Interview...

Eric Dargenton


Où habites-tu ? Explique…
Je vis en France, à Metz, la patrie de deux illustres poètes : Gustave Kahn et Paul Verlaine !

Une famille, des enfants…
Ma Muse est ma maîtresse. Un enfant : mon cochon d'Inde, et un autre à venir : mon recueil : "A mes heures gagnées - Poèmes"

Sucré ou salé ?
Les deux ! J'aime beaucoup la gastronomie traditionnelle arrosée d'un bon vin rouge ; et j'ai une passion pour le chocolat...

Petit, que voulais-tu faire ?
Bizarrement, je n'ai jamais rêvé d'être pompier ou policier (je n'aime pas beaucoup les uniformes) mais plutôt vétérinaire, journaliste, écrivain...

A quelle figure historique aimerais-tu ressembler ?
J'en admire plusieurs mais je me contente d'être moi-même.

Ton truc contre le stress ?
Lire de la poésie ; marcher sous les arbres.

Que fais-tu dans la vie ?
Je travaille actuellement en milieu scolaire où j'aide des élèves en situation de handicap dans leur quotidien : il peut s'agir, selon le profil des élèves, de leur apporter une aide cognitive et/ou simplement matérielle, et toujours de leur donner confiance en eux. Un métier méconnu, malheureusement ! Je prépare en parallèle un concours pour travailler dans le patrimoine.

Quand as-tu commencé à écrire et pourquoi ?
Tout enfant, je réalisais des bandes-dessinées ; adolescent, j'ai commencé des tas de journaux intimes abandonnés au bout de quelques jours ; à 16 ans, j'ai écrit une pièce de théâtre et à la même époque, j'écrivais mes premiers vers.... de terre ! C'était mauvais.
L'écriture est tour à tour une échappatoire, m'aide à supporter l'existence, ou simplement un plaisir esthétique ; ça dépend du moment.

As-tu déjà publié quelque part ?
Jamais !

As-tu déjà remporté des prix ou obtenu une reconnaissance quelconque ?
Jamais non plus.
Pourquoi Chloé des Lys ?
Un ami poète m'a parlé de cette maison d'édition dont il est très satisfait ; la décontraction de son équipe liée au sérieux de son travail m'ont poussé à tenter l'aventure.

Quel ouvrage vas-tu publier ? Quel genre ? Résumé ?
"A mes heures gagnées" est un court recueil de poésie dite classique. Il est composé de poèmes légers, d'autres plus graves.
J'ai tenté de soigner mes vers et mes rimes ; j'ai eu à coeur de respecter de nombreuses règles de prosodie classique afin d'apporter à mes textes musicalité, harmonie et couleur, en me rappelant les conseils de Baudelaire :
"Parce que la forme est contraignante, l'idée jaillit plus intense."
"Oui, l’œuvre sort plus belle
D'une forme au travail
Rebelle,
Vers, marbre, onyx, émail."

Comment fais-tu pour essayer de te faire connaître ?
Publier un livre est déjà une première étape.

Projets pour la suite ?
J'ai un second recueil, dans la même veine que le premier, sur le feu ; j'espère que CDL l'acceptera.

Pourquoi écris-tu et comment ?
J'écrirai toujours pour mon propre plaisir avant tout.
Je n'écris plus aujourd'hui que de la poésie. Quand une idée, un beau vers me viennent, je les note sur mon smartphone et je les retravaille plus tard sur l'ordinateur. J'ai fini par abandonner le crayon et le papier.

Tes influences, tes maîtres, tes coups de cœur en littérature, cinéma, peinture, musique…
Difficile de faire un tri.
Littérature : Hugo, Vigny, Flaubert, Thomas Hardy, Eric-Emmanuel Schmitt...
Peinture : Friedrich, Carl Spitzweg, August Riedel.
Cinéma : Carné et Renoir, Eastwood, Polanski, Sydney Pollack.
Musique : Brassens d'abord ; Thomas Fersen ; le rock festif, le ska ; Schubert, Schumann.

Un ami ou une amie dont tu aimerais qu’on parle ?
Non

Tes hobbys ? Musique, dessin, peinture…
A part la littérature : l'histoire, les visites culturelles, la contemplation de la nature.

Qu’est-ce qui te fout en rogne ?
Les politiciens français !

Ta citation favorite ?
"A l'idéal ouvre ton âme" (Th. Gautier)

Une qualité et un défaut ?
Qualité : cultivé.
Défaut : distrait.

Un souhait ?
Que mon recueil soit lu par des inconnus... même un seul.

Est-ce indiscret de te demander si tu crois en dieu ?
J'ai trouvé d'autres questions plus indiscrètes.
Je ne crois pas aux dieux de la Bible, du Coran, etc., mais je crois en une force supérieure et créatrice.

As-tu peur de vieillir ?
On ne devrait pas avoir peur de ce qui est inévitable.

Quelle est la question la plus stupide qu’on pourrait te poser ?
"Tu cherches la célébrité, avec ton livre ?"