Interview...

Patrick Beaucamps


Pseudo ou nom réel ?
C’est en tout cas le nom qui est inscrit sur les factures que je reçois.

Tu habites où ?
Je crois que je me suis enfin fixé. Entre Tournai et Mons.

Sucré ou salé ?
Ca dépend de mon humeur. Lorsque tout va bien, j’ai tendance à apprécier un bon repas salé qui s’éternise pendant des heures avec ma femme ou entre amis. Par contre, quand le ciel se couvre et que j’ai le moral qui se casse la gueule, je me jette facilement sur le sucré.

Ton job ?
Actuellement, je suis bibliothécaire à mi-temps. Le reste de la semaine, je le passe avec mon fils qui a dix-neuf mois et je tente de lui apporter tout ce dont il a besoin pour avancer dans la vie.

Un souhait ?
Pas vraiment. Pour ma part, avoir des buts ou des souhaits c’est un peu comme s’entortiller dans des chaînes. Je préfère être attentif à ce qui m’entoure car j’ai pu constater avec le temps que la vie c’est souvent ce qui vous arrive pendant que vous rêviez de faire autre chose.

Pourquoi t’es chez Chloé des Lys ?
C’est la première maison d’édition à laquelle j’ai confié la lecture de mon premier manuscrit (Le bruit du silence) et... elle l’a accepté. De plus, il me semble que "monsieur le directeur" et moi avons pas mal d’affinités et c’est ça le plus important pour moi. Pouvoir rencontrer Laurent et discuter d’autres choses que de Chloé des Lys ou d’exemplaires vendus de mes bouquins, c’est que du bonheur !

T’écris quoi ?
Ce qui me passe par la tête... Ca peut être sous forme de poésies mais aussi de nouvelles comme « 200 ASA ». Je pense m’atteler à un roman un de ces jours mais c’est un marathon à courir et pour le moment, je n’ai pas assez de souffle. Je m’amuse beaucoup avec la forme courte et j'ai encore pas mal de chemin à parcourir pour arriver là où j'en ai envie, alors, je pense encore écrire un recueil de nouvelles ou deux avant d'essayer la forme romanesque.

Tes livres cultes, tes films cultes, tes personnages cultes ?
HE question ! Je n'aime pas trop devoir "choisir" car comme pour le sucré/salé, ça dépend pas mal de mes états d'âme. Enfin, comme il faut y passer, voilà pêle-mêle.
Livres : L'Attrape-Coeurs (Salinger) ; Sur la route (Kerouac) ; Voyage au bout de la nuit (Céline) ; La vengeance de la pelouse (Brautigan) ; Une saison ardente (Ford) ; Tandis que j'agonise (Faulkner) ; Les saisons de la nuit (McCann) ; Demande à la poussière (Fante) ainsi que les oeuvres complètes de Messieurs Raymond Carver et Philippe Djian.
Films : Un singe en hiver ; Short Cuts ; Seven ; Fight Club ; Requiem For A Dream ; Pulp Fiction ; Lost Higway ; Big Fish ainsi que la plupart des séries TV produites par HBO (Six Feet Under ; Soprano ; Carnivàle)
Personnages : Le narrateur de "37°2 le matin" reste pour moi un modèle ! (Il y a aussi Batman mais c'est déjà plus compliqué pour la vie de tous les jours)

Quelle est la question la plus stupide qu’on pourrait te poser ?
Pour moi, il n’y a pas vraiment de question stupide. Tout dépend de la façon dont on la pose. Par exemple, si une personne se pointe avec un rictus en me demandant « Pourquoi t’écris ? A quoi ça sert ? », je lui souris et passe mon chemin. Par contre, si une autre me demande la même chose mais que je vois un véritable questionnement dans ses yeux, je tacherais d’y répondre du mieux que je peux.