Interview...

Elisabeth Bertheol


Portrait chinois

Si vous étiez…

Une ville :
Toulouse, la ville rose pour ses violettes, Nougaro, ses bars à musique et ses caves à vin

Un livre :
Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estès

Un animal :
J’hésite entre l’écureuil et la grenouille, deux petits animaux sauvages. L’animal aquatique car par grosses chaleurs, je rêve de vivre dans l’eau et j’ai un souvenir sympa de ballade. Au bord d’un lac de montagne, une grenouille est venue jusque dans ma main. Mais je vais choisir l’écureuil, pour l’agilité (d’esprit) et parce que la grenouille finit dans nos assiettes avec de l’ail et du persil.

Une arme :
Un arc (et des flèches) parce que viser demande de la concentration

Une drogue :
De la ciguë ; c’est radical !

Un mot :
Poétiser

Un bruit :
Un soupir

Une saison :
L’automne pour les couleurs des feuilles et la fin des chaleurs étouffantes

Un plat :
Un steak de thon à la provençale

Un film :
Little Buddha

Un super héros :
la dernière femme de Barbe Bleue

Une série télé :
je n’en connais aucune. J’ai pas la télé. Oups ! Si, si, ça existe !

Une citation :
« Je soulève donc de mes épaules le fardeau du temps et, par la même occasion, celui des performances que l’on exige de moi. Ma vie n’est pas quelque chose que l’on doive mesurer. Ni le saut du cabri ni le lever du soleil ne sont des performances. » Stig DAGERMAN

Une fleur :
un coquelicot parce qu’il resplendit quand il est libre et se fane dès qu’on le cueille

Un fruit :
Des myrtilles sauvages

Un tableau :
« la femme qui pleure » de Picasso. Non, plutôt « Le cri » d’Edvard Munch

Un gâteau :
Un baba au rhum

Une couleur :
le rouge

Un goût :
Le piquant

Un élément :
L’eau