Interview...

Thierry Marie Delaunois


Pseudo ou nom réel ?
Thierry-Marie DELAUNOIS, pas de pseudo ni de petit nom!

Où habites-tu ?
J'habite à Bruxelles dans un quartier semi-résidentiel où régne une assez belle tranquillité avec un cimetière en face de chez moi. C'est plutôt inspirant et ce fut le cas pour mon roman qui va paraître cet automne.

Une famille, des enfants…
Comme je me suis jamais marié et n'ai jamais eu d'enfants, ma famille, c'est en effet LA famille avec notamment deux nièces qui sont mes filleules, 23 ans et 12 ans, pour lesquelles j'ai beaucoup d'affection.

Sucré ou salé ?
Sucré comme une crêpe chantilly chocolat par exemple

Petit, que voulais-tu faire ?
Comme j'étais assez surveillé et contrôlé, la part de rêve était très limitée, voire bridée, mais travailler dans l'humanitaire et pouvoir raconter des histoires était une pensée lancinante en moi.

A quelle figure historique aimerais-tu ressembler ?
Je ne me suis jamais beaucoup posé cette question mais comme j'aime la musique classique, ce serait Beethoven si on peut le considérer telle une figure historique.

Ton truc contre le stress ?
C'est quoi le stress exactement? Je prends souvent les choses comme elles viennent, avec calme, réfléchissant à la meilleure des solutions... Après avoir eu un passé parfois très perturbant, je pense que mon organisme a quelque peu digéré le stress de sorte que je ne le ressens pratiquement jamais; sinon c'est la musique et particulièrement Mozart.

Que fais-tu dans la vie ?
Eh bien c'est assez éclectique: un peu de télé-travail administratif, de la gestion de site web et surtout je lis, écris et aide mon entourage. Je fais mon possible et de mon mieux.

Quand as-tu commencé à écrire et pourquoi ?
Il semblerait que j'ai toujours eu la fibre littéraire en moi: j'ai toujours aimé écrire de courtes histoires, rédigé des billets pour les journaux et inventé des scénarios. A la suite du décès tragique de ma mère en 2003, j'ai eu comme un déclic inexplicable et mon premier roman est paru en 2007. Et avec un père philologue classique, je pense que mon ADN a été contaminé...Pardon, je plaisante!

As-tu déjà publié quelque part ?
Oui: cinq romans de fiction basés sur des faits réels, thématique principale: les relations humaines et leurs aléas, puis en 2015 un premier recueil de nouvelles et de poésies. J'en suis donc à six publications pour l'instant. Mes ouvrages sont généralement des drames romantiques avec une bonne dose de psychologie et d'humour.

As-tu déjà remporté des prix ou obtenu une reconnaissance quelconque ?
Des prix, pas vraiment mais j'estime comme une première reconnaissance le fait d'être édité chez Chloé des Lys et comme seconde le fait d'être devenu membre de l'A.E.B. Je rappelle ici que pour en devenir membre, il ne faut pas seulement s'acquitter d'une cotisation. On est évalué sur ses écrits.

Pourquoi Chloe des Lys ?
On m'a dit beaucoup de bien de cet éditeur; CDL publie aussi gratuitement les auteurs; on est aussi en de bonnes mains d'après tous les échos reçus. De plus, à la lecture de la présentation de la maison d édition, j'ai rapidement ressenti qu'elle me convenait.

Quel ouvrage vas-tu publier ?
Cette fois c'est un roman, mon sixième, dans le genre "tragédie antique" à la sauce contemporaine, axé principalement sur les sentiments et les pensées débridées et non contrôlées. Trois personnages se rencontrent dans un parc, esseulés, marqués par la vie. Séréna, André, Hélène, tous les trois plutôt déboussolés, et de leur rencontre vont naître des tensions et des rapports très ambigus. Titre: "Auprès de ma blonde". Je ne peux pas trop en dire, ce serait "bousiller" le plaisir du lecteur.

Comment fais-tu pour essayer de te faire connaître ?
Pub et promo sur les réseaux sociaux principalement mais j'ai développé aussi un site internet très visité parce que j'y publie des chroniques littéraires qui semblent attirer pas mal de lecteurs potentiels. A ce jour il a eu en 5 ans d'existence plus de 185000 visiteurs.

Projets pour la suite ?
Ici je ne dirai pas grand-chose, un de mes principes, mais je dévoilerai malgré tout que je prépare un second recueil de textes et que j'ai une idée (tenace) de 7ème roman en tête.

Pourquoi écris-tu et comment ?
Le pourquoi est très mystérieux. Impossible de m'expliquer à ce sujet! C'est tel une nécessité, c'est également vital et j'ai des messages à faire passer. Tant et tant! Mon écriture est intuitive: les mots viennent une fois devant ma feuille ou mon clavier...

Tes influences, tes maîtres, tes coups de cœur en littérature, cinéma, peinture, musique…
Je suis influencé par mes lectures et Eric-Emmanuel Schmitt que j'ai pu rencontrer plusieurs fois est pour moi tel un maître, un guide, ainsi que la musique de Bach, Mozart, Beethoven. Coelho en littérature, Rubens en peinture, Spielberg au cinéma, Beethoven en musique comme je l'ai déjà dit, me touchent et me guident...

Un ami ou une amie dont tu aimerais qu’on parle ?
Un bel artiste bruxellois aux tableaux évoquant l'amour, la joie, la paix, la réflexion, également peintre et graphiste (il a élaboré la maquette couverture de mon nouveau roman): José Mangano. Un être bienveillant, lumineux, également excellent comédien et passeur.

Tes hobbys ? Musique, dessin, peinture…
Musique, promenade, lecture, écriture, aide sociale, un peu de photos, vélo, c'est un résumé très compact de mes hobbys.

As-tu un blog ou un site ? Adresse… qu’y proposes-tu ?
Un site internet composé également d'une partie blog: www.thierry-mariedelaunois.com . Mes publications y sont présentées, mes chroniques littéraires y sont publiées, des réflexions et billets d'humeur également ainsi que les annonces des événements auxquels je participe.

Qu’est-ce qui te fout en rogne ?
Le manque de savoir-vivre, de courtoisie et de respect des gens mais pas tous! Aussi les injustices les plus flagrantes!

Ta citation favorite ?
Carpe diem, noctem que (Profite du jour, de la nuit aussi)

Une qualité et un défaut ?
Je ne m'analyse pas ou très peu, cela vaut mieux... une qualité: je ne vois pas mais je sais écouter; un défaut: on lit trop facilement en moi ma sensibilité.

Un souhait ?
Souhait de vie: plus d'entente, de solidarité et de partage entre les gens. Souhait d'auteur: qu'on me lise le plus possible!

Est-ce indiscret de te demander si tu crois en dieu ?
En une entité supérieure qui semble tout contrôler selon un grand plan astral qui nous est inconnu, il est du type "big brother", mais je n'aime pas trop l'appeler Dieu, ce nom impliquant tout le catholicisme qui,comme nous le savons tous, n'a pas que du bon.

As-tu peur de vieillir ?
De vieillir non puisque on ne peut y échapper, et il faut se sentir prêt à devoir s'adapter à son âge, ce qui me semble normal. On ne peut être à 70 ans comme on est à 25 ans.

Quelle est la question la plus stupide qu’on pourrait te poser ?
Là je ne vois pas! Rien ne me vient à l'esprit...ou peut-être: vas-tu toujours continuer à te faire publier?