Interview...

Chol-Bautz Sara Rose


/b>
Pseudo ou nom réel ?

Où habites-tu ?
J'habite à Goutevernisse, dans une ferme datant de 1800 et quelques en pleine campagne du sud-ouest de la France, au pied des Pyrénées.

Une famille, des enfants…
Je me suis (re)construite une famille en y recherchant le plus de membres que je n'avais pas pu vraiment connaître, en particulier mes grands-parents. Puis j'ai eu le cadeau d'une magnifique petite fille, et comme son père était magnifique, je me suis mariée!

Sucré ou salé ?
Ha sucré!
Petite, que voulais-tu faire ?
Je voulais me révolter. Je l'ai fait plus tard. Les projets, ça prend du temps en général!

A quelle figure historique aimerais-tu ressembler ?
Je ne suis pas très douée en histoire et je considère qu'être connu ne permet pas spécialement de mener sa vie simplement.

Ton truc contre le stress ?
Le reikido.

Que fais-tu dans la vie ?
Je suis orthophoniste depuis cinq ans, et en ce moment j'apprends le métier de kinésiologue. Je viens aussi d'intégrer une association d'écrivains dramaturges... j'essaye de réaliser ma première pièce, c'est un peu l'aventure! Dans tous ces domaines je rencontre plein de gens avec qui j'aime beaucoup apprendre.
Dans chacune de ces activités je trouve un point central, qui est, par la créativité, la recherche de ce qui est essentiel chez l'être humain. En orthophonie, j'interroge le symptôme, j'accompagne dans la compréhension; en kinésiologie, c'est tout ce qui s'imprime en nous, au-delà de notre conscience, qu'il est possible d'appeler pour se rapprocher de sa voie personnelle. En écriture, c'est par les mots que les questions existentielles peuvent prendre forme, et dans le théâtre, lorsque ces mots sont incarnés, je trouve qu'ils amènent encore plus de vérité.
En quelques mots, je me sens exploratrice de ce monde et c'est à la fois très amusant de découvrir et tout à fait passionnant d'apprendre.

Quand as-tu commencé à écrire et pourquoi ?
J'ai commencé à écrire à l'âge de 12 ans, quand il m'a fallu m'exprimer sous une forme possible pour moi. Je n'ai plus jamais arrêté depuis, même si je connais désormais bien d'autres formes d'expression. J'aime le langage et l'univers intimement personnel de l'écriture.

As-tu déjà publié quelque part ?
Non, c'est le début d'une grande aventure!

As-tu déjà remporté des prix ou obtenu une reconnaissance quelconque ?
J'ai vu deux de mes poésies publiées dans une revue dans le cadre d'un concours sur le thème de la liberté d'expression.

Pourquoi Chloe des Lys ?
J'avais entendu parler de Chloé des Lys par plusieurs personnes ayant des avis très différents. J'ai essayé, et je ne suis pas déçue! Sérieux et convivialité sont au rendez-vous!

Quel ouvrage vas-tu publier ?
Je vais publier Le Jardin des souvenirs, un recueil de poèmes qui me suivent depuis que j'ai commencé à écrire, et que je suis encore en train de travailler!

Comment fais-tu pour essayer de te faire connaître ?
J'ai surtout essayé de recueillir des avis. J'en parle autour de moi, et déjà un certain nombre de personnes attendent sa sortie avec impatience! Je pense aussi réaliser un site lorsque ma disponibilité me le permettra, plus tard. J'aime bien aussi l'idée du "livre nomade". En déposer un quelque part, qui fera son chemin de mains en mains...

Projets pour la suite ?
Du théâtre encore, et de la poésie toujours! Ecrire, lire, voir, essayer...

Pourquoi écris-tu et comment ?
J'écris pour mettre en relief ce que je comprends de la nature humaine. Au début, j'écrivais de manière un peu impulsive. Maintenant je travaille lentement pour prendre le plus de recul possible. Dans tous les cas, j'aime être totalement seule et au calme lorsque j'écris.

Tes influences, tes maîtres, tes coups de cœur en littérature, cinéma, peinture, musique…
J'ai eu un immense coup de coeur en allant voir Ciels de Wajdi Mouawad. Je n'ai jamais ressenti quelque chose d'aussi fort. En peinture, j'ai eu un coup de coeur pour les aquarelles de France Dragon, qui illustre justement Le Jardin des souvenirs. Elle a une incroyable capacité de suggérer sans trop en dire, et de laisser à chacun la liberté de comprendre à sa manière.

Un ami ou une amie dont tu aimerais qu’on parle ?
France et moi avons une amie commune, Jeanne Garandeau, grâce à qui nous nous sommes rencontrées. Elle avait lu mes poèmes, elles connaissait les aquarelles de France, elle a pensé à la possibilité d'une collaboration... C'est là que le coup de coeur a opéré! Un grand merci à elle.

Tes hobbys ? Musique, dessin, peinture…
J'aime bien les travaux manuels, ça me reconnecte à des activités plus "concrètes", mais toujours avec une place pour la créativité. J'aime beaucoup passer du temps dehors aussi.

As-tu un blog ou un site ? Adresse… qu’y proposes-tu ?
Pas encore!

Qu’est-ce qui te fout en rogne ?
Qu'on ne m'écoute pas quand je dis quelque chose que je trouve très important.

Ta citation favorite ?
Ghandi a dit qu'il ne pouvait pas accompagner quelqu'un là où il n'était pas déjà allé lui-même.

Une qualité et un défaut ?
Je suis très enthousiaste, pour le meilleur et pour le pire.

Un souhait ?
Que ma fille se sente libre d'être elle-même.

Est-ce indiscret de te demander si tu crois en dieu ?
Non, ce n'est pas indiscret! C'est un sujet sérieux comme beaucoup d'autres! Oui, je crois en Dieu, sans adhérer à un dogme en particulier.

As-tu peur de vieillir ?
Non, j'ai plutôt peur de la souffrance, de la maladie. C'est difficile de se libérer de la peur, mais pas impossible.

Quelle est la question la plus stupide qu’on pourrait te poser ?
Celle-ci par exemple!