Une histoire de porte,

J’su un peu radin, je doisl’admettre. Ainsi j’ai acheté sur troisième main une porte pour remplacer le panneau en carton de ma cuisine. Il ne tenait plus vu que je shoote tout le temps dedans quand je vais à la télé le soir à l’heure du journal, avec un plateau de crasses diverses, le thermo de café et une tasse qui tremblote de peur sur sa soucoupe : une première fois pour l’ouvrir, puis un coup de sabot par l’arrière pour la refermer.

Soit, elle ne tient plus, faut la changer. Je négocie, je chipote, alternativise et poildecutise jusqu’à ce que le vendeur accepte enfin désespéré devant mon harpagonade (c’est de Chaussure ou Escarpin, un auteur français) de m’en laisser une pour dix euros, payables en pièces de cinquante cents :mon bocal d’épargne. Super, jusqu’ici tout va bien.

Mais le soir même, patatras. Je shoote comme d’hab dans la nouvelle porte mon plateau en équilibre comme sur le main de Nestor (voirTintin) quand ma pantouff pousse un cri de douleur. Elle reste bloquée ! La porte banane, pas ma pantouff… Je recommence, avec et sans plateau, puis avec élan. Rien à faire. En plus on entend déjà l’indicatif du journal télé et le voix de François De Brigode « Madame, Monsieur, bien le bon swar» !

Je téléphone furax au vendeur qui me répond que c’est normal !

- Hein ! Normal !
- Ben oui… à dix euros elle ne fonctionne que dans un sens, celui de la sortie. Si vous voulezqu’elle fasse l’aller retour, c’est cinquante euros et avec un billet !
- Mais pour sortir je dois d‘abord l’ouvrir !
- Sauf si vous l’avez laissée ouverte en sortant du salon pour vous rendre à la cuisine ?
- Ouai !
- Alors c’est fouttu, vous ne pourrez plus l’ouvrir, elle ne sert qu’à fermer.
- Mais ça va pas la tête ! Comment je fais maintenant pour entrer dans le salon ? En plus y’a Djunga qui présente la météo je veux pas rater ça elle est super jolie.
- Vous avez vu le temps ? Rien que des nuages d’orage.
- Et alors ?
- Ben vous ne la verrez pas, elle est noire.
- M’ en fous, j’veux la voir quand même. Comment je fais maintenant ?
- Essayez par la fenêtre ?
- Impossible, elles viennent de chez vous aussi et j’ai le même problème, elles ne s’ouvrent pas.
- Vous avez pris le modèle à dix euros ?
- Oui… le moins cher.
- Alors, vous êtes comme qui dirait coincé.
- ….
- Ou alors… je dis ça, je dis rien… entrez dans votre salon en marche arrière comme si vous en sortiez, J’ai un client qui fait ça et ça marche.

Bon, au début ça fait bizarre, surtout devant les invités, mais effectivement ça marche. Je renverse beaucoup de plateaux mais à ce prix… franchement, c’est donné.

Il y en a làdedans !

http://www.bandbsa.be/blb/blbblog.htm