Interview...

Delphine Bouneb


Native du sud de la France, où elle connût ses premières influences littéraires, elle avoue assez vite que de cette époque émergea ses préférences pour la poésie notamment de Rimbaud, Verlaine et Hugo par sensation de rencontre à travers la découverte de leurs œuvres.

Cependant, si le cadre classique rassure, inexorablement son désir de liberté et d'indépendance que l'on devine dans ses écrits ( qu'elle définit elle même comme en rupture), s'applique déjà dans sa vie, où dès 19 ans, elle alla s'installer à Lyon pour travailler aux services des autres et y fonder sa famille.

On découvrit ses premières œuvres en ligne dès 2003 et en 2004, rapidement les Éditions Chloé des Lys la remarquèrent et lui proposèrent une édition qui marqua le lancement de « Par des Mots d'errance » en 2007.

Depuis elle participa à des œuvres collectives et littéraires notamment sur Nouvelle-Poesie.com, et en 2008, à « l'éloge de l'autre » toujours aux Éditions Chloé des Lys.

« Poétesse surdouée de la rime suspendue » selon le le magasine « couleur », elle garde cependant une discrétion même lorsque fut la parolière du groupe Samsa « sur le fil du temps » et pour Erwens « Je ne rentrerai pas ce soir ».

******


Bonjour Delphine, pourriez-vous nous expliquer la raison de votre Pseudonyme .Pourquoi "Sahel"?

C'est assez commun je l'avoue ...pour mon amour des Terres Africaines et le chant emblématique de ce sable dont elles seules ont le pouvoir de les faire "chanter" par-delà les dunes, pour mes origines algériennes et toute l'humanité d'un monde. J'écris également sous mon second prénom : Hafsia.

Votre travail , vie personnelle ?

Rien d'exceptionnel, ( ndlr : elle rougit), Je m'occupe des personnes âgées et dépendantes dans le cadre d'une association lyonnaise. Je vis avec mon compagnon et notre fils de 2 ans .

Depuis quand écrivez-vous et dans quelle circonstance?

Dès l'âge de 7 ans, des petites nouvelles pseudo-policières avec une intrigue à vous couper le souffle … (rire) Plus sérieusement, la Poésie, je l'ai découverte réellement tout à fait par hasard en "tombant" sur un site communautaire d'auteurs amateurs qui a fermé ses portes depuis, j'étais au lycée, à 16 ans j'ai écris mon premier poème.

Dans quelles circonstances ? Généralement le soir, quand tout est calme et que de nouvelles idées se sont bousculées depuis déjà quelques jours dans ma tête ... Certaines de mes œuvres sont assez intimistes, je fais un travail sur moi-même qu'après avoir tout exorciser et laisse au lecteur le soin d'y lire ce dont il pourra s'approprier.

Pourquoi privilégier la Poésie classique ?

Mon thème de prédilection reste la Poésie Classique et leurs grands Auteurs ,Hugo, Verlaine, Rimbaud....

J'admire la beauté d'une œuvre lorsqu'elle frise la perfection dans la musicalité de son rythme lorsque la recherche du mot équilibre l'œuvre tout entière , qui fait que non seulement le message nous transporte par l'engagement mais également dans la danse effrénée des vers naturellement posés l'un après l'autre.

Un Poète reste un bon Orateur quand il introduit une telle puissance dans ce qu'il émet.

J'ai une grande préférence pour l'alexandrin, pas si aisé à dépeindre mais comme un monologue de longues phrases cousues l'une après l'autre. Il m'arrive souvent de mettre un vers du texte pour titre, même s'il fait plusieurs lignes. Mon rythme, lui, n'est pas parfait et reste une volonté de rupture à la Poésie Classique.

Pourquoi cette sobriété permanente ? Faut-il être malheureux pour nous faire entendre ?

Peut-être parce que je prends la Vie "au mot", chaque événement, prise de conscience , interrogations ont des impacts directs sur la plupart de mes écris. Le bonheur nous fait écrire de manière sans doute plus cérébrale , où l'on créer pour créer.

Mais l'écriture suscitée par la douleur se traduira par une réponse beaucoup plus émotionnelle et profonde. Peut-être que ce qui caractérise une œuvre n'est pas l'impact qu'elle aura sur le lecteur mais bien sa création en elle-même par et pour son Auteur.

Quant à moi, Je garde la plupart du temps cette amer impression que rien de profond sortira de ma plume si je décide d'écrire pour créer. Sobriété sans doute car je reste toujours à la recherche du "pourquoi" sans pourtant trouver des réponses, si le cas se présentait, j'arrêterai d'écrire.

Une page perso ? Un blog? Y a t'il un espace sur le web où on pourrait découvrir Sahel?

Google aide bien. ( sourire) Non, je plaisante. Sur Sahel-artiste.com, vous y découvrirez également deux textes mis en musique par le groupe Samsa World et l'artiste Erwens, dédiés à mon fils.

J'ai participé aussi à la création d'un site communautaire d'entraide et de protection d'auteur amateur que j'administre actuellement, Nouvelle-poesie.com avec une équipe dynamique où j'y publie régulièrement des œuvres originales.

Il m'arrive aussi parfois de participer à des forums littéraires mais j'avoue que les journées manquent parfois d'heures. ( Sourire)

Je vois donc débordée alors, mais dites-nous pour votre premier livre, pourquoi Chloé Des Lys ?

Cette maison donne à tout Auteur amateur l'occasion de bien débuter dans le monde de l'édition. J'en ai apprécié le contact de leurs responsables ainsi que l'aide apportée dans l'évolution d'une écriture. J'en apprécie fortement la proximité qui demeure entre les Auteurs et CDL, une très bonne ambiance, un bon dynamisme, beaucoup de talents à découvrir, et une volonté de Franc-parler qui sort de l'ordinaire.

Quand découvrirons-nous un autre recueil ? Y en a t-il un en préparation ?

Plus d'un même ... je reste fidèle à CDL, mais j'ai toujours du mal à trouver le fil conducteur de mes textes, une centaine d'œuvres "achevées" n'ont jamais été éditées mais j'y travaille.

Un dernier mot pour conclure ?

Je reprendrai seulement la citation de ce critique littéraire Russe, Vissarion Bielinski, qui reflète assez bien ma vision de cet Art : ""Dans la Poésie, la vie est encore plus Vie que la vie même", merci de m'avoir accordé ce temps.