cela m'a donné des idées… pour faire des choses et ne pas en faire d'autres ! Comme je dis toujours : "Un peu de marketing ne peut pas faire de mal !" Je me connais, je ne vais pas courir le monde non plus ! Je laisse ça à d'autres personnes que je connais et qui ne pensent qu'à cela !

Des projets pour la suite ?
J'avoue que l'avenir ne m'intéresse pas. Je prends tout au jour le jour ! Par contre, quand je décide d'organiser quelque chose, j'anticipe toujours tous les problèmes. Probablement est-ce mon esprit scientifique qui revient à la surface ?

Pourquoi écris-tu et comment ?
J'ai souvent besoin d'un incitant pour écrire : La demande d'une personne qui m'avait entendu conter et voulait avoir une copie de mon conte. Je me suis aperçu que je ne l'avais jamais écrit. Je me suis empressé de le faire pour ne pas priver la postérité d'un chef-d'œuvre ! Ou encore les ateliers d'écriture que je fréquente sans modération.
Quand j'ai une idée, j'écris très vite et je reviens très peu sur mon texte. "Les mouches de Noé" ont vu le jour en moins d'une heure entre 7 et 8 heures du matin. Ma pièce de théâtre m'a pris quelques jours pour cinq actes !

Tes influences, tes maîtres, tes coups de cœur en littérature, cinéma, peinture, musique…
En matière de contes, Paul Fauconnier a été mon premier formateur et reste toujours mon maître. Myriam Mallié, Pascal Guéran et Philippe Sizaire m'ont aussi influencé et beaucoup appris.
Je vénère la peinture de Picasso depuis que j'ai vu le documentaire de H-G Clouzot : "Le mystère Picasso" mais j'adore aussi me promener au Musée d'Art ancien à Bruxelles.
Je n'aime que la musique classique et j'ai mes périodes Beethoven, Mozart, Chostakovitch ou encore Prokofiev… Je suis capable de passer vingt fois le même disque pour bien m'en imprégner ! Je n'ai que des CD de musique classique dans la voiture et je les change régulièrement suivant mes goûts du moment.
J'adore les films de Chaplin, de Tati ou encore Laurel et Hardy qui me font toujours autant rire. Je suis un inconditionnel de Citizen Kane.

Un ami ou une amie dont tu aimerais qu’on parle ?
Eduardo Nuovo a été mon coach d'impro pendant plus d'un an et j'en garde toujours un excellent souvenir. Il est clown, magicien, sculpteur de ballons, metteur en scène, acteur, improvisateur, éducateur et il a encore probablement d'autres cordes à son arc…

Tes hobbys ? Musique, dessin, peinture…
Je tire à l'arc. Depuis plus de trente ans, je pratique ce sport mais uniquement en vacances.
Je chante (faux) mais chaque année, depuis cinq ans, je participe à une formation au chant choral et je m'y amuse toujours beaucoup.
Je fais de l'impro théâtrale depuis plusieurs années et si je ne suis pas très bon dans ces exercices, je m'y amuse beaucoup et je reste en contact avec les jeunes.
Quant au dessin et à la peinture, je m'abstiens !
Et je conte, je conte, je conte…

As-tu un blog ou un site ? Adresse… qu’y proposes-tu ?
En 2007, j'ai ouvert le blog http://louis-quenpensez-vous.blogspot.com/ avec pour ambition d'écrire un article tous les jours. Après cent jours, j'ai décidé de continuer tant et si bien que j'en suis arrivé à mille ! C'était le 4 décembre dernier et depuis je me repose un peu sur mes lauriers au grand dam de Micheline qui m'incite à continuer…
J'ai écrit ces mille articles sans jamais me trouver à cours d'idée et j'ai pu pendant près de trois ans raconter ma vie avec ses bons et rarement ses mauvais côtés.

Qu’est-ce qui te fout en rogne ?
Les choses qui ne fonctionnent pas comme cela doit fonctionner : Les gens qui roulent doucement en voiture et qui iraient plus vite à pied ! Un évier bouché ou une imprimante récalcitrante. Deux choses m'ont beaucoup calmé de ce côté-là : les connexions des fibres optiques (durant ma carrière professionnelle) et l'informatique en général !

Un souhait ?
Continuer ma voie mais je ne sais pas jusqu'où !

Quelle est la question la plus stupide qu’on pourrait te poser ?
Il y a toujours quelque chose à trouver et à prendre dans ce que disent les autres.