Troisième degré



http://www.bandbsa.be/blb/blbblog.htm


Laissez tomber…

L’autre jour j’étais tranquillement assis sur le banc qui se trouve au pied du chêne qui domine le parc du home, à regarder mon petit neveu Bobino jouer avec ses doigts et le gravier de l’allée… je ne vous ai pas encore parlé de Bobino ? Il a cinq ans et est de l’avis général une copie exacte de son oncle, MOI, en porte clé avec des boucles bondes.

Soit, il fait beau, j’ai déposé mes bras sur mon ventre musclé lorsque le petit me rejoint avec un sourire béat en tendant entre ses doigts un papillon jaune citron.
- « Piyon » ! s’exclame t-il ravi de sa découverte en découvrant un garage pour deux voitures dans sa denture de lait.
- Non lui réponds-je d’un ton doctoral mais bienveillant… « papillon ».
- « Pas piyon » qu’il me fait les yeux en boule de loto ? Puis après un instant de réflexion qui lui fronce les sourcil… « pouyon » ?
- « Papillon » insistai-je en soupirant devant tant d’ignorance. « Papillon ».
Il m’observe pour voir si je me moque de lui (je suis très taquin) puis reprend en hésitant : « Puyon ? »
- « Pa-pi-llon , Bobino, pa-pi-llon…pa-pi-llon » !

Il hausse les épaules et retourne à son gravier lorsqu’apparaît le héron du lac voisin, un oiseau d’un mètre vingt qui vient se poser dignement à quelques pas de nous en levant vers le ciel son long bec de pêcheur (de poissons hein, pas de vilénies religieuses).
- Oh s’écrie Bobino subjugué, l’index tendu :« nez rond » !
L’animal un peu vexé l’observe d’un œil torve.
- Non Bobino le reprends-je (ça commence à bien faire, mais qu’est ce qu’on leur apprend à l’école ?)) « héron ».
- Pas « nez rond » demande t-il alors visiblement étonné de voir son oncle si rébarbatif ?
- Non Bobino, « héron »…héron… hé-ron » !

Et là, le Ciconiiformede la famille des Ardéidés (ça vous en bouche un coin hein) d’émettre un gloussement irrité puis d’ avancer d’une patte décidée vers le gamin de plus en plus perdu pour lui jacasser avec fermeté.
- « Hé-ron, hé-ron… Bobino. Et ron et ron, petit Patapon » !

Pas pigé ? Pas grave. C’est du troisième degré, c’est que vous n’êtes pas à niveau. A moins de reculer et de prendre beaucoup d’élan. Les bois en avant. Enfin quand je dis « bois »…

Bon, laissez tomber.