Interview...

Laure Clement (Yolande Thruiles)


Mon pseudo; Laure Clément
Laure c'est mon second prénom et Clément, un nom au hasard dans le dico.

J'habite dans le sud de la France (beau pays où la majorité des gens ont voté Front National), dans le Var exactement, non loin des gorges du Verdon. Pour le moment dans le village de Tourves mais avec moi rien n'est définitif...

J'ai vécu quelques années dans le sud de la Corse à Porto-Vecchio et c'est là qu'est resté mon coeur.. La mer...

Je suis divorcée depuis fort longtemps et j'ai un fils que j'adore. J'ai aussi deux petites filles de 14 et 16 ans Agathe et Juliette. Elles sont magnifiques !

Lorsque j'étais enfant, je voulais danser, j'écrivais aussi des poèmes et je dessinais. Alors, tout naturellement, j'ai été dans l'ordre : petit rat à l'Opéra de Marseille, fait l'Ecole des Beaux-Arts, puis le Conservatoire d'Art Dramatique.
Résultat: j'ai été évincée de mon premier ballet (Valses de Vienne) car je ne savais pas sauter à saute-mouton; j'ai fait 2 saute-mouton de peinture et j'ai créé une troupe de théâtre .

J'aimerais ressembler à ce que je suis vraiment.

Lorsque je suis stressée (et cela m'arrive) je suis incapable de faire quoique ce soit.

Je suis à la retraite. Lorsque je bossais, je m'occupais de la promotion auprès des classes théâtre et des facs d'une Ecole Supérieure de Commerce. Des trajets en avion, train etc. à travers toute la France pour faire connaitre cette école, beaucoup de fatigue aussi... Mais intéressant.

J'écris depuis l'enfance, un moyen pour moi de m'évader d'une vie qui ne me convenait pas.
Poèmes au début, dissertations scolaires avec de petits succès. Comme le disait Poèmes Warhol : tout le monde a droit à son quart d'heure de gloire !

Une longue période sans rien écrire et ce n'est qu'à mon arrivée en Corse où retrouvant des notes gribouillées 10 ans en arrière que j'ai eu l'idée d'en faire un roman. Mais juste pour moi, pas pour le publier.

Je suis curieuse de tout, je touche à tout et souvent sans aller jusqu'au bout des choses, alors je me suis donnée un challenge: me faire publier !
J'ai envoyé ce roman à tous les éditeurs connus en France, mais je ne connaissais pas le monde de l'édition ! Je n'étais pas une "people" à part dans mon village, je ne connaissais personne et je n'étais pas connue...

Après avoir reçu des dizaines de lettres de refus disant regretter de ne pouvoir publier un écrivain tel que moi mais malheureusement ne correspondant pas à la ligne d'édition, qu'ils regrettaient, j'étais peinée pour eux et pour moi d'avoir si mal compris leur attente...Même si deux d'entre eux ont mis une gentille appréciation sur mon style, la triste réalité s'imposait : je ne serai pas publiée !

Pour une fois que je voulais aller jusqu'au bout !
Finalement sur le Net j'ai trouvé un éditeur qui m'a signé un contrat. Le livre sorti, je me suis aperçue qu'il était bourré de fautes, de coquilles tout cela à ma grande honte. J'ai arrêté ma collaboration avec eux.

Qu'allais-je faire de ce roman ?

Retour sur le Net: CDL pourquoi pas?
Mon roman: La Conscience d'Eve Ils ont dit OK
Puis un recueil de nouvelles: Si... Peut-être... Ils ont dit OK
Aujourd'hui mon nouveau roman: ELLE et c'est OK aussi

J'ai fait de la communication toute ma vie mais j'ai du mal à me vendre. Tout ce que je sais dire, c'est à travers mes romans que je le dis.

Devant mon écran je suis dans un état second, difficile à expliquer, où les mots sortent avec facilité, sans intervention de ma part. J'ai l'impression de me réveiller et je découvre ce qui est écrit. Tout cela comme dans un rêve, incapable d'en changer une phrase, l'impression que ce n'est pas moi l'auteur, la sensation d'un vide et tout est là.

La première phrase du prochain roman est écrite comme je jetais la première couleur sur la toile de mes tableaux, sans savoir ce que cela va devenir : je me fais confiance...

Mes romans sont courts, je m'épuise vite, Amélie Nothomb n'en écrit pas de plus longs, alors... Pour le style, j'ose espérer que ce n'est que le mien.

J'aime Stephen King pour son approche des couples américains et de l'angoisse cachée dans le quotidien.
Pour la musique: Mozart, Ferré, Brel, Queen
Pour la musique des mots: Baudelaire, Rimbaud, Verlaine, rien de très original.

Ce que je hais : l'injustice !

Mes qualités: ce n'est pas à moi de les dire, mes défauts non plus

Ma phrase préférée : ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu'on te fasse.