Interview...

Cornet Sophie


Pseudo ou nom réel ?
Je m'appelle Sophie Cornet. Je publie sous mon nom.

Où habites-tu ?
J'habite à Genval en Brabant Wallon avec mon mari et mes deux enfants. Nous vivons dans un clos dans lequel l'ambiance entre voisins est vraiment très sympathique.

Sucré ou salé ?
Mes envies alimentaires varient selon mon état hormonal mais les chips sont mon très grand point faible. Ils sont à la base de tous les apéros que nous pratiquons ardemment entre voisins.

Que fais-tu dans la vie ?
Je suis médiatrice familiale et thérapeute. Je travaille également à la Ville de Namur au sein de la Cellule Egalité des Chances.

Quand as-tu commencé à écrire et pourquoi ?
J'ai toujours aimé l'écriture. J'ai entamé des études de journalisme et communication à l'ULB. Après les deux candidatures, je me suis rendu compte que je ne voulais pas être pigiste et que c'était un boulot assez dur. J'ai alors bifurqué vers la criminologie. La question des états limites, savoir pourquoi quelqu'un bascule un moment donné, m'a toujours turlupinée.
Il y a 2 ans et demi, j'ai entamé une formation en thérapie systémique. Cette formation m'a inspirée et les premiers chapîtres de mon livre sont venus assez facilement. Mes enfants et leurs carabistouilles m'amusent beaucoup aussi. J'avoue y avoir puisé de nombreuses scènes décrites dans mon livre.
Quand j'ai terminé les 50 premières pages, j'ai demandé à mon mari son avis. Il ne m'a rien dit et a acheté un ordinateur portable pour continuer. J'ai pris sa démarche pour un encouragement et j'ai finalisé. J'ai fait lire mon texte à plusieurs amis qui m'ont dit qu'ils aimaient. J'ai alors osé l'envoyer à des maisons d'édition.

Pourquoi Chloé des Lys ?
J'ai choisi Chloé des Lys car je trouvais leur site très beau. J'ai eu le sentiment aussi que pour un premier ouvrage, j'avais là une réelle chance que mon texte soit lu par des professionnels et que je recevrais un avis "plus critique" que mes proches pouvaient me donner. Et l'avis a été positif.

Quel ouvrage vas-tu publier ?
Pour mon livre, il s'intitule "Sens-toi, Avec eux". Les protagonistes: Bertrand et Julie, les parents et leurs deux enfants, Matteo et Célia. La famille part se balader en forêt et leur fille disparaît. Pour la retrouver, Julie devra repousser ses limites et accepter certaines réalités qu'elle avait voulu jusque là ignorer. Démarrant sur une base assez rationnelle, l'histoire bascule vers le fantastique. En fait c'est tout moi, d'apparence assez normale, voire ordinaire, ceux qui me connaissent me disent par moments excentrique.

Que comptes-tu faire pour te faire connaître ?
Actuellement, je n'ai pas encore réfléchi à des manières de me faire connaître. J'ai pas mal d'amis qui ont des connections avec différents médias. J'attends que le livre soit disponible pour leur demander leur soutien.

Des projets pour la suite ?
Pour la suite, le deuxième tome est presque finalisé. J'adore les personnages que j'ai créés et je me sens bien dans cet univers. J'ai d'autres idées d'écriture. Il me semble que le premier tome est le plus difficile. Une fois que l'on a osé, le reste suit. Cette période est en tous cas un moment de rééquilibrage au niveau familial et je vais sans doute revoir mes choix professionels pour consacrer plus de temps à l'écriture.

Pourquoi écris-tu et comment ?
Pour ce qui concerne ma technique, mon mari a tenté à pusieurs reprises de m'envoyer dans des cours d'écriture et je ne m'y suis jamais rendue. Je garde un bon souvenir de mes différents professeurs de français. En plus du goût de la lecture, peut-être m'ont-ils aidé à trouver mon style. Celle que je remercie particulièrement est Anne-Marie, ma belle-mère, qui elle, a été professeur de math et qui par sa lecture et ses remarques a amélioré mon texte.

Tes hobbys ?
Pour ce qui concerne mes hobbys, j'adore les apéros du vendredi soir, j'adore jouer au scrabble avec mon fils, acheter des vêtements avec ma fille, j'aime les balades autour du lac de Genval, passer du temps avec mon mari, mes enfants et mes amis.

Ta citation favorite ?
"Ce qui ne tue pas, rend plus fort".

Qu’est-ce qui te fout en rogne ?
Ce qui me fout en rogne: que mon train de 7h soit supprimé quand il neige et que je n'ai pas mis mes bottes quechua.

Une qualité ?
passionnée...

Un défaut ?
passionnée, si pas passionnant, ça m'intéresse pas.

Un souhait ?
L'allocation universelle pour tous et qu'on arrête d'emmerder les soi-disant chômeur resquilleurs.

Quelle est la question la plus stupide qu’on pourrait te poser ?
"Définir le mot efficience".