http://www.bandbsa.be/blb/blbblog.htm

Un thriller insoutenable !

L’autre jour je me promenais à l’étage du home… Pour info je n’en suis pas un pensionnaire mais habite en face avec Poussin. Et souvent, un peu par désoeuvrement, je traverse le chemin qui nous sépare, passe les grilles du parc et vais me balader dans le « Château » où tout le monde m’adore, c’est comme ça, parce que je les amuse et les fais rire.

Donc je me promenais à l’étage et croise dans le couloir le vieux Zeimer (Alfred de son prénom, mais on dit « Al »« tout simplement) qui s’arrête à ma vue et me salue avec déférence.
- Bonjour Bob heureux de vous voir. Pourriez-vous m’indiquer où se trouvent les toilettes ?
Faut dire que le bonhomme par ailleurs très stylé et toujours habillé comme pour aller à la messe approche des cent ans et oublie tout dans l’instant.
- Au bout du corridor lui réponds-je en souriant, la porte à gauche.
- Merci et passez une bonne journée.
Je le regarde partir et attend. L’habitude.
Frr frr frr sur les dalles.
Arrivé au bout ducorridor, je le vois s’arrêter, hésiter puis revenir sur ses pas en traînant ses pantoufles (cinq minutes au moins)
- Oh ! Bonjour Bob heureux de vous voir. Pourriez-vous m’indiquer où se trouvent les toilettes ?
- Au fond du couloir Al, la porte de gauche…
- Je vous remercie… etc…
La voilà reparti frr frr frr (cinq nouvelles minutes) pour s’arrêter comme un jouet mécanique au bout du couloir où il semble réfléchir, se retourne et revient une nouvelle fois vers moi…

Sur ces entrefaites, la grosse Charlotte qui nous observe depuis sa chambre dont la porte est toujours grande ouverte (surtout lorsqu’elle me voit passer la grille depuis la fenêtre du premier) sort à notre rencontre en roucoulant, une grosse main boudinée pleine de bagues posée sur un sein qui tremble comme un gros plum pudding
- Mais enfin Bob vous le faites expres… il va encore se pisser dessus ! Et de crier : tout droit Monsieur Zeimer, tout droit, la porte à gauche… ce n’est pas bien Bob, vous êtes taquin…
- Voyons Charlotte, vous savez bien qu’il va quand même revenir, et puis il porte des langes !
- C’est pas une raison gémit la Castafiore.

Bon on va faire court, car on pourrait y passer la journée avec les fuites et tout ça.
- Je vais régler ça conclus-je d’un air intelligent (deux grands yeux étonnés de Lolotte qui se dandine d’un pied sur l’autre comme si elle allait me demander un autographe).

Il est déjà là, frr frr frr
- Oh bonjour Bob, bonjour Charlotte, heureux de vous voir, pourriez-vous m’indiquer …
Vous connaissez.
- Au fond du couloir, reprends-je d’un air intelligent avec un clin d’oeil appuyé à ma copine (qui risque de le comprendre de travers). La porte de gauche et cette fois « n’oubliez pas ! »
- Merci et passez une bonne journée…
frr frr frr…

Nous le suivons du regard pendant de longues minutes. Il parvient au fond du corridor, s’arrête le nez contre le mur… tourne à gauche, pousse la porte et pénètre dans les toilettes. Là on a le temps, il en a pour un bon quart d’heure le temps que la dernière petite goutte tombe dans la cuvette.
- Alors vous ! s’extasie la grosse Charlotte en papillonnant des faux cils ? Mais..mais… comment avez vous fait ?
- Normal que je lui fais en rigolant, cool, les mains dans les poches. Il a oublié d’oublier !

Bon, c’est pas du Proust mais c’est quand même un vrai thriller !